Accueil > Actualité Wikimédia France, Projets Wikimedia, Wikimédia France, Wikipédia > Wikipédia et M. Houellebecq : des nouvelles et une avancée

Wikipédia et M. Houellebecq : des nouvelles et une avancée

L’affaire de la copie par Michel Houellebecq de plusieurs passages d’articles de Wikipédia dans son roman la Carte et le Territoire (depuis lors primé au Goncourt) avait fait grand bruit à l’automne 2010. Pour rappeler brièvement les faits, M. Houellebecq avait inséré dans son roman plusieurs extraits de l’encyclopédie Wikipédia, pas ou peu retouchés, sans mentionner l’origine de ces « emprunts ». Révélée par le site d’information Slate.fr, cette copie avait défrayé la chronique, posant en toile de fond la question du droit de citation, des licences Creative Commons et des droits d’auteur des contributeurs de Wikipédia.

Tout en condamnant l’absence d’identification des citations reprises par M. Houellebecq dans son roman comme contraire au code de la propriété intellectuelle (et en l’espèce, du droit de citation tel que défini, en France, par l’article L122-5 du CPI), nous ne nous étions pour autant pas associés à l’action de Florent Gallaire, qui avait proposé pendant quelques temps le roman en téléchargement libre, arguant de la viralité de la licence CC-BY-SA. Lui-même avait dû renoncer à cette action devant les menaces de l’éditeur de M. Houellebecq, la maison Flammarion. Nous avions rappelé que la réutilisation de Wikipédia est un de ses fondements, garanti par la publication sous licence libre CC-BY-SA, mais que cette réutilisation devait se faire dans le respect des droits d’auteur et de la licence, comme pour n’importe quel texte.

L’affaire était retombée, mais de notre côté nous attendions l’édition numérique du roman, qui pouvait tout à fait réparer l’absence de citation de l’édition papier. Vérification faite lorsque cette édition numérique est sortie, elle ne comportait aucune mention de Wikipédia.

Jan Van Eyck, La Vierge et le chanoine van der Paele, 1436 (détail)

Nous avons alors contacté Flammarion officiellement, demandant à ce que cela soit réparé au nom du respect simple (mais strict) du droit de citation. Ce contact a débouché rapidement sur plusieurs entretiens, téléphoniques et de visu, avec le secrétaire général de Flammarion, lors desquels nous avons pu discuter en profondeur des licences Creative Commons, du fonctionnement de Wikipédia, de notre attachement au respect du droit d’auteur pour tous (pour M. Houellebecq comme pour les contributeurs de Wikipédia), tout cela dans un climat de compréhension et de courtoisie.

Flammarion a d’abord argumenté sur la liberté artistique de M. Houellebecq qui aurait pu le dispenser d’identifier précisément ses « emprunts », puis a argué de ce que les passages extraits de Wikipédia ne seraient jamais repris intégralement mais toujours “modifiés à la marge”, ce que nous contestions au vu de l’importance des copier-coller.
De notre côté, nous avons proposé à Flammarion de respecter le droit de citation d’une manière simple, c’est à dire de ne pas intervenir directement dans le texte, mais d’identifier à la fin du roman les passages tirés de Wikipédia de manière simple, sous la forme suivante : « la description de la mouche domestique page XX est tirée de l’article Wikipédia ‘Mouche domestique’ », ce qui aurait été acceptable, respectant à la fois les contributeurs de Wikipédia et l’intégrité du texte de M. Houellebecq.

Si dès le début de nos entretiens le principe d’une mention de Wikipédia était acquis (et accepté notamment par M. Houellebecq lui-même), la forme que devait prendre cette mention a été longuement discutée, notre demande faisant craindre à Flammarion la reprise d’une polémique qu’ils souhaitaient voir derrière eux. Nous nous sommes mis d’accord pour que toute communication, de notre part ou de la leur, reste strictement factuelle et s’attache principalement aux questions de droit d’auteur, sans relancer de polémique, sans non plus être hypocrites sur nos visions respectives de la situation.

Nous avons eu il y a quelques jours la réponse définitive de Flammarion sur la forme que prendront les citations de Wikipédia dans les prochaines éditions du roman de M. Houellebecq. Cette mention sera faite dans les remerciements, sous la forme suivante :

Je remercie aussi Wikipedia (http://fr.wikipedia.org) et ses contributeurs dont j’ai parfois utilisé les notices comme source d’inspiration et notamment celles relatives à la mouche domestique, à la ville de Beauvais ou encore à Frédéric Nihous. »

Nous n’avons donc clairement pas réussi à obtenir ce que nous souhaitions, c’est à dire une identification précise des passages copiés de Wikipédia. Toutefois nous estimons qu’il s’agit là d’un premier pas de la part de Flammarion, qui a su admettre que les contributeurs de Wikipédia n’étaient pas « rien » et que leur travail devait être reconnu.

