Archive

Articles taggués ‘partenariat’
un commentaire 17/09/2013

Partenariat entre Wikimédia France et le Centre Pompidou

Le mercredi 18 septembre prochain à 18h le Centre Pompidou et Wikimédia France vous invitent à une conférence d’introduction et à la signature de leur partenariat axé autour de la contribution sur Wikipédia dans la thématique de l’art moderne et contemporain.

Logo du Centre Pompidou

Logo du Centre Pompidou

Ce partenariat fait suite à une première expérience réussie en 2011  où des contributeurs de l’encyclopédie libre Wikipédia et des professionnels et amateurs du musée s’étaient réunis pour écrire et améliorer des articles de Wikipédia consacrés à des artistes ou des œuvres présents au Centre Pompidou.

Le projet est aujourd’hui repris à une échelle bien plus grande, prévoyant au long de l’année 2013-2014 une vingtaine d’ateliers et de conférences destinés à un public amateur du Centre Pompidou et aux professionnels du musée, afin de contribuer à un meilleur partage des connaissances sur les artistes et œuvres majeurs de l’art contemporain. Les ateliers formeront à la contribution sur Wikipédia sur les thématiques de l’art moderne et contemporain, en prenant appui sur les ressources documentaires et bibliographiques du Centre Pompidou, avec le soutien des professionnels du musée et de la bibliothèque.

La conférence introductive du mercredi 18 septembre portera sur le travail collaboratif dans la société, mais aussi dans son rapport avec les pratiques institutionnelles et le travail traditionnel. Elle sera assurée par Antonio Casilli (Telecom ParisTech) Louise Merzeau (Université Paris Ouest) et Henri Verdier (Etalab)

Une présentation des ateliers de contribution sera également faite. Si vous êtes intéressés pour participer à ces ateliers (50 places maximum), contacter le service Multimedia du Centre Pompidou : servicemultimedia@centrepompidou.fr

—————-

Conférence du 18 septembre : 18h, Centre Pompidou, Petite salle (entrée libre)

Calendrier indicatif des ateliers et conférences :

  • 18/9 ; 17h : Présentation du projet (salle triangle) – 18h conférence introductive
  • 26/9 ; 17h30 : 1er atelier pratique, création de compte, prise en main de l’outil (salle 434 ?) – apporter ordinateurs
  • 30/9 ; 18h : Atelier n°2, travail sur le plan d’un article d’histoire de l’art (salle 434 ?)
  • 8/10 ; 17h : Atelier n° 3, travail à partir de documentation préparée (BK ?)
  • 16/10 ; 15h : Atelier n° 4, travail sur les infoboxes (salle triangle ?)
  • 24/10 ; 19h : Atelier n°5, travail à partir des dossiers d’œuvres (salle triangle ?)
  • 28/10 ; 17h : atelier n°6, rencontre avec un conservateur sur l’approche des œuvres
  • 5/11 ; 18h : atelier n°7, atelier libre d’écriture
  • 13/11 ; 19h : atelier n° 8, travail sur les espaces de discussion / méta de Wikipédia
  • 21/11 ; 18h30 : atelier n°9, insertion de médias, notes et liens
  • 25/11 ; 19h30 : atelier n°10, atelier libre d’écriture
  • 3/12 ; 18h : atelier n°11, travail à partir de documentation préparée
  • 11/12 ; 17h : atelier n°12, écriture de médiation, de vulgarisation
  • 13/01/14 ; 16h : atelier n°13, atelier libre d’écriture
  • 21/01 ; 19h : atelier n°14, sur les mécanismes communautaires de régulation
  • 29/01 ; 16h : atelier n°15, atelier libre d’écriture ; 2e conférence
  • 6/02 ; 17h : atelier n°16, atelier libre d’écriture
  • 10/02 ; 18h30 : atelier n°17, atelier libre d’écriture
  • 4/03 ; 18h : atelier n°18, atelier libre d’écriture
  • 12/03 ; 17h30 : atelier n°19, atelier libre d’écriture
  • 20/3 ; atelier libre n°20
  • 9/04 : pique-nique / rencontre de conclusion des ateliers ; conférence de conclusion
Aucun commentaire 06/07/2013

Sèvres – Cité de la Céramique et Wikimédia France récompensés par un IDCA Award

Sèvres – Cité de la Céramique et Wikimédia France ont été récompensés ce vendredi 5 juillet lors des International Design and Communication Awards décernés durant la conférence internationale Communicating the Museum à Stockholm. Nous avons été récompensés dans la catégorie « meilleur partenariat », dans laquelle concourait notamment le projet de visualisation 3D de Paris mené par Dassault Systems.

