Archive

Articles taggués ‘AFP’
un commentaire 06/07/2011

Mise au point conjointe Wikimédia France / AFP

Suite à la publication par l’Agence France-Presse (AFP) d’un vade-mecum d’utilisation des réseaux sociaux pour ses journalistes, l’association Wikimédia France, qui soutient et promeut en France l’encyclopédie Wikipédia, s’était interrogée dans un billet publié le 2 juillet sur l’interdiction qui y était faite d’utiliser Wikipédia, rappelant que Wikipédia est très souvent utilisée par les journalistes (de l’AFP ou d’autres rédactions) et avait illustré son propos en mentionnant un article de Wikipédia qui semblait avoir été réutilisé sans identification par l’AFP.

Après discussion et recherches avec l’AFP, il se trouve qu’en réalité c’est l’article de Wikipédia qui a très probablement repris sans mention des sources antérieures de l’AFP, cet exemple était donc tout à fait malvenu et Wikimédia France tient à présenter ses excuses à l’AFP pour cette mise en cause injuste.

Cette mésaventure devrait confirmer ce qui est une exigence à la fois pour l’AFP et pour les contributeurs de Wikipédia : citer ses sources. Elle aura toutefois permis aux deux milieux de se rencontrer et de réfléchir ensemble aux enjeux de l’information sur Internet.

par Conseil d'Administration
Categories: Wikimédia France
,
13 commentaires 02/07/2011

L’AFP interdit d’utiliser Wikipédia comme source : entre évidence et ironie

L’Agence France-Presse (AFP) a mis en ligne un document intitulé « Règles d’utilisation des réseaux sociaux pour recueillir de l’information » (mise en ligne annoncée par communiqué de presse).

Entre autres choses y figure ce passage :

Rappelons enfin qu’il est interdit d’utiliser Wikipédia comme source de documentation, encore moins d’en reproduire des passages. Le mode de rédaction participative de cette encyclopédie en ligne ne répond pas à nos critères de fiabilité.

Macaques japonaisse baignant dans les sources chaudes de Jigokudani, Préfecture de Nagano, Japon.

Une source est à utiliser avec intelligence.
(Yosemite, CC-BY-SA)

Une démarche logique, étant donné que Wikipédia est une encyclopédie, autrement dit un outil de synthèse des connaissances existantes sur un sujet. Comme toute encyclopédie, Wikipédia n’est pas en elle-même à l’origine des informations : elle constitue une source secondaire, ou plus souvent une source tertiaire. Ce qu’elle contient n’est pas pour autant à rejeter ! Ce contenu peut être une piste de départ pour croiser des sources et ainsi vérifier une information. D’autant que « Citez vos sources » est un des principes cardinaux imposés aux rédacteurs de l’encyclopédie.

Cependant, cette injonction de ne pas citer Wikipédia est quelque peu entachée par certains exemples récents de plagiats par l’AFP, rendant la démarche légèrement ironique. Ainsi a-t-on vu récemment des dépêches reprendre presque mot pour mot un article de Wikipédia sans citer leur source : le décès de Wouter Weylandt a notamment été annoncé accompagné d’une liste des cyclistes morts en course, reprise par bien des médias, tel que Yahoo, et dont la source était un article de Wikipédia, non crédité dans la dépêche ! En outre, on notera que la liste en question comporte un bandeau d’avertissement aux lecteurs et le comportait déjà le jour où la dépêche fut envoyée. Celui-ci les informe du fait que cet article ne cite lui-même pas suffisamment ses sources. Malgré cet avertissement, donné par Wikipédia, le contenu fut ré-employé tel quel par les journalistes…

Rappelons donc qu’il est tout à fait possible d’utiliser du texte de Wikipédia (et des images de Wikimedia Commons) à condition de respecter la licence (CC-BY-SA) et de citer les auteurs. Par ailleurs, bien que Wikipédia soit en perpétuelle actualisation, il est possible pour un journaliste ou un chercheur de citer une version précise et stable de l’article voulu, à l’aide d’un permalien, qu’on peut obtenir dans la colonne de gauche de l’encyclopédie en ligne, section boîte à outil, puis adresse de cette version. Enfin, un journaliste cherchant à remonter aux sources d’une information saura à partir d’un article de Wikipédia ou de ses versions dans différentes langues, trouver les sources qui ont été utilisées. Il est donc facile d’avoir une utilisation périphérique de Wikipédia : certains médias, tel que Rue89, utilisent l’encyclopédie pour compléter et développer certains contenus qu’ils publient, en plaçant dans le corps de texte des liens renvoyant à un article Wikipédia. Wikipédia est alors un outil pratique, permettant de fournir une illustration à une information de première main.

