Archive

Articles taggués ‘versement de masse’
Aucun commentaire 03/07/2013

Les Archives nationales sur les projets Wikimédia

Les institutions culturelles françaises sont en train de rattraper leur retard sur l’appréhension des pratiques numériques et de la stratégie à mettre en place – passant inévitablement par Wikipédia et les projets Wikimédia – afin d’acquérir de la visibilité et répondre à leurs missions de service public sur le web. La ministre de la Culture Aurélie Filippetti avait explicitement encouragé les institutions françaises à contribuer à l’encyclopédie collaborative et à ouvrir leurs contenus lors de la journée de lancement de SémanticPédia le 19 novembre 2012. Puis le ministère a publié le très utile Guide data culture — pour une stratégie numérique de diffusion et de réutilisation des données publiques numériques du secteur culturel. Le partenariat signé avec les Archives nationales françaises vient donc se placer dans la lignée de cette ouverture.

Si du côté de Wikimédia France les partenaires culturels sont de plus en plus nombreux (BnF, château de Versailles, muséum de Toulouse et musée des Augustins, musée national du Moyen-Âge de Cluny, musées de la Haute-Saône…), les archives étaient jusqu’à présent assez peu représentées, avec uniquement les archives municipales de Toulouse et les archives départementales des Alpes-Maritimes.

Signature entre Agnès Magnien, directrice des Archives nationales, et Rémi Mathis, président de Wikimédia France

Signature entre Agnès Magnien, directrice des Archives nationales, et Rémi Mathis, président de Wikimédia France. Photo Jean-Frédéric Berthelot – CC-BY

Les Archives nationales sont particulièrement bien placées pour contribuer sur les projets Wikimédia, car elles sont à la fois détentrices d’une richesse patrimoniale fabuleuse et le lieu de travail et de rencontre de très grands spécialistes de l’histoire et de ses sciences auxiliaires.

L’institution va donc mettre à disposition de tous (selon les licences de Wikimedia Commons ou dans le domaine public) des photographies et des scans de pièces historiques qui enrichiront les articles de Wikipédia. Au-delà, ces images sont librement réutilisables et permettront donc de diffuser les collections des Archives et la richesse patrimoniale et historique française sur les réseaux.

Les Archives vont aussi directement contribuer à des articles de Wikipédia, afin de mettre en œuvre les compétences internes et la richesse de la documentation qu’elles possèdent ou produisent.

Archives nationales (site de Paris), les Grands Dépôts, où sont conservées les archives du Parlement de Paris. Photo Archives nationales/Atelier de photographie (Paris) - CC-By -SA

Archives nationales (site de Paris), les Grands Dépôts, où sont conservées les archives du Parlement de Paris. Photo Archives nationales/Atelier de photographie (Paris) – CC-By -SA

Wikimédia France, de son côté, suit le projet, forme et conseille les nouveaux archivistes-wikimédiens. Nous organiserons aussi des édit-a-thons — ateliers où professionnels des archives et wikipédiens volontaires pourront se retrouver afin de contribuer ensemble.

Wikimédia France est particulièrement fière de ce partenariat, signé dans le nouveau bâtiment de Pierrefitte-sur-Seine, dessiné par Massimiliano Fuksas, qui souligne la proximité entre les missions des archives et nos valeurs — entre promotion de la culture et service au citoyen.

un commentaire 04/06/2013

Comment un musée contribue sur Wikipédia : retour d’expérience au musée des Augustins de Toulouse

Comment un musée, dans le cadre de son action culturelle et de sa valorisation documentaire, peut-il contribuer à Wikipédia ?

 

Retour d’expérience au musée des Augustins de Toulouse, par Christelle Molinié (responsable de la documentation au musée des Augustins).

Depuis près de deux ans le musée des Augustins, musée des beaux-arts de Toulouse, mène un partenariat avec Wikimédia France et contribue à l’enrichissement de Wikipédia et de Wikimedia Commons.

