Archive

Articles taggués ‘Wikipédia’
Aucun commentaire 21/12/2016

L’oc-a-thon, un edit-a-thon pour enrichir les projets Wikimedia et Lingua Libre en langue occitane

Affiche_Journées_contributives_Oc-a-thon

L’Oc-a-thon (Oc-a-ton en occitan) a eu lieu les 9 et 10 décembre 2016 au Château d’Este à Billère. Durant deux journées, l’objectif fut d’enrichir les projets Wikimédia et d’enregistrer des sons en langue occitane. Cet évènement fut organisé conjointement par l’Institut Occitan Aquitaine (InOc Aquitaine), Lo Congrès Permanent de la Lenga et Wikimédia France.

La première journée fut dédiée à la présentation des partenaires et des projets Wikimédia. Le public participant a ainsi pu découvrir le fonctionnement de Wikipédia en occitan, de Wikimédia Commons (la médiathèque de Wikipédia), du Wiktionnaire et de Lingua Libre (enregistrement de sons). En fin de journée, une convention de partenariat a été signée entre l’InOc, Lo Congrès et Wikimedia France.

La deuxième journée fut introduite par un administrateur de la Wikipédia en langue occitane et les participants ont pu enrichir les projets Wikimédia durant plusieurs heures. Une salle était également réservée à l’enregistrement de sons avec Lingua Libre.

Cet événement a permis de former les acteurs institutionnels de l’occitan à l’usage de Wikipédia et de les sensibiliser aux projets Wikimédia ainsi que de créer des ponts et des contacts avec les différents contributeurs des projets en langue occitane assurant ainsi une continuité au développement des projets de Wikimédiens en langue occitane.  Trois thématiques de contribution ont été retenues pour ces deux journées collaboratives :

  • la musique
  • la danse
  • la fête

Deux pages de coordination du projet avaient été créées en amont sur Wikipédia en français et en occitan consultables respectivement ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet:Oc-a-thon et là : https://oc.wikipedia.org/wiki/Proj%C3%A8cte:Oc-a-ton.

Au total, ce sont plus de 800 sons (expressions) qui ont été enregistrés avec Lingua Libre et 127 articles créés et enrichis sur Wikipédia et les différents projets (Wiktionnaire, Wikimédia Commons).

Promouvoir le partage de la connaissance en France, sur tous sujets, ne peut se réduire au français. Ce serait faire l’impasse sur une part importante de notre patrimoine culturel immatériel : les langues de France. Ce partenariat avec l’InOc Aquitaine et Lo Congrès doit pérenniser l’accroissement de contenu en occitan ou à propos de la langue occitane sur les projets Wikimedia, par la formation de ces professionnels de la langue à nos projets mais aussi par la rencontre, réelle ou virtuelle, des bénévoles qui contribuent en occitan avec ces institutions, afin que des collaborations fructueuses puissent émerger.

Emeric Vallespi, Président de Wikimédia France

Découvrez le reportage de France3 Aquitaine sur ce week-end dédié à la contribution en occitan.

Aucun commentaire 15/12/2016

Un (nouveau) MOOC pour contribuer sur Wikipédia

Pour la deuxième année consécutive, des contributeurs et contributrices bénévoles de l’encyclopédie Wikipédia, soutenus par l’association Wikimédia France, créent un cours en ligne gratuit et ouvert à tous pour apprendre à contribuer à Wikipédia : le WikiMOOC. Le cours commencera le 6 mars 2017 et il est d’ores et déjà possible de s’inscrire via la plateforme France université numérique.

Le WikiMOOC est un MOOC (massive open online course) qui comprend des vidéos, des tutoriels interactifs et des quizs. Il se déroule en six semaines et met l’accent sur les interactions entre les apprenants avec l’équipe pédagogique, par le biais de forums. Au cours du MOOC, les internautes découvrent les règles fondamentales de l’encyclopédie, apprennent à modifier les articles et se familiarisent avec la communauté bénévole et son fonctionnement. Chaque apprenant est enfin amené à créer son premier article.

