Archive

Archives pour 02/2016
Aucun commentaire 29/02/2016

De Wiki Loves Africa à Wiki Loves Women

Après une première édition en 2014 sur la thématique de la gastronomie, le concours Wiki Loves Africa s’est tenu pendant les mois d’octobre et novembre 2015 sur la thématique “Parures et ornements“. Les images représentent ainsi la mode définie par des influences culturelles locales, notamment en ce qui concerne les bijoux, le maquillage, les coiffures, l’habillement. Le concours a été un succès tant dans la célébration de l’universalité de la mode que de la diversité des tenues et pratiques traditionnelles de toute l’Afrique.

En effet, ce sont 7453 images qui ont été téléchargées sur la médiathèque Wikimedia Commons par 734 contributeurs venant de 51 pays à travers le monde ! Les pays les plus impliqués sont la Tunisie, la Côte d’Ivoire et le Cameroun. Des équipes locales se sont constituées dans certains pays notamment en Algérie, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, en Égypte, au Nigeria, en Tanzanie, en Tunisie et en Ouganda pour organiser 41 événements locaux dans le but d’inciter les gens à participer. Des contributeurs plus isolés ont aussi participé dans des pays tels que le Ghana, le Kenya ou l’Éthiopie.

Le concours accueille des contributeurs qui pour beaucoup sont des primo-contributeurs aux projets Wikimédia. Lucas Takerkart, gagnant du deuxième prix et réalisateur pour Cultur’All – une association œuvrant à la préservation et à la valorisation des cultures populaires – explique :

Mon amie, une styliste franco-sénégalaise (Lô Créations), est tombée un peu par hasard sur le concours en faisant des recherches sur la mode et l’Afrique. Elle a ensuite envoyé quelques-unes de mes photos, assez facilement… Merci à elle sans qui je ne vous écrirais pas actuellement!

Je ne connaissais pas cette plate-forme. Je suis pour les licences libres et il faut que je m’y intéresse plus car je produis énormément sans forcément diffuser…

Les gagnants ont été sélectionnés par un jury international composé de wikimédiens, dont certains membres de Wikimédia France, de professionnels de la mode et de photographes professionnels : Paul Weinberg, Samson Ngumenawe, Oguntimehin A. Ariyo, Jacques Kouao, Siwar Horchani Zarrouk, Yetty Ogunnubi (Yetty D), Fanta Kone, Céline Rabaud, Sylvain Boissel and Habib M’henni. L’annonce des résultats a été faite le 19 février suite à un long travail de visionnage et de sélection effectué par le jury.

Premier Prix remis à Isaac Kaigi (Kenya) pour sa photo “Busy Afternoon”

Deuxième prix remis à Lucas Takerkart (France) pour “Fashion designer in St Louis in Senegal”

Lucas revient sur les conditions dans lesquelles il a réalisé la photo gagnante du 2e prix :

J’ai pris cette photo lors d’un repérage pour un documentaire sur les savoir-faire des artisans de Saint-Louis au Sénégal. C’est un tailleur dans son atelier… Quelqu’un d’assez charismatique… Son fils qui est en train de broder en arrière plan (on aperçoit sa casquette dépasser) est également un des rappeurs du groupe Nuul Kukk pour lesquels j’ai réalisé ce Street Clip).

Troisième prix remis à Dili Osuhor (Ghana) pour “Lady in Yellow, an african head dress in Ghana”

Le prix de la Communauté, quant à lui, a récompensé la meilleure photo selon la communauté Wikimedia parmi les 39 photos qui ont reçu la meilleure note de la part du jury.

Prix de la communauté remis à Mus52 pour “Women in haik at the Port of Algiers, Algeria” soutenue par 29 votes

Les gagnants ont été récompensé par un tirage papier de leur photo primée, un livre, des goodies Wikimedia ainsi qu’une tablette Samsung Galaxy Tab S 9 pour le premier prix et des chèques-cadeaux Amazon pour les trois autres prix.

Un projet en Afrique en appelle un autre … Découvrez Wiki Loves Women !