Sarcophage d’un chevalier de Palays

Sarcophage d’un chevalier de Palays (XIIIe siècle) – Musée des Augustins (Œuvre dans le domaine public, photo CC-BY-SA par Daniel Martin)

Naissance du projet

En 2011, à l’occasion d’une journée d’études organisée par l’ABF Midi-Pyrénées, j’ai assisté à une présentation de Wikipédia par Adrienne Alix, alors présidente de Wikimédia France, qui incitait les institutions à former leurs usagers à la contribution.
L’article concernant le Musée des Augustins existait déjà mais comportait quelques erreurs et méritait d’être étoffé. L’objectif était dans un premier temps d’enrichir cet article en faisant appel à des contributeurs externes. À ce moment-là l’équipe du musée était mobilisée sur la refonte du site Internet et menait une réflexion sur sa participation aux réseaux sociaux afin de valoriser sa présence en ligne.
Le service des publics du musée des Augustins, qui mène depuis de nombreuses années des projets avec les établissements scolaires et universitaires toulousains autour d’actions de médiation, a proposé de monter un partenariat tripartite associant le musée, des étudiants et leur professeur et Wikimédia France. La direction du musée a validé cette proposition. L’idée a été accueillie avec enthousiasme par l’équipe de Wikimédia France qui nous a encouragés et assurés de son aide et son soutien.
Ce projet s’inscrit dans le cadre de la convention de partenariat entre Wikimédia France et la Ville de Toulouse signée en 2010 lors du festival la Novela.

2011-2012 : partenariat avec l’Institut Limayrac de Toulouse

Benjamin Constant - Le comte de Toulouse fait bénir ses étendards

Benjamin Constant – Le comte de Toulouse fait bénir ses étendards – Musée des Augustins – Domaine public

En 2011-2012, un premier projet a été mené avec un professeur d’histoire de l’art et une classe de première année de BTS tourisme de l’Institut Limayrac dans le cadre de leurs actions professionnelles. Répartis en petits groupes, leur objectif était d’enrichir les différentes sections de l’article concernant le musée. Une séance a été consacrée à la présentation du projet aux élèves qui l’ont accueilli avec une grande motivation. Leur professeur a organisé une visite au musée et des ressources documentaires produites par le musée leur ont été fournies (fiches de salles, contenus du site internet, guides et catalogues du musée, textes des audioguides…).

Une seconde séance a été assurée par Carol Ann O’Hare, chargée de mission recherche et enseignement pour Wikimédia France, afin de présenter à l’ensemble des partenaires (encadrants et étudiants) les principes et aspects techniques de la contribution à Wikipédia. Un livret d’aide leur a été remis et une page projet a été créée afin d’assurer un suivi des contributions. Enfin une dernière séance a été dédiée au travail de mise en ligne.

Création d’un premier article concernant une œuvre du musée

Une étudiante en licence art et archéologie de l’université de Toulouse Le Mirail nous a remis en juillet 2012 une notice sur un chapiteau roman du musée réalisée dans le cadre universitaire. Étant donné la qualité de ce travail, nous lui avons proposé avec l’accord de son enseignante de le publier dans Wikipédia. Afin d’illustrer ce nouvel article, il a été nécessaire de charger des images dans Wikimedia Commons. Ce sont des bénévoles wikimédiens toulousains, Léna et Pierre-Selim, qui sont venus cette fois-ci apporter leur aide.

2012-2013 : partenariat avec le lycée Saint-Sernin de Toulouse

En septembre 2012 un nouveau projet a été proposé à un professeur d’histoire de l’art et de philosophie et à ses élèves en classes d’hypokhâgne et de khâgne au lycée Saint-Sernin.
Individuellement ou en petits groupes, les élèves ont choisi d’écrire un article consacré à une œuvre exposée du musée. Carol Ann O’Hare est venue de nouveau à Toulouse afin de former les étudiants à la contribution et une nouvelle page projet a été créée.
Les contributeurs sont venus au centre de documentation du musée afin d’y consulter le dossier d’œuvres et d’effectuer les recherches bibliographiques correspondant au sujet choisi. Le musée s’est chargé de verser les illustrations dans Wikimedia Commons et d’apporter son aide pour la mise en ligne, la relecture et l’apport éventuel de corrections.

Versement des images sur Wikimedia Commons

La Mort de Saint Jean-Baptiste.

Gilabertus – La Mort de saint Jean-Baptiste (XIIe siècle) – Musée des Augustins (Œuvre dans le domaine public, photo CC-BY-SA par Daniel Martin)

Parallèlement à la rédaction d’articles, le versement d’images dans Wikimedia Commons s’est amplifié et étendu à l’ensemble des collections du musée. À ce jour environ 200 images en moyenne résolution d’œuvres du domaine public et leurs métadonnées ont été versées. Ces images sont destinées à illustrer les prochains articles et à inciter d’autres contributeurs à étudier et diffuser les œuvres.
Ces versements sont l’occasion d’assurer la diffusion d’images de qualité des collections, de mener une veille sur les images réalisées et versées par d’autres contributeurs et d’assurer le respect du droit d’auteur et des mentions obligatoires.
Je tiens particulièrement à saluer le travail des bénévoles, venus nous former sur place, qui nous apportent régulièrement des conseils techniques et méthodologiques.
Ils réalisent en parallèle un travail sur les catégories et métadonnées qui prend toute son importance à l’ère du web sémantique et apportent un regard autre que celui de l’historien de l’art sur les collections.