Wikipédia est par conséquent un outil de complément intéressant pour les professionnels de l’information, et nous ne pouvons que les encourager à l’utiliser, lorsqu’ils le font à bon escient. Ce rappel déontologique fait par l’AFP était certes légitime, car, pour être publiée, une information doit être validée par plusieurs sources croisées, comme sur Wikipédia. Ce qui, espérons-le, n’empêchera pas l’AFP de reconnaître les services que lui rend l’encyclopédie en ligne.

Et peut-être, un jour, cette vision d’un des membres de Wikimédia France se réalisera-t-elle :

Je ne serais pas surpris de lire un jour sur le fil AFP :
« Telle personnalité vivant dans un pays coupé du monde est morte cette nuit, rapporte Wikipédia, citant un site peu connu dans un dialecte local que l’agencier de l’AFP ne comprend pas. »


Mise à jour (6 juillet) : Après discussions avec l’AFP, lire ce billet « Mise au point conjointe Wikimédia France / AFP ».


Ce billet a été rédigé collaborativement par Trizek, Aude, Jean-Frédéric, Ofol, Rémi M. et Wikinade.

4 commentaires 08/12/2009

Anh Đào Traxel porterait plainte contre Wikipédia selon l’AFP

Depuis le début du mois d’octobre plusieurs articles font état du fait que Mme Traxel porterait plainte contre Wikipédia pour diffamation. Au fil des jours plusieurs journalistes nous ont contactés pour avoir des détails et à chaque fois les mêmes réponses ont été faites.

Tout d’abord les faits. Au début du mois de septembre des propos injurieux ont été déposés sur l’article relatif à Mme Traxel. À ce moment là son article est vu, en moyenne, moins d’une centaine de fois par jour. Dès qu’un article de presse est publié sur le sujet, la fréquentation grimpe à 400 vues dans la journée. Les contenus injurieux ne sont alors déjà plus visibles, car retirés par des contributeurs à l’encyclopédie libre le 9 septembre, soit trois jours avant la publication des articles de presse.

Fréquentation de l'article relatif à Anh Dao Traxel

Fréquentation de l'article relatif à Anh Dao Traxel

Le 13 septembre, jour de publication d’un article de presse, l’article reçoit à nouveau des contenus injurieux. Contenus qui sont retirés par un contributeur à Wikipédia dans la minute suivant leur ajout.

Historique de l'article relatif à Anh Dao Traxel

Historique de l'article relatif à Anh Dao Traxel

Donc, premier constat, les contenus ont été médiatisés non pas par Wikipédia mais par les médias qui ont relayé la communication de Mme Traxel. C’est ce qu’on appelle un effet Streisand.

Deuxième chose, l’AFP annonce que :

Dans cette plainte déposée contre X, le conseil de Mme Traxel estime que l’auteur de l’article et le site internet Wikipedia ont agi « de concert » avec l’intention manifeste de nuire au couple Traxel.

On va commencer par le plus évident. Wikipédia est une marque et non une personne d’un point de vue juridique. Un nom ne peut pas agir de concert puisqu’il « n’existe pas ».
En admettant que ce soit un abus de langage et que le « conseil » de Mme Traxel veuille en fait parler de l’hébergeur du site internet Wikipédia, son allégation reste surprenante. Tout d’abord aucun des employés de Wikimedia Foundation, donc les personnes capables d’agir en son nom, n’a interagi avec les contenus de l’article sur Mme Traxel. Ensuite, à ma connaissance, Wikimedia Foundation n’a reçu ni mail ni fax en bonne et due forme. Dès lors que Wikimedia Foundation n’a eu aucun contact ni avec l’article relatif à Mme Traxel ni avec Mme Traxel ou son conseil, il est surprenant d’affirmer que Wikimedia Foundation a agi de concert avec l’auteur des propos injurieux.

Dernière précision apportée aux journalistes insinuant que la législation française est lacunaire par rapport à Internet. La France s’est dotée en 2006 d’une loi très précise sur la responsabilité des hébergeurs Internet qui les responsabilise très fortement sous certaines conditions. Je vous laisse le plaisir de lire l’article 6 de la Loi de la Confiance en l’Économie Numérique pour plus de détails.

Bref, comme une fois par an, une personnalité voit des propos injurieux à son encontre déposés sur Wikipédia.
Si il est communément admis qu’il est important de porter plainte contre X afin que l’auteur des propos réponde de ses actes, il n’a pas encore été compris que loin d’être une zone de non-droit, Internet bénéficie d’un lot de lois assez complet concernant la responsabilité de chacun.

Il est important de rappeler que sur Internet la responsabilité de l’hébergeur est équivalente à celle des imprimeurs. Et même potentiellement plus grande puisque les hébergeurs ont plus de responsabilité sur les contenus qu’ils impriment numériquement que les imprimeurs vis-à-vis des journaux qu’ils impriment.

par Christophe Henner
Categories: Projets Wikimedia, Wikipédia, Focus sur
,