Wiki Loves Women est un projet de gestion des connaissances qui sera mis en oeuvre dans 4 pays de l’Afrique sub-saharienne. Il consiste en un ensemble de collaborations ambitieuses entre des Wikipédiens en Résidence situés dans chaque pays concerné, la communauté bénévole de wikipédiens, des institutions publiques, des organisations de la société civile, en particulier des structures impliquées dans l’égalité des genres. Wiki Loves Women est porté par Isla Haddow-Flood et Florence Devouard et mis en oeuvre en collaboration avec l’Institut Goethe.

Son but est l’émancipation et la mise à disposition du grand public du contenu culturel et éducatif déjà existant et vérifié au sein d’institutions publiques ou d’organisations de la société civile, mais peu visible ou peu accessible. Le projet vise ainsi à mettre en valeur les contributions et les réussites des femmes africaines notables ; et également à attirer l’attention sur les défis spécifiques rencontrées par les femmes africaines dans leur quotidien.

Par ailleurs, Wiki Loves Women apportera une attention toute spécifique à faciliter la participation des femmes à ce projet, ainsi que des hommes sensibles aux questions d’égalité homme/femme dans les pays sélectionnés.

Appel à candidature

WikiAfrica est à la recherche de quatre Wikipédiens en Résidence pour ce projet.

Le projet Wiki Loves Women cherche des candidats enthousiastes habitant en Afrique sub-saharienne pour mettre en oeuvre le projet depuis leur pays de résidence. Les Wikipédiens en Résidence seront chargés d’identifier les organisations partenaires disposant de contenus et de s’assurer de leur participation dans le projet lors de l’intégration de ces contenus dans les projets Wikimedia. Par ailleurs, les Wikipédiens en Résidence seront chargés de travailler en collaboration avec les Wikipédiens existants et nouveaux, pour faciliter le transfer et l’intégration du contenu. Cette collaboration sera facilitée par l’organisation régulière d’évènements au sein des Instituts Goethe.

Le Wikipédien en Residence travaillera, en collaboration avec l’Institut Goethe sur place et la communauté wikimédienne locale, à assurer la croissance de la communauté de rédacteurs du projet Wikipedia et facilitera leur participation au projet Wiki Loves Women.

 

 

 

 

 

 

par Sophie Roset
Categories: Projets Wikimedia, Wikifranca, Afrique
2 commentaires 27/02/2016

Place au WikiMOOC pour cinq semaines

C’est parti ! Depuis le 22 février, un cours en ligne, gratuit et accessible à tous, pour découvrir en cinq semaines le fonctionnement de Wikipédia et apprendre à y contribuer en rédigeant des articles. Ce cours, c’est le WikiMOOC, un MOOC (Massive Open Online Course en anglais, « cours en ligne ouvert à tous » en français) totalement gratuit et hébergé sur la plateforme France Université Numérique, propulsée par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Plus de 5 600 internautes du monde entier se sont déjà inscrits au cours. Et si vous aussi vous souhaitez le suivre, il n’est pas trop tard pour vous inscrire (prévoir 3 h de travail par semaine) car les inscriptions ferment le 29 février !

 

carte du monde

Répartition géographique des inscrits.

Une douzaine de contributrices et contributeurs bénévoles de Wikipédia, expérimentés, soutenus par l’association Wikimédia France, travaillent à la conception du WikiMOOC depuis mai 2015.

L’objectif ?

Faire découvrir les coulisses de Wikipédia – septième site web le plus visité au monde, mais au fonctionnement pourtant souvent méconnu – augmenter le nombre de contributeurs de l’encyclopédie et enfin diversifier leurs profils, jusque-là très majoritairement masculin et occidental. L’équipe de conception du WikiMOOC se réjouit de compter environ 36 % de femmes parmi les inscrits au WikiMOOC, et près de 20 % d’internautes résidant en Afrique.

Désormais, place au WikiMOOC !

par Jules Xénard
Categories: Projets Wikimedia
Aucun commentaire 24/02/2016

Wikidata pour la science

Une journée de découverte de Wikidata a été organisé le 2 février par Wikimédia France et le Center for Data Science de Paris-Saclay. Cette journée ouverte à tous s’est tenue au sein de l’Université Paris-Saclay, elle a été  pour une quarantaine d’universitaires et de doctorants de découvrir comment Wikidata parvient à constituer une des premières bases de connaissances au monde, et comment l’intégrer et l’exploiter dans les projets des étudiants et des chercheurs de l’université.