La première édition du WikiMOOC s’est déroulée de février à mars 2016 et a rassemblé plus de 6 000 inscrits, dont 2 000 participants actifs. Comme la première édition, le WikiMOOC² est hébergé sur France université numérique (FUN), la plateforme du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et des universités françaises.

3 commentaires 16/09/2016

Plaidoyer pour enseigner Wikipédia, suite mais pas fin.

Après avoir écrit le billet Plaidoyer pour enseigner Wikipédia, j’ai participé à une table ronde Wikipédia à l’école à la Wikiconvention francophone puis discuté de l’enseignement de Wikipédia à l’EdCamp Paris à l’ICP, dans le cadre d’un “kindergarten” organisé par Wikimédia France. J’ai pu échanger avec des enseignants et contributeurs de Wikipédia sur ce thème, et j’en profite ainsi pour écrire une suite au premier billet qui tiendra également lieu de compte rendu pratique.

Il existe tout d’abord plusieurs façons d’utiliser Wikipédia dans l’enseignement supérieur et la vision des objectifs pédagogiques vus par Wikipédia et par l’enseignant ne sont pas forcément les mêmes. Ziko Van Dijk, autre intervenant de la table ronde à la Wikiconvention exprime cela en distinguant que l’objectif d’améliorer l’encyclopédie (c’est à dire produire du contenu), et former de nouveaux wikipédiens n’est pas forcément contenue dans l’idée pédagogique de l’universitaire.

Les collègues enseignants les plus réticents à Wikipédia ont comme objectif d’apprendre à s’en méfier : Wikipédia est associée à la peur du plagiat et à la question de la fiabilité. Nombreux sont ceux qui ont une vision très négative et stéréotypée. Il y a ensuite l’objectif d’apprendre à s’en servir, parfois pas très éloigné parfois d’ apprendre à s’en servir à des fins autopromotionelles : c’est la vision de “valorisation” du travail de recherche.

D’autres encore voient en Wikipédia la possibilité d’évaluer l’étudiant par l’écriture d’articles. Apprendre à écrire pour de vrai et être jugé par des pairs est déjà une activité plus en phase avec Wikipédia. L’une des variantes consiste à apprendre une matière en écrivant ; se pose alors le problème de la répétabilité d’une année sur l’autre. Une autre variante est d’apprendre à sourcer. C’est un objectif pédagogique constituant une des meilleures réponses à la vision méfiante vis-à-vis de Wikipédia.

Enfin il est possible d’utiliser Wikipédia comme vecteur ; apprendre à pénétrer un monde nouveau (dans le cours de Lionel Barbe, enseignant à Paris-Ouest également, ce dernier se définit comme un passeur de sciences plutôt qu’un maître). Dans mon cas, Wikipédia est un vecteur d’apprentissage de littératie numérique, ou plus exactement, comme le rappelle Milad Douheihi à la conférence inaugurale de l’EdCamp, une littératie numérique en tant que culture plutôt que technique ; développer une culture numérique critique de Wikipédia et du monde numérique par Wikipédia

Mon but est de parvenir à faire partager ma vision distanciée mais pas complètement de Wikipédia, faire toucher du doigt comment Wikipédia est un monde avec des aspects techniques, des aspects politiques, des aspects sociologiques, démocratiques, juridiques, épistémologiques….uniques et surtout complètement entremêlés les uns aux autres, et je le fais en racontant des anecdotes….des anecdotes qui ont pour but de révéler ces enchevêtrements en racontant une histoire. L’anecdote est censée surprendre sur un sujet que tout le monde connaït mais que personne ne connaît ET révéler les tensions et interpénétrations de tous ces thèmes, mais aussi provoquer des questions-réponses, particulièrement si l’anecdote a ou a eu un succès médiatique, si elle a été relatée dans la presse…

Par exemple : quand est abordée dans la pédagogie de l’écriture la question de l’ajout de photos, les principes de wikimedia commons, et/ou les règles du copyvio, l’anecdote du selfie du macaque met en lumière ces sujets, leur enchevêtrement, et leurs implications à la fois juridiques, techniques, procédurales, et de choix de licence, tout en traitant du militantisme du copyleft. L’anecdote est donc tout sauf futile : elle met en lumière cette complexité.

