Accueil > Histoires wikimédiennes, Projets Wikimedia, Wikipédia > Monmouth, première ville Wikipédia

Monmouth, première ville Wikipédia

Les projets wikimédia font partie intégrante de notre vie quotidienne. Consulter un article, découvrir une image, vérifier une information sont devenus des gestes courants, presque banals. Pour autant, l’intégration de ces projets dans le quotidien vient peut-être de franchir un nouveau cap. On assiste ainsi depuis quelques mois à la naissance d’une entité nouvelle : la Wikipedia Town ou Ville Wikipédia.

Monmouth est une petite ville galloise, réputée pour abriter plusieurs hauts lieux touristiques datant de l’époque médiévale, dont le château de Monmouth ou le pont Monnow. C’est aussi, depuis peu, une ville expérimentale.

Désireuse de mettre en valeur un fond patrimonial pluriséculaire, la municipalité a contracté un partenariat ambitieux avec Wikimédia UK. Ce partenariat découle d’un pari un peu fou. Un résident de Monmouth, John Cummings, assiste en 2010 à une conférence sur les projets Wikimédia et les perspectives qu’offrent les QR Codes : lus par un téléphone portable, ces petits assemblages de carrés noirs et blancs permettent d’accéder immédiatement à une page web. Cummings interpelle les représentants de Wikimédia UK : « Pourriez-vous appliquer ces codes à l’échelle d’une ville ? » — « Non, mais VOUS pouvez le faire ». Ainsi est né Monmouthpedia

World’s First Wikimedia Town

World’s First Wikipedia Town (John Cummings, CC-BY-SA)

Monmouthpedia fait appel au savoir-faire et aux efforts conjoints de centaines de contributeurs bénévoles. En quelques mois 550 nouveaux articles sont créés dans 29 langues, 145 articles préexistants sont améliorés, 1000 nouvelles images sont téléversées. Un concours a été organisé pour l’occasion, le Charles Rolls Challenge, qui a récompensé quinze contributeurs et huit images de qualité.

De son côté, Monmouth se métamorphose en Wikipedia Town. Des centaines de codes QR ont été apposés sur autant de lieux et d’objets notables. Il peut s’agir de bâtiments historiques, mais aussi de routes, de lieux-dits, et même de livres — les bibliothécaires de Monmouth Library ont ainsi accolé des codes sur la page de garde de nombreux livres. Il suffit de scanner ces codes avec un téléphone portable pour accéder aux articles correspondants.

World’s First Wikimedia Town

Codes QR dans les livres de la Monmouth Library (Victuallers, CC-BY-SA)

Les codes ne font pas qu’apporter un supplément d’information. Ils redéfinissent la notion même de parcours touristique. La découverte ne naît pas seulement de la proximité géographique, mais aussi de la proximité thématique. L’initiateur du projet insiste dans une vidéo de présentation sur l’apport contextuel des codes QR et leur capacité à nous faire comprendre et apprécier les « choses qui nous entourent ».

La consultation des liens internes facilite la planification du trajet. La Monmouth Heritage Trail propose aussi une carte et une liste donnant une vision d’ensemble des principaux lieux touristiques. L’ensemble de ce dispositif amène à appréhender tout autrement l’espace social. Le fondateur de Wikipédia, Jimmy Wales, souligne ainsi :

Je suis vraiment fasciné par le projet Monmouthpedia. Transplanter une ville entière sur Wikipédia est quelque chose de radicalement novateur […]. Je m’attends à ce que d’autres villes réalisent des projets similaires.

Ce projet n’est pas que l’apanage de la Wikipédia anglophone. Plusieurs versions linguistiques se sont associées au projet, au premier rang desquelles les Wikipédia en espéranto, en hongrois et, logiquement, en gaélique. On trouve aussi depuis peu toute une série d’articles sur le Monmouthshire dans la Wikipédia francophone. La plupart ne sont encore que des ébauches.

N’hésitez pas à les améliorer !

  1. Exploser
    02/06/2012 à 11:17 | #1

    En même temps, est-ce que ce n’est pas un peu inquiétant, une telle omniprésence de Wikipédia dans cette ville ? Je contribue beaucoup à Wikipédia, et je suis donc assez satisfait de voir les QR codes des articles de Wikipédia trôner en première page des livres de la bibliothèque de Monmouth. Mais finalement, ça me laisse aussi un peu perplexe. J’adore Wikipédia. Mais je n’ai pas non plus envie que sa présence devienne hégémonique. Je trouve ça dommage qu’à côté du QR code de Wikipédia, il n’y ait pas les QR codes d’autres projets comparables. Dans ce cas il vaudrait mieux ne mettre aucun QR code du tout, plutôt qu’en mettre un seul. Il n’y a malheureusement pas de projet comparable, pour l’instant. Selon moi, il serait très souhaitable qu’il y en ait plusieurs, qui se feraient une saine concurrence. Ce serait mieux à tous points de vue. Monmouth pourrait mettre des QR codes redirigeant vers différents articles. Au lecteur d’en faire sa propre synthèse. Et les contributeurs seraient moins tributaire de notre encyclopédie. En cas de désaccord sur tel ou tel point, ils pourraient changer d’encyclopédie (par exemple, sur le coup des bannières apposées sur certaines Wikipédias pour protester contre telle ou telle loi en projet aux États-Unis ou en Italie, je pense qu’une bonne partie serait allée voir ailleurs ; et que les contributeurs aient le choix de rester ou de partir, je trouve cela plutôt sain).

  2. Alexander Doria
    03/06/2012 à 01:59 | #2

    Il ne me semble pas que Wikipédia ait cherché à tout prix à abattre la “concurrence” (qui n’a d’ailleurs pas manqué : Universalis, Encarta, Citizendium, Knol, Larousse…). Le fait est plutôt, que le “marché” des encyclopédies numériques obéit à une logique de winner-take-all : plus un acteur s’impose, plus il reçoit de visite, plus son contenu s’améliore en quantité et qualité, et plus il s’impose. A partir d’un moment t, l’acteur dominant accumule une avance quasiment indépassable en terme de visibilité et de “capital” de connaissance. Wikipédia n’a pas cherché à être seule, mais elle l’est devenue un peu pas la force des choses (je doute que les édiles de Monmouth aient été fascinés par un partenariat avec Larousse ou Citizendium).

    Après, cette absence de concurrence n’est pas si problématique que cela. Wikipédia est un système ouvert, avec les inconvénient et les avantages que cela pose (pas de comité éditorial, donc une grande diversité de “discours” wikipédiens et un contenu de qualité variable). Lorsqu’il est bon, l’article de Wikipédia présente une synthèse du savoir actuel : il n’est pas nécessaire de se mettre en quête d’autres articles encyclopédiques pour se faire sa propre synthèse — à ce stade, il vaut mieux accéder directement à des publications spécialisées. Lorsqu’il est mauvais, il est toujours possible de l’améliorer soi-même…

  1. 02/06/2012 à 13:31 | #1