Archive

Articles taggués ‘Billet traduit’
Aucun commentaire 24/01/2014

Wikipédia illustre la valeur d’un domaine public vivant

Les projets Wikimédia s’intègrent dans l’écosystème de la culture libre et du domaine public. Comme chaque année, le mois de janvier célèbre en particulier le domaine public, lors duquel de nouvelles œuvres entrent dans le domaine public.

Le billet ci-dessous est une traduction provenant du blog Wikimedia international et s’intègre dans la semaine sur le copyright organisée par l’Electronic Frontier Foundation et d’autres organisations en janvier 2014. Sa traduction en français a été réalisée collaborativement et le billet est co-publié par Wikimédia France et Romaine Lubrique.

En France, la journée du Domaine public se tiendra à Toulouse le dimanche 26 janvier 2014 et rassemblera plusieurs associations et acteurs œuvrant pour la diffusion du domaine public : Romaine Lubrique, Wikimédia France, Europeana, la Bibliothèque de Toulouse, le Musée des Augustins à Toulouse, la médiathèque Wikimedia Commons, l’auteur Pouhiou et la peintre Gwenn Seemel.

Publication originelle : Wikipedia Shows the Value of a Vibrant Public Domain
Stephen LaPorte et Yana Welinder – 14 janvier 2014 – Licence CC-BY
Traduction : Seb35, st27, Charlotte Matou, aKa

Bien que plus connu sous le nom de «  Jour du Nouvel An  », le 1er janvier est aussi la Journée internationale du Domaine public. Elle célèbre ce jour où les œuvres créatives telles que les livres, les images ou les sons entrent dans le domaine public, qui recueille la richesse collective des œuvres qui ne sont pas ou plus couvertes par le copyright.

Les œuvres du domaine public peuvent être librement publiées, jouées, remixées, traduites et partagées avec le monde entier. Elles peuvent être utilisées pour écrire et illustrer la plus grande encyclopédie en ligne — Wikipédia. En se reposant sur le domaine public pour apporter la connaissance libre à des millions de personnes dans le monde entier, Wikipédia illustre le besoin d’un corpus d’œuvres librement réutilisables toujours plus grand.

Aujourd’hui, on s’inquiète que de moins en moins d’œuvres entrent dans le domaine public à cause de lois et de traités internationaux allongeant les termes du copyright. Alors que 2014 a vu plusieurs nouvelles œuvres entrer dans le domaine public dans des pays ayant une durée de copyright plus courte, ces œuvres sont toujours sous copyright aux États-Unis du fait du Copyright Term Extension Act de 1998 qui a augmenté le terme à la vie de l’auteur plus 70 ans alors que c’était auparavant la vie de l’auteur plus 50 ans.

Qu’on le réalise ou non, on s’appuie tous les jours sur le domaine public. Des millions de personnes utilisent Wikipédia tous les jours pour faire des recherches, vérifier des faits, naviguer sans but ou même jouer à des jeux. Wikipédia est un projet collaboratif ayant des centaines de milliers d’auteurs qui repose sur un domaine public riche pour se construire.

Les tours Beacon à New York, 1920

Les tours Beacon à New York, 1920.
Domaine public aux États-Unis.
Hébergé sur Wikimedia Commons.

Ainsi de nombreux articles Wikipédia sont issus d’anciennes encyclopédies dans le domaine public tandis que d’autres sont illustrés avec des médias dans le domaine public. Par exemple, quand «  Gatsby le Magnifique  » est sorti au cinéma l’année dernière, plusieurs personnes sont allées sur Wikipédia pour en savoir plus sur l’œuvre originale. Ainsi, à travers des photographies dans le domaine public, ils ont pu découvrir les manoirs de New York qui ont inspirés l’histoire, comme les tours Beacon (voir ci-contre) — une construction qui a été démolie depuis. De façon similaire, lorsque les lecteurs de Wikipédia font des recherches à propos de Shakespeare, ils peuvent voir une image de son portrait (cf ci-dessous) dans le domaine public, datant de 1610. Et parce que ces images sont dans le domaine public, les lecteurs peuvent les télécharger et les réutiliser dans d’autres œuvres, comme dans d’autres articles Wikipédia.

Portrait de William Shakespeare, peut-être par le peintre John Taylor, huile sur toile, 1610

Portrait de William Shakespeare, peut-être par le peintre John Taylor, huile sur toile, 1610.
Domaine public.
Hébergé sur Wikimedia Commons.