Mais dans la pratique, pour l’enseigner, la structure académique pose d’autres problèmes qu’un manque de vision pédagogique. Elle pose aussi des problèmes concrets à la fois pédagogiques et techniques :
Le premier problème est la nécessité (pour l’enseignant et l’étudiant) d’un cours hybride : à moitié en présentiel et à moitié en ligne. Dans la mesure où intervenir dans Wikipédia est une activité propre à une communauté en ligne et qui réagit de manière asynchrone, la partie active de l’enseignement n’est pas du tout adaptée à être présents obligatoirement en classe/amphi tout le temps en même temps ensemble. Pour tout ce qui est présentation, exemples, principes, débat dans la classe… le présentiel s’impose, il est même crucial : enseigner Wikipédia en ligne serait possible mais la description critique des mécanismes d’une part, l’accompagnement dans les premiers pas et la conclusion d’autre part sont plus faciles en présentiel. Mais d’un autre côté, dans toute la partie où l’étudiant doit plonger dans Wikipédia, y agir, y interagir ne se prête pas du tout à des séances en présentiel à heures et durée fixes : l’interaction avec la communauté est asynchrone.

Pire, obliger les étudiants à intervenir ensemble en même temps sur Wikipédia est une aberration technique : puisque tous les ordinateurs d’une même salle (voire même de toute une université ) sont vus par l’extérieur comme une seule adresse IP, la probabilité d’être vu comme une attaque en déni de service par Wikipédia est énorme et rend l’écriture dans Wikipédia impraticable. Wikipédia, pour se protéger, possède un mécanisme : pas plus de quelques interventions par minute provenant d’une même adresse IP avant blocage. La conséquence est de rendre impossible l’écriture dans Wikipédia dès que le nombre d’étudiants dépasse une poignée.

Une des conséquences de cet asynchronisme souhaité, est que la remise d’un écrit, d’une contribution à Wikipédia ne devrait PAS être l’aboutissement, ni d’un rendu, ni d’un cours, parce qu’il faut laisser le temps à la communauté de réagir ET à la classe d’en discuter. C’est une notion qui perturbe le schéma pédagogique ou le rendu conclut traditionnellement un cours, laissant au maître le soin d’évaluer, une fois le cours fini.

La question de l’évaluation s’est de fait beaucoup posée à la Wikiconvention. Si les enseignants savent tirer profit de Wikipédia pour imaginer une évaluation “par les pairs”, ils se posent souvent la question de comment évaluer l’évaluation, ou plus prosaïquement, comment transformer cette évaluation en note quantitative et compatible avec la logique universitaire de notation. Cet abandon de souveraineté de l’enseignant aux pairs est aussi à mettre en parallèle avec la question de choix du sujet de contribution d’un étudiant: en laissant à ce dernier la possibilité de s’exprimer (comme Wikipédia le recommande) dans un domaine qui lui est cher, l’enseignant est possiblement confronté à la possibilité de ne pas être l’expert du sujet.

De cette interrogation venant de collègues qui n’ont pas hésiter à plonger dans Wikipédia, on peut déduire qu’il n’est pas conseillé d’imaginer un cours et une évaluation de ce style sans avoir un minimum d’expérience de Wikipédia, d’être soit même lettré en Wikipédia.

Il reste beaucoup de choses à faire pour rendre l’Université et l’enseignement de Wikipédia compatibles, mais de plus en plus de gens s’y mettent…et en débattent.

Ce billet, deuxième d’une série sur l’enseignement de Wikipédia à l’Université est écrit par Alexandre Hocquet (Membre de Wikimédia France, Professeur des Universités à l’Université de Lorraine, appartenant au laboratoire de philosophie et d’histoire des sciences « Archives Henri Poincaré » dont le domaine est les STS, ou plus spécifiquement les Software Studies, et sa méthode l’analyse de conversations en fil).

par Mathieu Denel
Categories: Projets Wikimedia
, , ,
Aucun commentaire 23/11/2015