Le partage des données, avec comme objectif le Linked Data (Web des données), encore appelé Graphe Global Géant ou encore le Web 3.0, implique la constitution coûteuse de bases de connaissances, qui elles mêmes se périment très vite. L’alternative est l’élaboration collective de ces bases de connaissances de façon contributive.

Les divers domaines scientifiques sont déjà représentés dans Wikidata. Ces contributions peuvent être exploitées par exemple pour faciliter la découverte d’information, la reproductibilité et la traçabilité des travaux de recherche. Le Center for Data Science a travaillé sur les outils destinés à faciliter la découverte et la réutilisation des données de Wikidata.

Durant cette journée à travers des exemples réels et des travaux pratiques, les participants ont pu découvrir les travaux de recherche qui utilisent déjà les données de Wikidata et ces premiers outils.

Les sujets suivants ont été abordés durant la journée :

  • Qu’est-ce que Wikidata et Wikipédia ?
  • Quel est l’objectif de Wikidata ?
  • Comment peut-on contribuer, manuellement ou automatiquement à ce projet ?
  • Comment découvrir et utiliser les données de Wikidata ?
  • Quels sont les projets scientifiques qui utilisent déjà Wikidata dans lemonde et à l’université ?
  • Que peut apporter Wikidata pour partager les données de la recherche ?
  • Quels services propose le Center for Data Science de ParisSaclay dans ce domaine ?

Wikidata

La première moitié de la journée a été consacrée à une présentation de Wikidata par Sylvain Boissel, administrateur systèmes et réseaux de Wikimédia France et Harmonia Amanda, administratrice sur Wikidata.

Dernier né des projets Wikimedia, Wikidata a fêté ses trois ans en octobre dernier. Il s’agit d’une base de données collaborative placée sous licence CC0.

La présentation est organisée en trois parties, d’abord une présentation générale du site, puis les différents moyens de faire des requêtes sur la base de données et de la réutiliser et enfin comment contribuer à son amélioration.
Nouveau venu dans les bases de données en web sémantique, Wikidata a très vite pris une place centrale du fait de sa licence libre, de son aspect collaboratif et de la confiance qui lui est accordée concernant la stabilité du projet. C’est également un projet multilingue, gérant plus de 250 langues de façon native, et qui est encore en développement.

L’objectif premier du projet était proprement interne aux projets Wikimedia, puisqu’il s’agissait de centraliser les liens interwikis. Dans un deuxième temps, il s’agit de constituer une base de données structurée et réutilisable qui permette de stocker des données brutes ensuite utilisables sur les projets Wikimedia. Pour ce faire, il était nécessaire de construire une base de données requêtable et donc réutilisable plus largement.

La deuxième partie de la présentation s’intéresse aux façons de faire des requêtes sur la base de données pour pouvoir l’utiliser notamment les différents moyens de trouver un élément précis (les divers liens depuis Wikipédia, le système de recherche, la méthode de recherche par nom exact, etc.), présentation rapide de l’API et de son interface graphique.
Plusieurs exemples sont présentés :

  • réutilisations depuis Wikipédia : parsers functions, modules lua…
  • scripts en Python pour faire des requêtes et des insertions sur les sites Mediawiki (pywikibot)
  • interfaces de requêtes : Wikidata Query et SPARQL (query.wikidata.org)
  • outils spécialisés dans la réutilisation des données (outils de généalogie, de frises chronologiques, de cartes, ou encore de présentations plus lisibles pour des être humains que les éléments eux-mêmes)
  • réutilisations extérieures à Wikimédia sont également présentés

La troisième partie est consacrée à la contribution à Wikidata : créer un compte Wikimedia, paramétrer les langues d’interface, ajouter différents gadgets d’édition y compris des gadgets permettant des contributions semi-automatiques…

Retrouvez la présentation faite pendant cet atelier par ici.

Expérimentations Wikidata à Saclay

L’après midi, plusieurs chercheurs du plateau de Saclay ont présenté leurs travaux et la manière de se connecter à l’ontologie de Wikidata afin de mettre à disposition leurs données dans le Web des données.