La plupart des images illustrant les articles de Wikipédia sont hébergées sur Wikimedia Commons, un répertoire de médias libres qui peuvent également être utilisés dans des journaux, des magazines ou d’autres sites web. Wikimedia Commons répertorie une incroyable richesse d’œuvres historiques qui sont entrées dans le domaine public. Mais elle héberge également des œuvres dont le copyright n’a pas encore expiré. Tous les documents créés au cours de ces 70 dernières années, majoritairement des photographies couleurs, ont été versés par des créateurs qui donnent pro-activement certains de leurs droits dans le but de contribuer à cette collection de médias réutilisables. Leurs contributeurs s’appuient sur des licences libres et des exemptions développées par le mouvement de la culture libre pour placer volontairement et immédiatement leurs documents dans un presque-domaine public.

Un exemple est la Creative Commons Zero, une sorte d’exemption au copyright que les créateurs de contenus peuvent attacher à leurs œuvres pour les dégager de toute protection par le copyright, contribuant à faire effectivement entrer leurs œuvres dans le domaine public. Un autre exemple est la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike (CC-BY-SA, en français Creative Commons Attribution – Partage à l’identique) qui oblige les réutilisateurs à re-licencier leurs œuvres dérivées sous la même licence que l’œuvre originale et à attribuer la paternité à l’auteur original, mais à part ça permet l’utilisation libre comme si l’œuvre était dans le domaine public. La plupart des documents sur Wikimedia Commons et sur Wikipédia sont sous licence CC-BY-SA.

Nous devons défendre un domaine public vivant si nous voulons que les projets collaboratifs comme Wikipédia continuent de prospérer. Quand des documents sont retirés du domaine public, cela porte atteinte à des projets comme Wikipédia et impacte les lecteurs et utilisateurs de Wikipédia. Nous sommes très déçus de la décision Golan v. Holder [1], qui retire des contenus du domaine public en confirmant l’Uruguay Round Agreements Act de 1994 [2]. Étant donné l’impact de URAA sur Wikipédia, la Wikimedia Foundation s’est jointe à l’EFF il y a quelques années pour contester URAA par un amicus curiae (avis apporté spontanément par une personne tierce lors d’un procès). Quand un copyright est restauré pour une œuvre, le domaine public en souffre. L’effet immédiat est que Wikipédia n’est plus aussi riche, car retirer des documents du domaine public signifie que les œuvres précédemment sur Wikipédia doivent elles aussi être retirées.

La communauté Wikipédia ne prend pas à la légère les lois dangereuses sur le copyright. Cette semaine marque également le deuxième anniversaire d’un moment historique qui a vu les Wikipédiens se mobiliser pour décider de fermer symboliquement et funestement le site de Wikipédia en anglais, rejoignant un certain nombre d’autres sites protestant contre les projets de lois SOPA et PIPA — et en les faisant échouer !

Wikipédia est un projet vivant qui s’est développé au cours des treize dernières années, devenant un projet massivement collaboratif utilisé par des gens dans le monde entier. Il peut être difficile pour la plupart d’entre nous d’imaginer une époque où il n’y avait pas autant d’informations disponibles sur l’Internet. La célébration annuelle de la Journée du Domaine public et l’anniversaire de SOPA sont l’occasion de montrer combien les projets comme Wikipédia prospèrent grâce à un domaine public bien vivant et de se rappeler que nous devons nous mobiliser pour protéger le domaine public lorsque des lois le mettent en péril.

Stephen LaPorte, Conseil juridique, Wikimedia Foundation
Yana Welinder, Conseil juridique, Wikimedia Foundation

Nombreux remerciements à l’équipe juridique et soutien à la communauté (Legal and Community Advocacy) Wikimedia pour leur aide dans la préparation de ce billet et en particulier à Michelle Paulson, Dashiell Renaud, Manprit Brar et Anna Koval. Nous voulons aussi remercier la communauté Wikimédia pour leurs commentaires intéressants.

Notes

[1] Voir cet article du blog de Wikimédia France : Des œuvres du domaine public de nouveau soumises au copyright aux États-Unis.
[2] L’URAA a restauré le copyright pour les œuvres d’auteurs étrangers qui étaient auparavant dans le domaine public aux États-Unis (typiquement pour ne pas avoir satisfait à l’inscription préalable et aux formalités de notification aux États-Unis.).
Aucun commentaire 20/12/2013

Creative Commons version 4.0

(Ce billet est une traduction et adaptation d’un billet publié sur le blog de la Wikimedia Foundation par Luis Villa sous licence CC-BY 3.0, traduit par Seb35, Matou91, PCL, st27 (Annick), Moyg et un anonyme).