Insufflation d'un vase Dumas, à l'atelier d'Émaillage de la manufacture nationale de Sèvres.

Insufflation d’un vase Dumas, à l’atelier d’Émaillage de la manufacture nationale de Sèvres
Photo Coyau – CC-BY-SA

Le partenariat entre Sèvres – Cité de la Céramique et Wikimédia France a été signé en novembre 2012. Il a pour objectif de documenter les richesses et les savoir-faire de la Manufacture et du musée de Sèvres en produisant et en mettant sur les projets Wikimedia des textes, des photos et des vidéos décrivant notamment le travail des artisans de la Manufacture.

Depuis le printemps, des wikimédiens sont donc régulièrement présents à la Manufacture de Sèvres afin de suivre le travail minutieux et ancestral des artisans. Ils documentent, prennent en photo, traitent et diffusent sur Wikimedia Commons des centaines de photographies destinées à conserver et faire vivre des techniques historiques et précieuses consacrées à la céramique dans tous les aspects de sa production. C’est tout un patrimoine immatériel qui se trouve ainsi partagé et donc sauvegardé.

Les premières séries de photographies sont visibles sur Wikimedia Commons depuis quelques jours et commencent à illustrer largement les articles de Wikipédia. Des séquences vidéos, destinées à montrer les gestes des artisans, vont suivre. Des ateliers de contribution sur Wikipédia ou sur le Wiktionnaire sont prévus, afin de faire participer les artisans à la documentation de leurs métiers.

Nous sommes heureux et fiers de ce prix, qui montre que la documentation du patrimoine, matériel et immatériel, est au cœur des projets Wikimedia et de la diffusion de la connaissance libre : diffuser librement et documenter, c’est préserver et valoriser. Les nombreux partenariats culturels que Wikimédia France mène depuis plusieurs années ont tous cet objectif et il est très appréciable de voir ce travail récompensé.

Aucun commentaire 03/07/2013

Les Archives nationales sur les projets Wikimédia

Les institutions culturelles françaises sont en train de rattraper leur retard sur l’appréhension des pratiques numériques et de la stratégie à mettre en place – passant inévitablement par Wikipédia et les projets Wikimédia – afin d’acquérir de la visibilité et répondre à leurs missions de service public sur le web. La ministre de la Culture Aurélie Filippetti avait explicitement encouragé les institutions françaises à contribuer à l’encyclopédie collaborative et à ouvrir leurs contenus lors de la journée de lancement de SémanticPédia le 19 novembre 2012. Puis le ministère a publié le très utile Guide data culture — pour une stratégie numérique de diffusion et de réutilisation des données publiques numériques du secteur culturel. Le partenariat signé avec les Archives nationales françaises vient donc se placer dans la lignée de cette ouverture.

Si du côté de Wikimédia France les partenaires culturels sont de plus en plus nombreux (BnF, château de Versailles, muséum de Toulouse et musée des Augustins, musée national du Moyen-Âge de Cluny, musées de la Haute-Saône…), les archives étaient jusqu’à présent assez peu représentées, avec uniquement les archives municipales de Toulouse et les archives départementales des Alpes-Maritimes.

Signature entre Agnès Magnien, directrice des Archives nationales, et Rémi Mathis, président de Wikimédia France

Signature entre Agnès Magnien, directrice des Archives nationales, et Rémi Mathis, président de Wikimédia France. Photo Jean-Frédéric Berthelot – CC-BY

Les Archives nationales sont particulièrement bien placées pour contribuer sur les projets Wikimédia, car elles sont à la fois détentrices d’une richesse patrimoniale fabuleuse et le lieu de travail et de rencontre de très grands spécialistes de l’histoire et de ses sciences auxiliaires.

L’institution va donc mettre à disposition de tous (selon les licences de Wikimedia Commons ou dans le domaine public) des photographies et des scans de pièces historiques qui enrichiront les articles de Wikipédia. Au-delà, ces images sont librement réutilisables et permettront donc de diffuser les collections des Archives et la richesse patrimoniale et historique française sur les réseaux.

Les Archives vont aussi directement contribuer à des articles de Wikipédia, afin de mettre en œuvre les compétences internes et la richesse de la documentation qu’elles possèdent ou produisent.

