Archive

Archives pour la catégorie ‘Wikiversity’
un commentaire 20/06/2013

Du puits de science au passeur de science, enseigner avec Wikipédia

Ce billet présente l’expérience de Lionel Barbe, maître de conférences, ayant piloté un atelier en Master I CRDM (communication rédactionnelle et multimédia) à l’université Paris Ouest Nanterre, consistant à contribuer à Wikipédia tout en enrichissant ses propres connaissances.

Lionel Barbe, Journée Wikipédia et la science à l'ISCC. Photo F. Lamiot - CC-By-SA

Lionel Barbe, Journée Wikipédia et la science à l'ISCC. Photo F. Lamiot - CC-By-SA

La tâche paraissait ardue : utiliser Wikipédia comme un outil de transmission de connaissances en pilotant un atelier collaboratif visant à enrichir l’encyclopédie libre dans des domaines prédéfinis. Difficultés supplémentaires, les 55 étudiants de la promotion ne pouvaient rentrer en salle informatique que par demi-groupes et nous ne disposions que de six séances de trois heures pour mener à bien le projet. Il fallait également trouver un système de notation équitable en considérant la diversité potentielle des tâches à accomplir : création et enrichissement d’articles, corrections diverses, éditorialisation, traductions, ajouts bibliographiques et webographiques, ajout d’images…

Le projet était bâti sur une idée sous-jacente : transformer le rôle traditionnel de l’enseignant, diffuseur vertical d’une connaissance incontestable, en un rôle de passeur, pour permettre aux étudiants d’acquérir une démarche proactive leur permettant d’évaluer eux-mêmes les ressources pertinentes, tout en améliorant de façon substantielle le capital connaissance disponible. Acquérir et enrichir dans un même élan.

Objectif pédagogique

Favoriser la créativité des étudiants et susciter leur motivation en leur donnant la plus grande liberté possible dans leur démarche d’apprenants des outils nécessaires à l’accomplissement de leur mission.

Il s’agissait donc de réorienter le rôle de l’enseignant : orienter, mais pas diriger, donner un avis circonstancié, mais sans imposer. Un enseignant qui n’apprend pas des connaissances particulières, mais plutôt qui suscite une démarche générale d’acquisition de connaissances. Apprendre à apprendre.

Méthodologie et démarche du projet

La première démarche est de créer un espace général de coordination sur la Wikiversité francophone. Cette page contient cinq rubriques essentielles. La première rubrique est une liste contenant une dizaine de liens vers des pages importantes de Wikipédia dont la connaissance est nécessaire avant de commencer à contribuer et auxquels on peut se référer régulièrement tout au long du projet. Il s’agit par exemple de la page expliquant la syntaxe Wiki, de celle présentant la charte du contributeur en sciences, des cinq piliers de Wikipédia, etc… La deuxième rubrique indique la démarche permettant de créer un compte sur Wikipédia et demande aux étudiants de préciser leur rattachement à un projet universitaire coordonné avec Wikimédia France, plus un lien vers la page utilisateur de l’enseignant responsable du projet. La création et l’édition de la page utilisateur constitue un premier exercice pratique de familiarisation avec l’édition wiki. Les troisième et quatrième rubriques sont des tableaux. Le premier indique la concordance entre les pseudos utilisés sur Wikipédia et le nom de chaque étudiant avec des liens vers chaque page utilisateur. Le second contient une suggestion de pages à créer/améliorer avec une rubrique « état d’avancement ». Si le premier tableau est vide au départ, excepté le pseudo et le nom de l’enseignant, le second contient une vingtaine de suggestions d’articles. La cinquième et dernière rubrique, vide elle aussi, indique les champs que chaque étudiant devra remplir à la fin du projet dans une section individuelle qu’il aura créée et présentant le travail accompli.

Point important : ces cinq rubriques, comme l’ensemble de la page, seront améliorées au fur et à mesure par les étudiants, l’enseignant n’intervenant quasiment plus sur la page.
Une fois que les étudiants ont pris connaissance de la page Wikiversité et des cinq rubriques qu’ils devront étoffer au fur et à mesure, l’enseignant peut prendre le rôle du « passeur », et encourager une dynamique collaborative entre les étudiants.