Demi-victoire, demi-échec ? Une occasion en tous cas de pouvoir expliquer comment fonctionne Wikipédia, quelle est notre vision du droit d’auteur, et de faire reconnaître un minimum les droits d’auteur des contributeurs. Le tout dans le dialogue et la courtoisie.

On peut espérer que cet épisode est un pas, certes modeste, mais un pas vers la reconnaissance large des licences libres par le monde de l’édition.

  1. Acer11
    18/05/2011 à 09:37 | #1

    Bravo pour le suivi de cet affaire, pour le résultat et pour le billet. Accessoirement, l’illustration est bien trouvée aussi.

  2. Jean-Luc R.
    18/05/2011 à 10:02 | #2

    Ce genre d’actions est extrêmement déplaisante. “Wikimedia France” et son conseil d’administration n’ont pas plus que Michel Houellebecq, Woody Allen ou moi-même écrit les articles “Mouche domeestique”, “Beauvais” et “Frédéric Nihous”.

    Je participe à des articles de Wikipédia (pas ceux-là) et n’aimerais pas du tout qu’une association loi 1901, peut-être très sympathique, argue de la violation de mes droits d’auteur pour essayer de faire glisser une publicité gratos dans un ouvrage publié par Flammarion, et je me réjouis qu’ils aient été envoyés bouler.

    Merci de laisser les auteurs gérer eux-mêmes leurs possibles problèmes, et en tout état de cause si vous tenez tant à vous en occuper d’avoir la décense de ne pas utiliser ce prétexte pour obtenir une “mention de Wikipédia”. Ce n’est pas Wikipédia l’auteur !

  3. Adrienne Alix
    18/05/2011 à 10:12 | #3

    Bonjour Jean-Luc,

    L’action de Wikimédia France n’a pas été faite pour “se faire de la pub” ou autre. Les buts de l’association sont la défense et la promotion de Wikipédia et nulle part dans le roman de M. Houellebecq Wikimédia France ne sera mentionnée. Nous avons beaucoup réfléchi avant de nous lancer dans cette action, justement sur la responsabilité que nous prenions. Certains nous demandent d’en faire plus, d’autres, comme vous, de ne pas nous en mêler. Nous avons considéré que nous devions rappeler à un éditeur qui niait totalement au début le statut d’auteur aux contributeurs de Wikipédia, qu’il se trompait, et en quoi il se trompait.

    Effectivement ce n’est pas Wikipédia l’auteur, et si vous avez bien lu ce billet et le billet précédent sur le même sujet, vous aurez vu que nous souhaitions que les contributeurs de Wikipédia soient crédités correctement. Comme je l’explique dans ce billet, nous n’y sommes pas parvenus. Nous avons réussi à faire admettre à Flammarion que les contributeurs de Wikipédia sont bien des auteurs, mais pas de mention correcte des passages copiés, ce qui me fait écrire que c’est une demi-victoire ou un demi-échec.

    Que devions-nous faire ? Passer sous silence ces discussions ? Ne parler que quand tout va bien ? Ou expliquer simplement comment on peut discuter, et avancer sans réussir totalement ? Le parti que nous avons pris est celui de la transparence, c’est tout. Aurions-nous du ne pas nous en mêler du tout ? C’est une possibilité, mais je pense que ce serait une erreur que de ne pas se servir de Wikimédia France pour soutenir Wikipédia et ses contributeurs.

    En aucun cas nous ne nous substituons aux contributeurs de Wikipédia, et Flammarion l’a très bien compris aussi. Mais nous avons en effet utilisé la facilité que nous pouvons avoir pour contacter des institutions ou entreprises pour essayer de faire avancer la cause de Wikipédia. J’avoue que j’ai du mal à comprendre pourquoi, si vous êtes wikipédien, vous nous le reprochez.

  4. 18/05/2011 à 10:17 | #4

    Je lis en ce moment Juliet, Naked de Nick Hornby. Le roman est émaillé d’articles imaginaires de wikipédia, sur des sujets imaginaires. Très plaisant…

  5. 18/05/2011 à 14:42 | #5

    Bien fait WMFr. On _doit_ agir quand on apprend certaines nouvelles. Ce n’est pas votre faute si Flammarion ou l’auteur ne veulent pas reconnaitre le travail des contributeurs comme il faut, et les contributeurs des articles ont toujours la chance de se plaindre avec eux, comment et quand ils veulent.

