Accueil > Projets Wikimedia, Wikipédia > Réflexions nocturnes autour de Wikipédia

Réflexions nocturnes autour de Wikipédia

Le risque quand vous devenez contributeur à Wikipédia est d’en devenir rapidement accro, ce qui dans le jardon wikipédien s’appelle un wikipédiholique (dérivé du mot-valise anglais workaholic, un drogué du boulot). Il existe même un test pour savoir si vous êtes atteints, et à quel degré, par ce symptôme. Contributeur actif à Wikipédia, je m’étais déjà amusé à faire ce test humoristique de 119 questions pour un résultat attendu : « Accro à Wikipédia » ce que quelques nuits à « wikifier » ou à corriger des articles les plus divers m’avaient déjà laissé deviner.

Sauf que cette nuit je n’étais pas sur Wikipédia : J’étais plongé dans les différents statuts juridiques et fiscaux pour une création d’entreprise, bien loin de l’univers encyclopédique. Mais un chemin improbable allait m’y ramener. Ayant un petit creux et une envie de pain, j’ai le réflexe de faire une rapide recherche sur Google avec comme phrase clé « trouver du pain la nuit à Versailles ». Le célèbre moteur de recherche cette nuit là avait décidé de ne pas « être mon ami » : il ne me proposa aucun lien pertinent. Plus curieux, avant même la liste des boulangeries de la ville, le lien qu’il fit apparaître en second était un article de Wikipédia avec au premier abord peu de rapport avec ma recherche : « journées des 5 et 6 octobre 1789 ! »

Toute personne tiraillée par la faim, aurait immédiatement cliqué sur la liste des boulangeries mais le Wikipédiholique repenti que je suis ne put s’empêcher de cliquer sur le premier. On sait que Google place souvent les articles de Wikipédia en tête de son classement mais qu’est ce qui avait pu faire qu’un article sur la Révolution française me soit proposé dans les premiers résultats pour une recherche d’une boulangerie ouverte la nuit ? L’entête de l’article allait vite me donner l’explication et me rafraichir la mémoire (programme de seconde à mon époque) : Des Parisiennes sont venues au château de Versailles réclamer du pain à Louis XVI lors des journées révolutionnaires du 6 et 7 octobre 1789 !

Lafayette baisant la main de la Reine Marie Antoinette sur un balcon du château de Versailles pour apaiser la foule.
(Gravure anonyme, domaine public, Wikimedia Commons)

Et me voila parti à lire l’article, curiosité qui peut caractériser tout à chacun, corriger la petite faute d’orthographe, ce que peut faire un simple amoureux d’une encyclopédie bien écrite. Le rajout de liens internes caractérise déjà plus le réflexe wikipédien mais quand j’ai commencé à cliquer sur le Modifications récentes de la colonne de gauche, je savais que je retombais dans le travers du wikipédiholisme…

Ce lien vous permet de voir « en direct » toutes les modifications, corrections ou créations d’articles sur l’encyclopédie en ligne. Et il permet de constater que Wikipédia n’est pas une encyclopédie figée mais un projet bien vivant où chaque minute plusieurs dizaines d’articles sont corrigés, modifiés, créés mais aussi (et beaucoup) discutés. Chaque jour, entre 400 et 500 nouveaux articles apparaissent sur la Wikipédia en français, nuit incluse. Je devrais dire nuit en France car Wikipédia en français est un projet sur lequel contribuent des personnes du monde entier. Si une majorité d’entre eux se trouvent en France (environ 70%) ou dans la francophonie proche (Suisse, Belgique, Luxembourg), on trouve des contributeurs et encore plus des lecteurs sur les différents fuseaux horaires du globe (Québec, France d’Outre-mer, Afrique et autres pays francophones) sans oublier les amoureux de notre langue des pays non francophones qui constituent une part non négligeable des contributeurs. Ainsi Wikipédia, sans faire de bruit, est probablement devenue un vecteur important de la diffusion du français dans le monde et un exemple réussi de ce que l’on pourrait appeler la « Francophonie 2.0 ». A l’exemple de ce professeur russe, rencontré à Toula une ville située à 180 km au sud de Moscou (connue pour Tolstoï et sa manufacture d’armes) qui, lecteur de Chateaubriand, avait découvert ma ville de Saint-Malo au travers des articles de Wikipédia.

Si le rythme de corrections, contributions ou créations d’article est moins actif à 4h00 GMT, il n’en reste pas moins de plusieurs par minute. Les modifications défilent. Les Québécois sont présents, l’actualité du monde aussi avec un vandalisme anonyme sur l’article Toyota aussitôt révoqué par le contributeur Alphos en patrouille RC. Il a été plus rapide que le fidèle Salebot, ce génial petit logiciel robot présent 24 heures sur 24 pour lutter contre le vandalisme. Un contributeur mathématicien, probablement un futur Wikipédiholique qui s’ignore, corrige des articles dont rien que le titre me rappelle de douloureux souvenirs. Je cherche quelques contributeurs des antipodes, Tahitiens, Néo-Calédoniens ou Australiens francophones qui en cette fin d’après-midi débuteraient leur WE sur l’encyclopédie.