Cheminement des étudiants et mode « passeur » de l’enseignant

La méthode déconcerte les étudiants au premier abord. Ils se sentent un peu perdus en absence du fil directeur de l’enseignant et la question « que doit-on faire maintenant ? » est récurrente dans les premières heures. La réponse étant systématiquement « réfléchissez à ce sur quoi vous aimeriez contribuer sur Wikipédia et lancez-vous en vous aidant de la page de coordination ». Mais la perplexité ne dure pas et rapidement les idées jaillissent et s’auto alimentent les unes les autres à mesure que les étudiants naviguent sur Wikipédia et en découvrent les potentialités. Les petits blocages techniques sont fréquents, mais la plupart du temps un étudiant à déjà trouvé la solution et la communique aux autres. L’enseignant joue le rôle d’ interface en mettant en relation ceux qui ont un problème avec ceux qui en ont trouvé la solution. L’objectif final est que l’enseignant ne serve plus à rien ou presque, les étudiants s’échangeant les solutions entre eux. La diminution progressive du recours à l’enseignant indique que la dynamique collaborative fonctionne. Pour renforcer la dynamique, il est préférable de ne pas donner les solutions aux étudiants immédiatement. Mieux vaut les laisser chercher. L’enseignant ne donnera une solution de façon directe que si le blocage est manifeste, ce qui n’est pas arrivé dans ma session.

Résultats

En initiant ce projet, j’étais optimiste mais j’avais un doute. Ne surestimais-je pas la capacité imaginative et collaborative des étudiants ? Le risque était de se retrouver en difficulté avec des étudiants à bout de nerfs, sans obtenir de résultat significatif. Autre risque, les utilisateurs avertis de Wikipédia et les administrateurs, réputés retors et intransigeants, allaient-ils faire bon accueil à des étudiants de Master acculturés au numérique mais pour la plupart néophytes sur Wikipédia ?

En fin de compte, les résultats dépassent assez largement mes attentes. Une quinzaine d’articles ont été créés, dont un seul supprimé par les administrateurs. On peut citer « incommunication », « médiasphère », ou encore « viralité ». Plus d’une quarantaine d’articles ont été améliorés et la plupart considérablement, passant souvent de quelques lignes à plusieurs pages. Des articles importants ont connu une forte incrémentation quantitative et qualitative. Il s’agit par exemple de la page sur Tim Berners Lee, de l’article « document électronique », devenu « document numérique », de la page du « whole earth catalog » ou encore d’ « Arpanet ».

Quid de la notation ?

L’objectif était d’établir un système de notation équitable tout en prenant en compte la diversité des tâches accomplies. Il m’a semblé nécessaire de prendre également en compte les discussions entre les étudiants et les Wikipédiens avertis dont le but est de défendre leurs récentes contributions. J’ai donc établi un système de pondération entre les tâches. La création d’un nouvel article, son enrichissement et sa défense étant la tâche la plus rémunératrice en terme de points. En regard de cette pondération qualitative, j’appliquais un coefficient quantitatif, plusieurs traductions devenant équivalentes à un article créé. Le point délicat est d’avoir une vision objective de ce qu’a concrètement réalisé chaque étudiant. Pour cela, j’avais demandé à chacun de placer un lien vers la page « mes contributions » dans sa section. De cette façon, j’accédais en un clic à la totalité des contributions d’un étudiant. Il est ensuite nécessaire d’affiner en observant dans chaque article les changements apportés par l’étudiant. Heureusement, les articles en question sont relativement spécialisés et modifiés épisodiquement. Je retrouvais aisément les contributions de mon étudiant et il me suffisait de cliquer sur « diff » pour avoir l’ensemble des modifications de toutes les contributions successives. Lorsque les étudiants avaient travaillé en groupe, j’évaluais leurs contributions de façon globale.

Vers des nouvelles formes d’enseignement ?