Archives nationales (site de Paris), les Grands Dépôts, où sont conservées les archives du Parlement de Paris. Photo Archives nationales/Atelier de photographie (Paris) - CC-By -SA

Archives nationales (site de Paris), les Grands Dépôts, où sont conservées les archives du Parlement de Paris. Photo Archives nationales/Atelier de photographie (Paris) – CC-By -SA

Wikimédia France, de son côté, suit le projet, forme et conseille les nouveaux archivistes-wikimédiens. Nous organiserons aussi des édit-a-thons — ateliers où professionnels des archives et wikipédiens volontaires pourront se retrouver afin de contribuer ensemble.

Wikimédia France est particulièrement fière de ce partenariat, signé dans le nouveau bâtiment de Pierrefitte-sur-Seine, dessiné par Massimiliano Fuksas, qui souligne la proximité entre les missions des archives et nos valeurs — entre promotion de la culture et service au citoyen.

Aucun commentaire 26/11/2012

Retour sur le partenariat Sémanticpédia avec le ministère de la Culture et l’Inria

Lundi 19 novembre dernier, Wikimédia France a eu la joie de signer un partenariat exceptionnel avec le ministère de la culture et Inria.

Ce partenariat met en place la plate-forme Sémanticpédia, dédiée à la sémantisation des contenus des projets Wikimédia.

Signature de la convention Sémanticpédia

Signature du partenariat Sémanticpédia par Michel Cosnard (Inria), Aurélie Filippetti (Ministre de la Culture) et Rémi Mathis (Wikimédia France) - par Thesupermat - CC-BY-SA

Le projet, initié il y a un an, a commencé par une extraction sémantique de la version francophone de Wikipédia. À cette occasion le projet est devenu correspondant (chapitre) français du projet Dbpedia.org, qui depuis 2007 travaille à l’extraction sémantique de Wikipédia. La nouveauté ici est de travailler directement sur la Wikipédia en français et non plus à partir de la Wikipédia en anglais, ce qui permet de traiter tous les articles de Wikipédia en français et non seulement ceux qui disposent d’un interwiki avec Wikipedia en anglais. C’est-à-dire que nous avons « gagné » entre 20 et 30% d’articles supplémentaires à extraire, fortement reliés à la culture française et francophone.

La suite du projet devrait voir naître une extraction sémantique du Wiktionnaire et pourquoi pas d’autres projets Wikimédia.

La ministre de la culture, Aurélie Fillipetti, a souligné l’importance d’une présence francophone sur le web de données, qui prend de plus en plus d’importance dans les architectures de gros sites internet et pour interconnecter les contenus et les données dans des projets de réutilisation de contenu. Rappelant l’importance, tant numérique que dans les usages, de Wikipédia sur internet, elle a expliqué pourquoi le ministère de la Culture désirait soutenir un projet concret de mise en relation des données entraînant indirectement une promotion de la langue et de la culture francophones sur internet.

Mais, allant plus loin, elle a également invité les institutions culturelles à directement contribuer sur Wikipédia, afin d’enrichir ces contenus qui, ensuite extraits par DBpedia, seront réutilisés très largement. Prônant un cercle vertueux là où les institutions pourraient apporter leur pierre experte à un édifice ensuite rediffusé à tous, cette invitation est une vraie reconnaissance de la place et de la qualité de Wikipédia et de ses contributeurs, ainsi qu’un appel à davantage participer au partage de la connaissance pour les institutions culturelles :

« Le partenariat entre le ministère de la culture, Wikimédia et Inria offre aux établissements culturels la possibilité d’enrichir de manière considérable les ressources culturelles mises à la disposition des internautes. Dans leurs domaines d’expertise, les établissements culturels ont tout intérêt à rejoindre leurs publics, là où ils viennent chercher l’information de première nécessité. Le caractère libre et réutilisable des informations présentes sur l’encyclopédie Wikipédia, disponibles sous plusieurs licences ouvertes, est à cet égard un gage de diffusion aussi large que possible des données qu’elle rassemble.

Mais ce partenariat ne saurait être à sens unique. Le savoir accessible sur Wikipédia est en perpétuelle construction et peut bénéficier pleinement de l’expertise du ministère. C’est pourquoi nos établissements sont invités à leur tour à consolider, à enrichir ou à rectifier s’il y a lieu les données figurant sur Wikipédia, afin non seulement d’augmenter la qualité de ses articles en langue française, mais aussi son efficacité sur le Web sémantique. » (discours d’Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, le 19 novembre 2012)

Comment_utiliser_DBpédia_en_français_-_Semanticpedia_2012

Table-ronde « comment utiliser DBpedia en français ? » - par Thesupermat - CC-BY-SA

Dans ce partenariat, le ministère de la Culture tient une place importante de soutien et de financeur de projetInria (Institut national de recherche en informatique et en automatique), centre de recherche renommé, apporte le développement technique et son expertise sur le web sémantique. Wikimédia France fait le lien avec les communautés wikimédiennes de contributeurs et donne sa connaissance des projets et de leur fonctionnement. Pour l’instant hébergée par Inria, la plate-forme Sémanticpédia sera à terme hébergée par Wikimédia France avec le soutien du ministère de la Culture.

