Archive

Archives pour la catégorie ‘Wikimedia Commons’
Aucun commentaire 12/02/2014

L’ossuaire de Douaumont, lauréat de Wiki Loves Monuments, retiré de Wikimedia Commons

Vue sur le cimetière qui se trouve face à l’ossuaire
(Hans A. Rosbach, CC-By-SA 3.0)

À la veille des célébrations du centenaire de la Première Guerre mondiale, le droit d’auteur s’invite dans la discussion.

Un passé commun à mettre en valeur

L’ossuaire de Douaumont est un monument symbolisant un événement extrêmement fort de l’histoire de la Première Guerre mondiale. Dans ce sanctuaire reposent les corps de plus de 130 000 soldats de toutes nationalités, ayant péri lors de la bataille de Verdun. Inauguré le 17 septembre 1927, le bâtiment créé par Léon Azéma, Max Edrei et Jacques Hardy est une vaste structure de béton surmontée d’une tour monumentale.

Cette nécropole avait fait l’objet d’une mise en lumière en 2011 : une photographie avait en effet frappé le jury du concours Wiki Loves Monuments, présidé par Yann Arthus-Bertrand. Elle avait été une des dix lauréates du concours français, puis avait été plébiscitée par le jury européen qui la classait dixième du concours international. Un cliché d’une qualité exceptionnelle était donc librement mis à disposition de tous, à la fois pour ses qualités esthétiques et en tant que document de mémoire.

Le droit d’auteur contre la mémoire ?

Malheureusement, cette image, ainsi que ses semblables, n’est plus disponible à cette heure sur Wikimedia Commons. En cause : le droit d’auteur français qui stipule que les droits de l’auteur d’une œuvre s’éteignent 70 ans après la mort de ce dernier. Les architectes de ce monument n’entrant pas dans cette catégorie puisque décédés dans le courant des années 1970. Les wikimédiens avaient d’abord estimé que l’ossuaire était suffisamment accessoire sur l’image pour que cette dernière puisse être conservée (exception “de minimis”, confirmée par une consultation communautaire lors du concours). En seconde analyse, ils en ont décidé autrement.

Les projets Wikimédia proposent en effet des ressources libres et autant que possible garanties comme telles. Il n’est pas possible de faire prendre des risques aux éventuels réutilisateurs de ces clichés en acceptant des photos sur lesquelles des tiers pourraient revendiquer des droits d’auteur. La réutilisation constituerait en effet alors une contrefaçon, ce qui est puni d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison. Dans le doute, le cliché est donc supprimé. Wikimedia Commons conserve tout de même une copie d’archive, qui sera remise en ligne lorsque les droits d’auteur auront expiré, en 2049.

Une solution pour en sortir par le haut

Cet enjeu a été traité dans la plupart des pays européens par une exception au droit d’auteur appelée « liberté de panorama ». Cette dernière stipule qu’une œuvre de l’esprit (bâtiment d’architecte, sculpture…) présente de manière permanente dans l’espace public n’est pas soumise au droit d’auteur. C’est pourquoi il est légal de publier sur Internet un bâtiment contemporain qui se trouve en Angleterre, aux États-Unis ou en Chine… mais pas en France, un des rares pays européens qui a refusé d’intégrer cette exception dans sa législation, bien qu’elle ait été proposée aux États dans la directive européenne de 2001.

Hormis une photographie tolérée sur Wikipédia, dont la légalité n’est pas clairement établie, il n’existe plus de photos de ce lieu chargé d’histoire sur les projets Wikimédia. À la veille de la commémoration de cet événement majeur de l’Histoire du monde, Wikimédia France s’étonne de l’absence de réflexion autour du droit d’auteur portant sur les bâtiments publics faisant partie du patrimoine. D’autant plus dans un cas où les auteurs, morts depuis plus de 30 ans, n’ont certainement pas réalisé cette œuvre pour en toucher les droits d’exploitation mais simplement pour rendre hommage à tous ces hommes et rappeler sur quoi peut déboucher la folie humaine.

Article rédigé de manière collaborative par des membres de Wikimédia France.

Aucun commentaire 06/01/2014

Wikimédia et les acteurs culturels dans l’Ouest : un an après

Retour d’expérience sur les actions de l’année 2013 menées par Wikimédia France et les acteurs culturels de Rennes et d’ailleurs.

Le 21 décembre s’est tenue la WikiPermanence mensuelle du groupe de Wikimédiens rennais, la Non-Cabale de l’Ouest (NCO). Cette permanence avait lieu à la Cantine numérique rennaise avec pour thème les actions avec les institutions culturelles. À la suite de la wikipermanence de décembre 2012, cette conférence était centrée sur la culture, contrairement au format habituel d’atelier pratique. C’est donc un bilan d’une année de réalisations et d’expérimentations en collaboration avec les acteurs culturels de Rennes et sa métropole qui était proposé.