Jimmy Wales, grand témoin de la DigiWorld Week à Montpellier

Le 17 novembre 2015, l’IDATE a organisé avec le soutien de la Région Languedoc-Roussillon et de l’Europe, une conférence avec Jimmy Wales, co-fondateur de Wikipédia, autour de la thématique «Digital knowledge : la promesse d’un nouveau partage du savoir ?».DWWeek15_logo_AvecDateHashtag_500x500Si Wikipédia a bouleversé l’accès aux savoirs du monde, l’essor des Mooc (Massive Open Online Course) ouvre de nouvelles opportunités de partage. C’est avec la participation de Jimmy Wales, co-fondateur de Wikipédia, de Beth Porter, Vice-Présidente de la plate-forme edX, et de Christophe Fournier, professeur à l’IAE de Montpellier, que s’est tenu le débat autour des enjeux de ces nouveaux modèles de partage du savoir. Ce n’est plus seulement la diffusion du savoir qui est en jeu, mais bien l’éducation qui pourrait être bouleversée.

DigiWorld_Summit_2015_-_Jimmy_Wales_19

By Pierre-Yves Beaudouin [CC-BY-SA-4.0]

Cette conférence a été organisée à Montpellier dans le cadre de la DigiWorld Week, semaine complète consacrée à l’innovation et aux enjeux de l’économie numérique. Cette initiative, qui met en avant l’écosystème de la Région Languedoc-Roussillon et de Montpellier Méditerranée Métropole, est rendue possible par le rôle que joue le DigiWorld Summit, la 37ème édition de la conférence internationale organisée par l’IDATE qui a eu lieu du 17 au 19 novembre.

À cette occasion, Nathalie Martin, Directrice Wikimédia France, et Emeric Vallespi, Vice-Président Wikimédia France, ont été invités par l’IDATE à suivre la conférence de Jimmy Wales ainsi qu’à partager le stand de Montpel’libre, association des logiciels libres, et FrenchSouth.Digital, groupement des entreprises du numérique en Languedoc-Roussillon. Pierre-Yves Beaudouin, bénévole à Wikimédia France, en a profité pour faire une belle série de photos que vous pouvez retrouver sur Wikimedia Commons.

Aucun commentaire 22/09/2014

Matignon invite Wikipédia

La façade Sud depuis le parc. Cl. P.-Y. Beaudouin - CC-By-SA 4.0

La façade Sud depuis le parc. Cl. P.-Y. Beaudouin – CC-By-SA 4.0

Depuis quatre ans, à travers le monde, des passionnés photographient les monuments historiques dans le cadre du concours Wiki loves Monuments – permettant ainsi de partager plus d’un million d’images depuis sa création et de documenter le patrimoine architectural mondial.

Si, en France, certains monuments sont facilement accessibles, d’autres le sont beaucoup moins. Par exemple, ceux occupés par les plus hautes instances de l’État. Les Journées européennes du Patrimoine, organisées par le ministère de la Culture et de la Communication, sont l’occasion d’accéder à ces lieux habituellement fermés au grand public. C’est le cas notamment de l’hôtel Matignon, résidence officielle du chef du Gouvernement, Monsieur Manuel Valls.

Tableau de Fragonard, dans le bureau du Premier Ministre. Cl. P.-Y. Beaudouin - CC-By-SA 4.0

Tableau de Fragonard, dans le bureau du Premier Ministre. Cl. P.-Y. Beaudouin – CC-By-SA 4.0

Afin de faciliter ce travail de documentation, le cabinet du Premier Ministre a, cette année, exceptionnellement invité un groupe de photographes wikipédiens pour une visite privée, avant son ouverture au public. Le monument leur a été ouvert et une visite guidée a permis de mettre en avant les joyaux que recèle ce splendide hôtel particulier du XVIIIe siècle à l’histoire complexe.

La salle du conseil, où fut notamment signée la création de la Sécurité sociale

La salle du conseil, où fut notamment signée la création de la Sécurité sociale. Cl. P.-Y. Beaudouin – CC-By-SA 4.0

Les premiers documents produits suite à cette visite sont d’ores et déjà disponibles sur Wikimedia Commons à l’adresse suivante : Bonne visite !