D’ores et déjà, certains sites webs d’institutions culturelles commencent à réutiliser les données de Wikipédia via DBPedia pour enrichir et organiser leurs contenus, comme le site expérimental HDA-lab du ministère de la Culture et très bientôt la Cité de la Musique.

Wikimédia France est fière de participer à ce projet inédit de partenariat original entre un ministère public, un institut de recherche et une association de soutien aux projets Wikimédia, dédié au partage de la connaissance et à l’ouverture des données.

La signature du partenariat a été suivie d’une journée de présentation du projet et de ses potentialités, accompagnée de démonstrations de premières réutilisations ainsi que d’une table-ronde sur les projets de collaboration entre institutions culturelles et Wikimédia France. Plus de 200 personnes ont assisté à cette journée de signature, d’échanges et d’étude.

  • Diapositives des présentations lors de la journée de signature
Aucun commentaire 19/08/2011

Wikimédia CH signe un partenariat avec la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne pour enrichir des biographies sur Wikipédia

L’association Wikimédia CH, le pendant helvétique de Wikimédia France, a récemment annoncé un partenariat avec la Bibliothèque cantonale et universitaire (BCU) de Lausanne.

Palais de Rumine, Lausanne, Suisse

Le palais de Rumine, l’un des sièges de la BCUL.
(Urs Zeier, CC-BY-SA)

Cette bibliothèque a créé une série de biographies de personnalités du Canton de Vaud, en particulier les écrivains nés au 20e siècle, et elle a approché l’association Wikimédia CH pour mettre en valeur ces biographies sur l’encyclopédie libre Wikipédia. C’est ainsi qu’est né le projet Valdensia, qui vise à intégrer sur Wikipédia d’ici novembre 800 de ces notices biographiques. Depuis début avril, celles-ci sont ajoutées petit à petit, et plus de 500 d’entre elles ont déjà trouvé leur place dans l’encyclopédie libre. Elles couvrent des auteurs débutants tout comme des auteurs de renommée internationale, tel que Jacques Chessex. Lorsque les biographies existent déjà sur Wikipédia, elles peuvent être complétées avec les informations fournies par la BCU.

Palais de Rumine, Lausanne, Suisse

Le projet Valdensia.
(jynus, Booyabazooka & Manoillon, CC-BY-SA)


C’est un exemple supplémentaire, s’il en fallait encore, qui montre que la communauté qui s’est formée autour de l’encyclopédie Wikipédia, et en particulier les chapitres nationaux, est un partenaire crédible pour les institutions culturelles. Les avantages d’un tel partenariat sont évidents : pour Wikipédia, outre la reconnaissance, ce sont plusieurs centaines de pages de contenu intéressant qui sont ajoutées au corpus de l’encyclopédie. Pour la bibliothèque, il y a bien entendu un intérêt en termes de visibilité : toutes ces pages, auparavant disponibles uniquement sur leur propre site web, sont maintenant disponibles sur l’un des sites les plus visités du monde. Et l’effet ne s’est pas fait attendre : certaines des personnalités concernées, qui ne connaissaient pas la biographie que la BCU leur avait consacrée, l’ont rapidement découverte une fois qu’elle a été publiée sur Wikipédia. De là un autre avantage pour une institution telle que la BCU : le travail des contributeurs de Wikipédia, additionné aux commentaires reçus de lecteurs, a permis de découvrir quelques erreurs dans ces biographies, allant de fautes d’orthographe à des indications erronées. Ces corrections, effectuées sur Wikipédia, ont rapidement trouvé le chemin des biographies originales, permettant d’améliorer leur contenu.

Il est à espérer qu’une telle initiative ne sera que la première d’une série de nouvelles collaborations entre la communauté Wikimedia et des institutions culturelles telles que la BCU ; au vu du succès de ce projet, il est plus que probable que ce soit le cas. En attendant, allez consulter la liste des biographies concernées par ce projet, et si vous voyez des articles qui pourraient être améliorés, n’hésitez pas à les modifier !