Creative Commons a annoncé fin novembre la sortie de la version 4.0 de ses licences, version qui se veut plus internationale, plus facile d’utilisation et plus durable. En tant qu’utilisateur des licences Creative Commons et supporter de longue date, nous félicitons Creative Commons pour cette sortie. Nous pensons que cela améliore les outils légaux du mouvement de la culture libre et espérons que cela augmentera le partage et les re-créations.

Cette nouvelle licence est le résultat de deux ans de travail, commencé au Sommet mondial 2011 de Creative Commons et annoncé en ligne plus tard dans l’année. Puisque les projets Wikimedia utilisent la version 3.0 de la licence, plusieurs Wikimédiens, dont ceux de l’équipe juridique de la Wikimedia Foundation et de différents chapitres Wikimedia, ont pris part au processus d’élaboration ; d’autres créateurs d’œuvres culturelles ouvertes ont également participé. Nous nous attendons donc à ce que la nouvelle licence soit largement adoptée dans les mois et les années à venir, comme l’ont été les versions précédentes.

En ce qui concerne les projets Wikimedia, la version 4.0 est notamment :

  • plus accessible : la version 4.0 est 20 % plus courte que la version 3.0. Elle est plus claire et lisible de plusieurs points de vue. Surtout, le texte est mieux structuré, on comprend ainsi plus clairement quelles conditions s’appliquent lorsqu’on copie ou partage du contenu sous licence CC ;
  • plus claire au niveau de l’attribution : les obligations d’attribution dans la licence sont plus faciles à comprendre. Les pratiques d’attribution existant à Wikimedia sont désormais explicitement compatibles avec la licence ;
  • plus internationale : un des principaux objectifs de la version 4.0 était d’aider les licences « à  opérer au niveau international » et de veiller à ce qu’elles soient « solides, applicables et faciles à adopter dans le monde entier ». Par exemple, les licences sont désormais rédigées de façon à pouvoir être traduites sans nécessiter de changements juridiques entre juridictions différentes. Cela, nous l’espérons, permettra à la CC-BY-SA 4.0 d’être une licence unique, disponible et applicable en plusieurs langues, plutôt qu’une famille de licence similaires avec des changements entre langues et juridictions différentes ;
  • et intégrant le droit des bases de données : c’est peut-être le changement le plus important de la version 4.0. La licence a été étendue afin d’intégrer les obligations relatives à ce qu’on appelle le « droit des bases de données » créées par l’Union européenne et quelques autres juridictions. Comprendre et évaluer l’impact de ces clauses est extrêmement important étant donné l’importance croissante des bases de données à Wikimedia, à travers des projets comme Wikidata.

Comme expliqué par la Wikimedia Foundation, la création et la publication de ces nouvelles licences ne changera pas la licence par défaut des projets Wikimedia, pas plus que les autres licences acceptées pour la contribution sur les projets Wikimedia. Ces changements ne devraient pas survenir tant que la communauté Wikimedia n’aura pas évalué et discuté publiquement de la nouvelle licence et tant que, dans le cas d’un changement de la licence par défaut, le Board of Trustees de la Wikimedia Foundation n’aura pas approuvé formellement un changement des conditions d’utilisation. L’équipe juridique de la Wikimedia Foundation prendra part à la discussion de la communauté sur ces questions.

un commentaire 14/11/2013

La formation des étudiants, au cœur des projets pédagogiques avec Wikipédia

(Ce billet est écrit par Jami Mathewson, du Wikipedia Education Program. Il a été publié sur le blog de la Wikimedia Foundation sous licence CC-By, et traduit par Jean-Frédéric, Guillaume, Mariiwakura et Cquoi)

Jami Mathewson
(Jami Mathewson, CC-BY-SA)

Je travaille avec le Wikipedia Education Program aux États-Unis et au Canada depuis bientôt deux ans. Dans ce programme, des enseignants de l’université chargent leurs étudiants de contribuer à Wikipédia dans le cadre de leur cursus. Généralement, les enseignants mettent de côté le classique papier de recherche et à la place forment leurs étudiants à effectuer les mêmes recherches et à les compiler en un article Wikipédia.