Village de la Petite Diomede à flanc de volcan avec l'école du village sur la gauche.
(National Science Foundation, domaine public, Wikimedia Commons)

Cela me rappelle que sur ce même fuseau horaire, se trouvent les îles Diomède, deux petites îles glacées au milieu du détroit de Béring, partagées entre la Russie et les Etats-Unis. J’étais rentré en contact avec l’une des institutrices de l’unique village, accroché au raz de l’eau sur un flanc abrupt de la Petite Diomède, l’île américaine de l’archipel. Je souhaitais vérifier la superficie de l’île (en plein dans ma période alaskienne de wikipédiholisme aggravé). Les versions russe et anglophone de Wikipédia donnaient deux chiffres différents et les autres encyclopédies ignoraient ces îles ou donnaient des chiffres fantaisistes (on devrait parler plus souvent des erreurs ou omissions des encyclopédies dites classiques, j’essayerai d’y revenir un jour sur ce blog).

J’avais été étonné que même dans cet endroit reculé, on utilisait Wikipédia. Quelques écoles d’Alaska se servent des versions en langue amérindienne locale pour que les jeunes Inupiaks, Yupiks ou Gwich’in n’oublient pas leur langue et leur culture. Wikipédia existe en plus de 260 langues et pour certaines, elle est la seule encyclopédie disponible voire le seul support électronique. Wikipédia, sauvegarde des langues en danger 2.0 !

Je décidais d’arrêter là au risque de passer le reste de ma nuit sur Wikipédia. Avec une pensée à tous les wikipédiholiques anonymes qui contribuent 24 h/24 sur ce projet passionnant. Si un Wikipédiholisme sévère peut sans doute nuire à la vie sociale réelle du contributeur, il faut reconnaitre que cela contribue grandement à la qualité de l’encyclopédie. Pour la fin de l’histoire, j’ai réussi à trouver dans Paris, une boulangerie avec un distributeur automatique de pain 24/24 avec cuisson rapide à la demande. Mais le temps d’un long crochet sur les articles pain et boulangerie pour voir si cette providentielle invention était mentionnée puis d’écrire ce billet et … la boulangerie de mon quartier s’apprête à ouvrir. Juste le temps de prendre un café sur le bistrot de Wikipédia !

par Thierry Coudray
Categories: Projets Wikimedia, Wikipédia
  1. 06/02/2010 à 12:24 | #1

    Malgré cela la question se pose toujours : Où trouver du pain la nuit à Versailles? 

  2. Ofol
    06/02/2010 à 12:33 | #2

    .. et comment as-tu fait pour vérifier la surface des îles ? Personnellement j’aurais utilisé Google Earth

  3. Serein
    06/02/2010 à 18:32 | #3

    Très joli billet :-)

    Les veillées tardives te rendraient donc poétique ? En tous cas, belle manière de rendre hommage à Wikipédia et aux wikipédiens…

  4. 06/02/2010 à 19:20 | #4

    Les Iles Diomède ? Ça m’a rappelé un livre due Jules Verne, La famille Cascabel.
    Il est partout, celui-là…

  5. Kimdime
    09/02/2010 à 13:32 | #5

    Plusieurs commentaires:
    Quand on part dans le tiers monde, on est rétrospectivement émerveillé des possibilités qu’offre le net dans les pays riches. Trouver du pain en surffant sur internet, WOW! …d’un autre côté dans les pays pauvres, y’a des bouis-bouis ouverts toute la nuit et puis on trouve toujours quelqu’un pret à vous renseigner, alors l’un dans l’autre… A noter tout de même que le pain est sans doute l’une des seules choses pour lesquelles je sois farouchement chauvin, quoique ce truc du pain avec cuisson rapide à la demande me fiche plutôt la trouille. Me donnerait plutôt envie de reprendre ma production de pain au levain, activité ô combien relaxante.
    Concernant la participation de la francophonie à Wikipédia, et bien il me semble qu’en dehors de la francophonie proche et des Québécois, ce soit plutôt le désert, par exemple je ne connais aucun wikipedien actif opérant depuis l’Afrique (il y avait auparavant un expatrié au Cameroun) en revanche, je peux en citer plusieurs installés aux States. Pour ma part, l’existence de wikipedia (et du net) me rassure sur ma capacité à m’installer dans n’importe quel coin de la planète pourvu qu’il soit doté d’un accés au net, j’ai l’assurance de ne jamais être coupé de la culture, de toujours pouvoir satisfaire ma curiosité.
    Concernant les petites wikipedias, je suis loin de partager l’enthousiasme de l’auteur du post, il me semble que dans la plupart des cas leur ouverture c’est faite à la légère et que ce sont des projets zombies peuplés de bots où seuls viennent parfois les vandales. Voir par exemple cette proposition de fermeture de la wikipedia en Inuktitut http://meta.wikimedia.org/wiki/Proposals_for_closing_projects/Closure_of_Inuktitut_Wikipedia (et jetez en suite un coup d’oeil sur les recentchanges de ce wiki)
    Personellement, je serais pour la mise au placard massive des projets zombies avec possibilité de reouverture si un petit groupe motivé de locuteurs s’engage à prendre les choses en main, mais je sens que ce genre de propositions recevrait à l’heure actuelle une volée de bois vert pour cause de politiquement correct. Pourtant, l’existence de ces petits projets abandonnés, à découvert face au vandalisme et composés d’articles croupions est loin de servir lesdites langues, pour illustrer mon propos, je vous invite à jeter un coup d’oeil à cette monumentale engueulade d’un Nauruan qui accuse des wikipediens bien intentionnés mais ignorant sa langue d’écrire des conneries et de… “voler sa langue” ( http://na.wikipedia.org/wiki/User_talk:Belgian_man ) … A noter que cette petite wikipedia, comme d’autres n’a jamais eu d’intervenant capable de parler, même à un faible niveau la langue en question.

    En tout état de cause dire que Wikipedia existe en “plus de 260 langues” est, pour utiliser un doux euphémisme, une évaluation quelque peu “enthousiaste”

  1. Pas encore de trackbacks