Deux gadgets spécifiques pour Wikipédia ont été présentés. En effet, en copiant un petit bout de code dans la page de JavaScript personnalisée, les chercheurs du plateau de Saclay ont accès, depuis Wikipédia, à des onglets présentant des informations supplémentaires. Ainsi, directement depuis l’article de Wikipédia concernant un domaine de recherche, ils peuvent trouver les chercheurs compétents dans leurs domaines à l’Université de Paris-Sud (lien vers l’outil).

Autre exemple appliqué aux matériels disponibles pour les chercheurs, depuis l’article « spectromètre de masse », ils peuvent retrouver l’emplacement de tous les appareils disponibles de ce type disponibles sur le plateau (lien vers l’outil). Ces gadgets ont été présentés par Gregory Grefenstette (INRIA – TAO) et Valérie Cantonny (Institute of Plant Sciences Paris-Saclay IPS2 – Plateforme Métabolisme Métabolome)

Deux autres présentations concernaient la constitution de deux bases de connaissances ouvertes au sein de l’Université de Paris-Sud. Une base de connaissances ouverte pour les plateformes analytiques, par Sana Tfaili (Lip(Sys)2), puis une autre pour le droit canonique, nommée « projet Gregorius », par Julien Nauroy (Direction Informatique).

Karima Rafes (Paris-Sud / BorderCloud) a ensuite animé un atelier pratique, présentant comment interroger à l’aide du langage SPARQL les données de Wikidata à travers les outils du Center for Data Science.

La journée s’est terminée sur une table ronde accompagnée d’un débat avec le public. Les participants se sont interrogés sur la place de Wikidata dans la science, et la place de la science dans Wikidata. Les réflexions ont porté, notamment sur la faisabilité d’établir une ontologie couvrant l’ensemble du savoir humain, et sur les besoins des chercheurs en matière de bases de connaissances : s’ils sont souvent trop spécifiques pour que les données soient mises directement sur Wikidata, les bases peuvent en revanche être reliées entre elles par le biais des éléments Wikidata.

Prochain atelier de présentation de Wikidata : jeudi 25 février à 19:30 à La Paillasse (226 rue Saint Denis, 75002 Paris)

par Sylvain Boissel
Categories: Projets Wikimedia, Wikidata
Aucun commentaire 16/02/2016

15 ans de Wikipédia : Les wikipédiens à l’honneur

À l’occasion des 15 ans de Wikipédia, la page Facebook de l’association a vu défiler pendant le mois de janvier des portraits de contributrices et contributeurs, des plus chevronnés inscrits-es en 2001 jusqu’aux plus jeunes inscrits en 2015. Elles et ils ont pris la parole pour témoigner de leur rencontre avec l’encyclopédie, leurs contributions et leurs actions sur Wikipédia et au-delà. En voici, les plus savoureuses parties.

Tyseria a 13 ans et c’est le plus jeune des contributeurs dont le portrait figure ici. Lundi Novembre elle, est la plus récemment inscrite, elle s’est créée un compte à l’été 2015. 0x010C est un étudiant alsacien de 21 ans.

Lundi Novembre : « Dès que je vois un article aussi petit soit-il, sans image ou photo, je vais voir sur Commons si je ne trouve pas de quoi l’illustrer. »

0x010C : « Je participe aussi avec d’autres wikipédiens à la rédaction du WikiMOOC, un cours en ligne gratuit et ouvert à tous pour apprendre à contribuer à Wikipédia. J’espère par là inciter un maximum de monde à oser sauter le pas, comme je l’ai fait il n’y a pas si longtemps ! »

Tyseria : « J’ai vraiment pris goût à contribuer régulièrement grâce à plusieurs autres utilisateurs qui m’ont pris sous leurs ailes même dans les moments difficiles. Je ne pourrais jamais les remercier assez. »

Jitrixis est lyonnais, SenseiAC est astronome et vit à Genève. Benoît Prieur a 40 ans et vit dans l’Ain.