A l’heure où les étudiants pianotent sur leur tablette ou leur ordinateur portable pendant les amphis en temps réel pour trouver un meilleur cours que celui que leur professeur est en train de transmettre, il semble nécessaire que le corps enseignant se remette en question dans son rôle et dans ses missions. Nous sommes bien loin du temps où le professeur, puits de science, communiquait verticalement un savoir difficilement accessible autrement et considéré comme une vérité durable et incontestable. La révolution de l’education 2.0 est en marche et l’incroyable succès des MOOC aux États-Unis et Angleterre est là pour en témoigner. Tout comme les journalistes, les documentalistes, les voyagistes, les chercheurs…et tant d’autres professions, les enseignants doivent accepter de vivre une des plus importantes révolutions médiatiques de l’histoire humaine. Aujourd’hui, les ressources numériques permettent d’envisager des formes d’enseignement innovantes basées sur une dynamique collaborative. Pour ce faire, l’enseignant doit descendre de sa tour d’ivoire et accepter le risque de l’interaction. Cela nécessite de concevoir les étudiants autrement, comme des éléments actifs d’une dynamique globale d’acquisition et non comme de simples réceptacles de la connaissance.

Et du côté des étudiants?

J’ai demandé à chaque étudiant de répondre à la question « Quel bilan tirez-vous de cette expérience ? », Voici quelques réponses :
« Je tire un bilan positif de ce travail collaboratif. Je ne pensais pas être capable de concevoir une page Wikipédia et apporter mes propres modifications sur un article. Je suis très agréablement surpris par la réactivité des contributeurs réguliers. J’ai pu échanger avec un contributeur et j’ai appris beaucoup de choses sur le fonctionnement de Wikipédia avec ce dernier au-delà des tutoriaux disponibles sur le site. », Emmanuel S.

« Wikipédia étant un outil indispensable et incontournable dans la vie d’un étudiant, il me semble que le fait d’apprendre à s’en servir, de comprendre son fonctionnement et son articulation est, si ce n’est logique, extrêmement recommandée. C’est pourquoi j’ai tenté d’apprécier au mieux cette expérience en discutant avec différents contributeurs mais aussi en fouillant avec intérêt dans les fonctionnalités. De plus, le fait de savoir d’où vient l’information à laquelle on se réfère au quotidien permet de l’interpréter avec plus de justesse. Au delà d’avoir pu y contribuer, découvrir un projet aussi ambitieux que celui-ci et se rendre compte de l’importance du rôle de chacun m’a donné un aperçu du résultat d’un travail collectif et en communauté. » , Olivia M.

« Le bilan de cette expérience a été plutôt positif car je n’avais jamais fait la démarche de publier sur des wikis auparavant. Le fait d’avoir crée un compte va sûrement m’encourager dans le futur à publier davantage sur Wikipédia. En revanche,je trouve que le fait de publier sur le plus grand wiki du monde entraîne une grande responsabilité puisque notre article sort en premier lors des recherches via Google. », Cécile A.

« C’est un exercice original et stimulant car notre travail et visible par tous et va au-delà du cadre académique car il peut être consulté, utilisé et modifié. La prise en main est intuitive et l’élaboration de l’article est très prenante car elle se fait à plusieurs niveaux (rédaction, illustration et conventions typographiques). Même si le jeu des balises n’est pas naturel au-départ, il s’automatise progressivement et on gagne en efficacité. », Julien B.

La totalité des réponses des étudiants, ainsi que les autres éléments du projet sont consultables sur la page de coordination de Wikiversité : http://fr.wikiversity.org/wiki/Recherche:Atelier_”Enrichir_Wikipédia_M1_CRDM_Nanterre”

Lionel Barbe

Aucun commentaire 17/03/2010

La Wikiversité francophone atteint les 1 000 leçons

La Wikiversité francophone a atteint, le 15 mars 2010, les 1 000 leçons avec Coniques, courbes paramétrées. La Wikiversité est un projet soutenu par la Wikimedia Fondation. Il s’agit d’une communauté pédagogique libre existant actuellement en 11 langues différentes, disponible sur le Web et écrite par les internautes grâce à la technologie wiki. Après avoir été proposée à la suppression (dans sa version anglophone) en août 2005, elle devient finalement un projet Wikimedia indépendant et sa version francophone est créée en décembre 2006.

Logo Wikiversity

Logo de la Wikiversité
(Tous droits réservés, Wikimedia Foundation, Inc.)

Comme l’indique la première ligne de sa page d’accueil, la Wikiversité a pour slogan : « La communauté pédagogique libre à laquelle chacun peut prendre part ! ». Comme Wikipédia, ce projet a pour but de créer et distribuer le savoir de la meilleure qualité possible à chaque personne sur la terre dans sa langue maternelle.