Bilan et perspectives

Ma participation à la Wikiconférence donnée le 10 avril 2013 à La Cantine de Toulouse a été l’occasion de prendre du recul sur le projet et d’en tirer les premières conclusions.

À ce jour le bilan s’avère très positif. On assiste à un réel équilibre des investissements des différents acteurs qui, tout au long des projets, manifestent leur enthousiasme et mesurent l’importance de leur participation à la co-construction de l’encyclopédie.

  • Disposant de facilités rédactionnelles, les étudiants produisent un travail d’une réelle qualité. Pour eux, le bénéfice réside essentiellement dans l’acquisition d’une nouvelle compétence qu’ils pourront valoriser dans leur parcours. Plusieurs d’entre eux nous ont adressé leurs remerciements à l’issue de leur publication pour leur avoir offert cette opportunité. L’objectif est également de les amener à exercer un regard critique sur les ressources disponibles sur Internet et à comprendre le mode de fonctionnement du modèle contributif.
  • Les professeurs et établissements d’enseignement ont vu dans ce projet l’occasion de donner une nouvelle forme à un exercice classique de rédaction de notices en intégrant le numérique et les réseaux sociaux à leur pratiques pédagogiques. Ils ont également témoigné leur fierté à publier le travail de leurs élèves et leur reconnaissance envers le musée pour la confiance qui leur est accordée.
  • Pour le musée, ce projet présente de nombreux points positifs. Il s’inscrit dans la démarche d’open data de la Ville de Toulouse et la stratégie numérique globale du musée en complétant les différents outils mis en place via le site Internet et les réseaux sociaux.
  • Au sein même du musée les fonctions s’hybrident, le travail devient transversal, impliquant plusieurs services autour d’un même objectif. La médiation devient à la fois culturelle et documentaire. Il contribue également à la valorisation des collections, répond à la mission muséale de diffusion des savoirs et de la culture avec pour objectif d’inciter l’internaute à la visite du musée. Enfin il donne une meilleure visibilité de ses ressources disponibles ; en effet les bibliographies et références mentionnées dans les articles renvoient vers le site, la base de données des collections en ligne, la base Joconde et les fonds documentaires du musée.
  • À titre professionnel, cette expérimentation m’a donné l’occasion de faire évoluer la fonction documentaire vers une dimension de valorisation et de médiation des connaissances autour du musée et de ses collections.
  • Pour Wikimédia France, il est l’occasion de tisser des liens avec les institutions, de former de nouveaux contributeurs et de diffuser des données du domaine public.

Le musée souhaite poursuivre activement son action pour développer et étendre la publication de ses données. Nous nous réjouissons que le partenariat avec le lycée Saint-Sernin soit d’ores et déjà reconduit pour l’année prochaine.
De nombreux articles restent à créer concernant les collections, les artistes, les conservateurs du musée, les expositions, les monuments toulousains…
Des contacts ont été pris avec l’université de Toulouse et l’association des Amis du musée des Augustins et de nouveaux contributeurs devraient prochainement rejoindre le projet.

Quelques articles publiés sur Wikipédia

Aucun commentaire 08/10/2010

Wikimédia France à la Novela : retour sur le partenariat avec Toulouse

Samedi 2 octobre 2010, le partenariat entre Wikimédia France et la Mairie de Toulouse a été rendu public et signé lors de l’inauguration de la partie « numérique » de la Novela, le festival des savoirs partagés. Retour sur le fond de ce partenariat et sur la journée du 2 octobre.

Novela 2010 - Pierre Cohen et Adrienne Alix

Signature de la convention par Pierre Cohen et Adrienne Alix.
(Ludovic Péron, CC-BY-SA)

Wikimédia France était à l’honneur de la Novela le 2 octobre dernier. Pendant toute une après-midi, nous avons pu présenter au public la genèse et les termes du partenariat qui nous lie à présent avec la Ville de Toulouse, et en profiter pour sensibiliser à l’importance de la libre diffusion de la connaissance.