Jitrixis : « Je fais partie d’un groupe de contributeurs locaux lyonnais, nommé la cabale de la quenelle (en référence à la quenelle de Lyon), qui organisent des activités sur Lyon afin d’améliorer les articles sur la culture lyonnaise. Ensemble nous avons pu enrichir l’encyclopédie collaborative d’images et d’articles autour des œuvres du musée des beaux-arts de Lyon. »

SenseiAC : « J’ai créé un certain nombre d’illustrations importées sur Commons afin de compléter les articles par des éléments plus visuels ; d’autres plus techniques ont été faites à ma demande par les membres de l’atelier graphique par exemple. Le partage des connaissances, ça passe aussi par le partage des compétences. J’en profite pour remercier tous les contributeurs petits et grands qui participent à enrichir l’encyclopédie. »

Benoît Prieur : « Au-delà de mes sujets de prédilection, dès que je consulte un article Wikipédia, je cherche également à l’améliorer quand c’est nécessaire et quel que soit le sujet. Aujourd’hui je bénéficie d’accès à des ressources en ligne (Cairn etc.) grâce au formidable projet:La bibliothèque Wikipédia. »

Theoliane, retraitée de la Santé vit en Normandie.  Harmonia Amanda est une Parisienne de 26 ans. Euterpia contribue depuis 2006 et est administratrice sur l’encyclopédie.

Harmonia Amanda : « Je suis sur le spectre autistique, mes centres d’intérêts sont spécifiques et envahissants. Sur Wikipédia, ce n’est plus un handicap mais une chance. Je peux écrire sur les détails les plus obscurs tant que j’ai des sources. »

Theoliane : « Comme tout débutant qui se respecte, je me suis lancée sans lire la moindre page d’aide et mon premier article a été supprimé immédiatement ! Bien sûr que j’étais déçue, mais j’ai quand même continué, dans la bonne direction cette fois. »

Euterpia : « Ce que j’aime particulièrement c’est découvrir un sujet insolite. Récemment j’ai commencé une liste de sons inexpliqués c’est très amusant. Un sujet me tient à cœur celui des femmes prix Nobel. L’article était hautement intéressant à écrire et a d’ailleurs été labellisé, c’était important pour moi qui suis une femme travaillant dans l’ingénierie. »

FredD a 28 ans et a déjà plus de 13 200 contributions à derrière lui. Nojhan est chercheur en algorithmes et s’est inscrit en 2003. Fourvin, 57 ans, réside à Paris.


Fourvin : « Mon inscription remonte à 2004 suite à une interview sur le travail collaboratif en ligne qui m’a fait découvrir le projet qui n’avait pas encore 50 000 articles. »

FredD : « J’ai commencé en contribuant principalement en musique. Ensuite j’ai fait des études littéraires et beaucoup contribué en Littérature et Histoire (notamment de la Renaissance). Puis je suis devenu biologiste, et aujourd’hui je suis l’un des principaux contributeurs en biologie marine, et notamment responsable de l’imposante “Biodiversité marine des lagons de la Réunion“. »

Nojhan : « Wikipédia était parfaitement en accord avec la philosophie de la communauté scientifique, dans laquelle je faisais mes premiers pas, notamment en ce qui concerne la vulgarisation et l’éducation populaire. Wikipédia est l’évolution naturelle de cette manière d’apprendre, avec une puissance de frappe encore plus grande. Je dis souvent que j’ai plus appris sur l’épistémologie en pratiquant Wikipédia que sur les bancs de l’université ! »

Yann partage sa vie entre la Haute-Savoie et la ville d’Ahmedabad en Inde. Anthere est à l’origine de nombreux projets comme Wiki Loves Africa ou Wiki Loves Women.

Yann : « J’étais ingénieur système et réseau, spécialiste des logiciels libres, autant par conviction pour les licences libres que par intérêt pour les techniques informatiques. J’ai aussi toujours été partisan d’un assouplissement des droits d’auteur. Les projets Wikimedia sont donc pour moi une extension naturelle des licences libres, des logiciels vers le contenu. »

Anthere : « Tout a commencé avec les retombées de septembre 2001 et  l’envie dévorante de faire entendre aux américains un son de cloche différent de celui seriné par leur gouvernement et la chaîne Fox News Channel (entre autres…). En gros… j’avais des envies de NPOV. Quand j’ai découvert Wikipédia, j’ai compris que j’avais trouvé ce qu’il me manquait. »

Retrouvez l’intégralité des témoignages sur la page Facebook de l’association :
FredD, Nojhan, Yann, Anthere, Benoît Prieur, Fourvin, Euterpia, Theoliane, Harmonia Amanda, SenseiAC, Jitrixis, Tyseria, Lundi Novembre0x010C.
par Sophie Roset
Categories: Projets Wikimedia