L’originalité de la Wikiversité se dégage également par le fait qu’elle offre un espace, non seulement pour héberger les travaux de recherche, mais aussi pour faciliter la recherche au travers de communautés de chercheurs. Contrairement à Wikipédia, son ambition ne se limite pas uniquement à exposer des connaissances déjà établies et reconnues. Les travaux personnels ou originaux ont aussi leur place sur la Wikiversité.

Aucun commentaire 15/06/2009

Wikiversity : le partage du savoir éducatif

Le projet le plus connu parmi ceux hébergés par la Wikimedia Foundation est Wikipédia. Mais d’autres projets éducatifs existent.

Logo de Wikiversité

Logo de Wikiversité

Wikiversity, contraction de wiki et d’university (en français université), est un projet décliné en une dizaine de versions linguistiques (anglais, français, allemand, finnois, espagnol, portugais, italien, grec, japonais et tchèque). Un espace réservé (la Betawikiversity) permet à quelques contributeurs de commencer une Wikiversité dans une nouvelle langue en attendant qu’il y ait assez de contributeurs pour lancer définitivement la nouvelle version linguistique (actuellement une quarantaine de projets sont en attente).

Quel est le but de Wikiversity et en quoi est-il différent de Wikipédia ?

Wikiversité (nom francisé de Wikiversity) a pour but de permettre à tous d’apprendre, d’acquérir des notions, des savoirs et de la connaissance librement. Et ceci grâce à une méthode pédagogique structurée puisque les leçons publiées sur la Wikiversité se rapprochent sensiblement de ce que l’on peut voir dans les écoles.

Comme Wikipédia, Wikiversité est structurée en thèmes de connaissance (appelés « facultés »), tels les mathématiques, la biologie, la théologie… Soit 35 thèmes en tout. Ces thèmes se décomposent en départements qui eux-mêmes sont découpés en leçons. Ce découpage très hiérarchisé permet de mieux situer un cours, une situation d’apprentissage dans la diversité des thématiques de la connaissance pouvant s’y rapporter. De plus, comme dans un manuel scolaire, chaque leçon s’associe aux autres pour faire progresser de manière structurée l’apprentissage. Chaque leçon rappelle toutes les leçons précédentes qui doivent être maitrisées pour appréhender correctement la leçon en cours.

Wikiversité s’adapte à tous les niveaux d’apprentissage

Le mot université ne signifie pas que tous les cours sont de niveau universitaire mais que tout le monde peut y apprendre. Certaines leçons sont adaptées à des personnes n’ayant aucune connaissance dans le domaine concerné, d’autres à des personnes déjà formées. La Wikiversité a pour objectif d’être adaptée à tous les publics.

Permettre à chacun de communiquer avec des référents

Chaque leçon est souvent écrite par des personnes qui ont une connaissance dans le domaine de la leçon. Ils sont ce que l’on appelle des référents. Cette notion de référent est très utile car la Wikiversité permet de rentrer en contact avec ces personnes pour avoir une aide ou demander une information. Le wiki est parfaitement adapté à ce type d’échange puisque les pages de discussion permettent justement de poser des questions ou d’apporter des éclaircissements. Et donc de faire évoluer la leçon. Ainsi une leçon s’adapte, au fil du temps, à son public.

Wikiversité, un espace de recherche

Un autre domaine de Wikiversité est qu’il permet de faire de la recherche, c’est-à-dire qu’il offre un espace permettant de se constituer des études, des conclusions, voire même des suppositions puisque tout type de recherche (respectant certaines règles) peut s’y trouver. Dans la Wikiversité anglophone, on trouve un projet d’étude des périodes de floraison des fleurs en fonction de leur localisation. Dans la francophone, on trouve une étude sur les nombre de Bernoulli.

Quelques chiffres

À l’heure actuelle, les projets Wikiversité sont en pleine croissance car ils sont jeunes (créés en aout 2006 pour l’anglophone et décembre 2006 pour la francophone), mais on y trouve beaucoup de choses, bien entendu variant suivant les domaines de connaissance puisqu’il y a un peu moins de 900 leçons. Certains domaines contiennent déjà beaucoup de leçons (mathématiques, sciences …) car beaucoup de contributeurs y travaillent alors que d’autres domaines recherchent justement des personnes pour venir y apporter leur savoir.

par Crochet.david
Categories: Wikiversity