  6. Tangi COLIN
    18/05/2011 à 15:33 | #6

    Il s’agit déjà d’une avancée mais le SA de la licence CC-BY-SA n’est toujours pas respectés. Cette petite reconnaissance de flammarion ne me semble pas du tout suffisante, il y a toujours infraction envers la licence.

  7. Vincent
    18/05/2011 à 19:16 | #7

    En espérant que cette résignation sur la violation du “share-alike” ne soit pas admise dans le futur comme plus acceptable que l’omission de la paternité/origine.

    En tous cas, bravo et merci à l’association et à sa présidente de s’être longuement battues pour ce geste, qui offre un large écho positif de Wikipédia dans la presse en ce moment.

  8. Adrienne Alix
    19/05/2011 à 00:01 | #8

    @Tangi et Vincent : en effet nous ne sommes pas réellement satisfaits de la conclusion de ces discussions et je pensais vraiment à un moment qu’on aurait pu y arriver, la réaction finale de Flammarion est donc un peu décevante de ce point de vue.

    Mais comme c’est apparemment leur dernier mot sur l’affaire, il me semblait juste d’en parler et de faire état, très simplement, de ce qui s’était passé. Cela montre aussi à la fois l’intérêt de discuter et les limites de ces discussions, mais je ne regrette absolument pas que nous ayons entamé cette démarche auprès de Flammarion, même si le résultat n’est pas celui que nous souhaitions voir.

  9. 14/07/2011 à 11:30 | #9

    @Adrienne Alix
    oui mais ce n’est pas forcément à eux de donner le dernier mot ! dans une négociation il y a deux parties, à notre avis ce qui les dérange est de rendre visible outre le fait que Houellebecq comme les autres auteurs n’écrivent pas partir de rien la réalité matérielle des emprunts et donc du retravail des textes ou pas, il ne faudrait pas se tromper, c’est une querelle idéologique (l’écrivain comme personne différente des autres, blabla, fond de commerce et marketing, valeur sûre du marché) , c’est pourquoi la démarche de Florent gallaire était loin d’être irresponsable d’ailleurs est-ce que Flammarion a engagé réellement des poursuites envers ce garçon ? espérons que non, sinon espérons que vous témoignerez de la mauvaise volonté de Flammarion de reconnaître que leur auteur est un vilain copieur qui rechigne à reconnaitre ses pratiques (mais il ne faut pas se tromper, ce que flammarion et houellebecq défendent ce sont des histoires de gros sous, une conception du lecteur gogo et de l’écrivain pop valeur du marché)

  10. 28/07/2011 à 16:57 | #10

    pour actualiser votre Lautréamont, dîtes “actualiser”
    Nous lisions un bout d’un article publié dans la quinzaine littéraire (nous ne pouvions n’en lire qu’un bout puisque la page état collée sur du carton afin de créer un support pour peindre, la quinzaine littéraire contrairement aux quotidiens est produit avec un papier journal épais et souple particulièrement agréable à travailler) donc bref nous lisions un bout d’une critique produite sur l’ouvrage de monsieur Houellebecq et le critique nous expliquait que si monsieur Houellebecq avait copié dans wikipédia c’était pour tester les critiques, que les articles de wikipédia sont tellement mal écrits que les critiques auraient du s’en rendre compte, qu’ainsi il réactualisait le geste de Lautréamont recopiant une encyclopédie de sciences naturelles et que quiconque se plaindrait du copier-coller passerait pour un imbécile, pire serait piégé par le redoutable Houellebecq (grosso modo, ce résumé est à peine une caricature) !!!! Il nous semblait que ce que le critique oubliait était l’existence de tout le vingtième siècle et notamment la possibilité dorénavant de matérialiser virtuellement un lien hypertexte, ainsi contrairement au XIXe siècle, un écrivain peut de nos jours (et depuis un sacré bout de temps quand même )écrire “Truc much pensa à tout ce qu’il savait de la mouche drosophile et que c’est à partir de là que l’écrivain lambda ou alphaomega à moins que phi devrait à nouveau faire rire plier et chatouiller les textes, non ?

  1. 18/05/2011 à 23:25 | #1
  2. 20/05/2011 à 17:29 | #2
  3. 23/05/2011 à 06:16 | #3
  4. 29/05/2012 à 17:58 | #4
  5. 19/09/2012 à 12:42 | #5
  6. 20/09/2012 à 18:35 | #6