Si vous êtes nouveau dans l’utilisation de Wikipédia en classe, vous vous direz peut-être que c’est un très bon moyen de « légitimer » Wikipédia, et d’amener de « bons rédacteurs et chercheurs » à contribuer aux projets. J’entends cela tout le temps. Mais Wikipédia n’a pas besoin d’aide pour être « légitimée », ce que j’explique fréquemment aux nouveaux venus. Et j’ai pu constater que les étudiants, pour la plupart d’entre eux, ne sont pas de bons rédacteurs et chercheurs − je pense que la plupart des enseignants seront probablement de mon avis. Dans un monde idéal, nos lycéens seraient diplômés avec une compréhension solide de ce qu’est un travail de recherche universitaire, comment y accéder, le reproduire et le citer. Pour le moment, c’est une compétence que beaucoup d’étudiants n’acquièrent pas avant les études supérieures.

Mais dans notre société de l’information − où tout est accessible dans l’instant, d’un seul clic − ces compétences en recherche sont plus importantes que jamais. Nous devons apprendre à nos étudiants comment lire une source de presse, déterminer son origine, et analyser sa fiabilité. Nous devons apprendre à nos étudiants quand ne pas prendre les choses pour argent comptant, même si − ou surtout si − c’est sur Internet.

C’est ce que le Wikipedia Education Program propose à ses participants chaque trimestre. Les étudiants contributeurs apprennent comment consommer  l’information en la produisant. Plutôt que d’utiliser Wikipédia  seulement comme un point de référence, ils prennent part à un devoir  participatif et apprennent la complexité de la diffusion des  connaissances. Avec 500 millions de personnes consultant Wikipédia chaque mois, il est important de déterminer ce qu’ils consultent. Qui décide de ce qui est suffisamment important pour figurer dans un article ? Quels travaux de recherche sont cités, quels journaux ?

Nous avons déjà mené deux projets de recherche, et les résultats montrent que les étudiants contributeurs ont non seulement les compétences pour améliorer la qualité des articles Wikipédia, mais qu’ils le font dans 9 cas sur 10. Ce n’est pas surprenant à mes yeux. Les étudiants travaillent pour avoir une bonne note, ils ont accès à des sources fiables via leur bibliothèque universitaire, et leurs professeurs peuvent identifier des manques dans Wikipédia grâce à leur expertise, même s’ils n’ont pas le temps de contribuer eux-même.

Si nous avons montré que ces contributions à Wikipedia ne sont pas négligeables, je ne crois pas que ce soit la seule raison pour laquelle le Wikipedia Education Program a le potentiel de changer à ce point le monde. L’aboutissement idéal que je vois pour le programme est le suivant : des étudiants contributeurs ont une expérience d’apprentissage très positive, et au passage ils améliorent Wikipédia. Peut-être que l’étudiant ne fera qu’une modeste contribution, mais il apprendra comment citer un papier publié dans une revue à comité de lecture. Peut-être que la classe entière ne modifie “que” deux articles, mais les étudiants obtiennent le statut “Bon Article” et développeront leur maîtrise de l’information et leur esprit critique. Ou peut-être qu’un étudiant contribuera grandement à un seul article, apprenant comment évaluer et développer la couverture d’un sujet, et que cet article portant sur, mettons, la mortalité du nourrisson (Infant mortality), sera consulté par 20 000 personnes chaque mois.

Jimmy Wales nous a demandé d’« imaginer un monde dans lequel chaque être humain a librement accès à l’ensemble du savoir humain ». Je pense que l’ensemble du savoir humain ne se limite pas à une compilation de faits, biographies, théories, etc. La maîtrise de l’information n’en fait-elle pas partie ? Et les capacités de rédaction et de recherche ? La capacité à travailler collaborativement, à faire des compromis, à garder l’esprit ouvert et rester prêt à revoir son opinion lorsque nos horizons s’élargissent ? Je pense que notre communauté de contributeurs apprend ces compétences, et il est important de les partager le plus largement possible.

L’impact quantitatif et qualitatif sur Wikipédia n’est pas le seul résultat d’un étudiant contribuant à Wikipédia. J’espère que nous pourrons établir des indicateurs fiables et réalistes pour évaluer les enseignements que l’étudiant retire du programme, pour que nous puissions aussi évaluer notre efficacité sur cet axe. J’ai hâte de voir se développer encore l’utilisation de Wikipédia en classe, pour donner à encore plus de personnes l’occasion d’apprendre tant par la contribution à Wikipédia.

Jami Mathewson
Wikipedia Education Program, United States and Canada