L’après-midi a commencé par la signature officielle de ce partenariat, entre Pierre Cohen, maire de Toulouse, et  Adrienne Alix, présidente de Wikimédia France. Une signature lors de laquelle le maire de Toulouse a renouvelé ses engagements pour une politique de diffusion de la connaissance la plus large possible, s’appuyant sur les opportunités offertes par le numérique et notamment par les projets Wikimédia.

Poignard 0.188.1 2

Poignard en silex − néolithique, Danemark
(Didier Descouens, CC-BY-SA)

Après cette signature officielle, qui a été très bien accueillie et commentée dans les médias, l’après-midi s’est poursuivie par des présentations conjointes des acteurs institutionnels toulousains de ce partenariat et des wikimédiens impliqués. Didier Descouens, président de l’Institut Picot de Lapeyrouse, passionné de paléontologie, wikimédien et grand artisan, dès 2009, de ce partenariat, a présenté avec beaucoup d’énergie et d’humour les termes et les intérêts du partenariat mené avec le Museum de Toulouse, qui concerne la prise de photographies de très haute qualité technique et scientifique sur une partie des collections du Museum. Ces photographies sont progressivement mises en ligne sur Wikimedia Commons.

Pierre Gastou et Catherine Bernard, des Archives municipales de Toulouse, ont ensuite présenté leur vision du partenariat que nous avons entamé avec eux : mettre en ligne, sur Wikimedia Commons, un fonds de photographies anciennes d’Eugène Trutat, datant du début du XXe siècle. Pierre Gastou a présenté Eugène Trutat et la composition de ce fonds (ethnographie et vie quotidienne, collections du Museum de Toulouse, et monuments) ainsi que leur importance historique.

Fonds Eugène Trutat - Toulouse. Capitole. Juillet 1905

Toulouse. Capitole, juillet 1905.
(Eugène Trutat, domaine public)

Catherine Bernard a montré comment ce partenariat s’inscrit dans une démarche plus globale de numérisation et de connexion entre les archives et internet. Des discussions informelles entre ces deux dynamiques représentants des Archives et les wikimédiens ont émergé facilement une foule d’idées intéressantes pour continuer à collaborer, espérons que cela débouchera sur de nouveaux projets !

Puis la parole est passée aux wikimédiens « pur jus » : Ludovic Péron et Rama. Rama a commencé par une présentation de Commons, montrant l’organisation du projet, ce qu’on pouvait y trouver et comment contribuer, puis a démontré l’importance des licences libres et ouvertes pour la diffusion de la culture. Axant son discours sur la stratégie gagnante des institutions qui choisissent de libérer leurs contenus, gagnant ainsi en visibilité et donc en influence et en notoriété, nul doute qu’il a fait prendre conscience à beaucoup des enjeux de la présence sur internet, s’appuyant notamment sur le rapport que Wikimédia France a fourni il y a deux ans au ministère de la Culture sur ce sujet.

Ludovic a terminé cette après-midi riche en présentant le traitement des monuments historiques sur les projets Wikimédia, et la progression intéressante de ce projet fédérant de plus en plus de wikimédiens et ambitionnant de recenser, photographier, géolocaliser et décrire un maximum de Monuments historiques, en France et à l’étranger, afin de fournir un corpus cohérent et réutilisable.

Que retenir de cette journée de mise en valeur du partenariat entre Wikimédia France et la mairie de Toulouse ?

  • Nous avons ressenti un réel plaisir à nous rencontrer, présenter nos projets, montrer comment nous pouvons avancer ensemble.
  • L’accueil du public, des médias, des blogueurs, des « professionnels », est très enthousiaste.
  • Nouer des partenariats, c’est aussi en préfigurer d’autres. De voir quelque-chose qui fonctionne donne envie aux institutions de se lancer.
  • Les projets Wikimédia, lorsqu’ils sont bien compris, commencent à être réellement vus comme des partenaires, des atouts dans la création et la diffusion de la culture.

La mise en valeur de ce partenariat tombe formidablement bien, puisqu’il a concordé avec l’annonce officielle des Rencontres Wikimédia 2010, axées autour des partenariats et potentialités de projets entre les projets Wikimédia et les GLAM (musées, archives, galeries et bibliothèques). Deux jours pour faire bouillonner des milieux qui ont tout pour s’entendre !

Vous reprendrez bien un petit peu de GLAM ?