WikiPermanence,_Rennes,_20-12-2013-3

Benoît Evellin et Sarah Toulouse (CC-BY-SA, EdouardHue)

La permanence était animée par Benoît Evellin, avec l’intervention de Violaine Le Nénaon des Archives municipales de Rennes, de Sarah Toulouse de la Bibliothèque de Rennes Métropole et de Nathalie Martin et Jean-Frédéric Berthelot de Wikimédia France. Une vingtaine de personnes ont assisté à la présentation.

Les projets de l’année avec les acteurs culturels rennais

Après une brève présentation des projets et du mouvement Wikimedia par Benoît, Violaine Le Nénaon a présenté les ateliers de contribution réalisés aux Archives municipales de Rennes et destinés à faire connaître ce lieu, sa bibliothèque et ses collections. Deux sessions de trois heures avaient été organisées les 9 et 16 novembre, permettant à des débutants de faire leurs premiers pas sur Wikipédia et à des wikipédiens chevronnés d’accéder à une documentation spécifique et de valeur sur le patrimoine local. Seize personnes ont ainsi participé à ces ateliers qui seront reconduits en 2014.

Autre succès pour les Archives, le versement de numérisations de documents du domaine public en haute résolution : 82 fichiers ont été versés sur Wikimedia Commons. La visibilité de ces fichiers est à la hauteur du rayonnement des projets Wikimedia : 125 414 vues pour 41 fichiers utilisés et 61 utilisations différentes sur des pages des projets Wikimedia entre octobre et décembre 2013.

2fi453_Projet_d'une_salle_de_spectacle_1831

Exemple d’image importée par les Archives : projet de salle de spectacle à Rennes, Charles Millardet, 1831 (domaine public, sur Wikimedia Commons)

 

Sarah Toulouse, conservatrice de la Bibliothèque de Rennes Métropole, nous a ensuite fait part du point de vue de son institution quant aux travaux réalisés avec les wikimédiens. Un atelier destiné à des contributeurs chevronnés a eu lieu le 24 novembre 2013 afin d’éprouver la collaboration entre les contributeurs et le personnel de la bibliothèque. Suite au succès de cette opération, qui a rassemblé une dizaine de wikipédiens, une session grand public sera organisée un dimanche au printemps. Ces ateliers, tout comme l’évolution de l’article consacré à l’institution, sont importants pour la Bibliothèque afin que celle-ci « apparaisse sur Wikipédia comme lieu de ressource pour les sources ».

Sarah a ensuite présenté les Tablettes rennaises, la bibliothèque numérique patrimoniale lancée en septembre 2013. Bien qu’étant une des dernières bibliothèques numériques lancées en France, celle-ci se distingue par l’attribution explicite des documents publiés au domaine public. Les métadonnées des documents sont sous licence ODbL et les autres écrits du site sous licence Creative Commons. Il s’agit pour la bibliothèque de lancer le débat autour de la réelle utilisation du domaine public, qui appartient à tous, et d’en favoriser la réutilisation. Les statistiques de consultation sont encourageantes : les 7 fichiers importés ont généré 4 746 vues d’octobre à décembre 2013.

2013-11-24 15.01.29

Atelier contributif à la bibliothèque des Champs Libres le 24 novembre 2013 (CC-BY-SA Auregann)

Nathalie Martin, directrice exécutive de Wikimédia France, a présenté les ateliers contributifs réalisés au Centre Pompidou. Ceux-ci associent wikimédiens débutants et personnels de l’institution afin d’accroître la visibilité et la connaissance autour des artistes contemporains. Jean-Frédéric Berthelot, contributeur actif de Wikimedia Commons et fin connaisseur des problématiques des institutions culturelles, a présenté des projets de versements de contenus soutenus et conseillés par Wikimédia France, par lesquels les métadonnées sont mises en valeur. Par des cas concrets, il a expliqué que Wikimedia Commons donnait à ces contenus un potentiel d’accessibilité démultipliée : structuration multilingue des métadonnées, système transversal et exhaustif de classement, dynamique contributive de la description des fichiers.

Nous remercions encore Nathalie Martin pour son soutien, ainsi que Sarah Toulouse et Violaine Le Nénaon pour leurs interventions et leur enthousiasme contagieux !

En 2014

La présentation s’est terminée par une ouverture sur les projets à réaliser en 2014. Outre les ateliers d’apprentissage à la contribution, programmés pour le premier semestre à la Cantine numérique, nous espérons proposer au public des ateliers aux Archives ou à la Bibliothèque. Un nouveau partenariat en cours d’élaboration apportera bientôt de nouveaux contenus aux projets Wikimedia.

Les collaborations entre acteurs culturels et wikimédiens restent ouvertes à toute idée ou opportunité. Vous souhaitez participer, vous tenir au courant ou rencontrer les wikimédiens rennais ? N’hésitez pas à suivre l’agenda de la Cantine, laisser un message à rennes –AT– wikimedia.fr ou à venir nous rencontrer à l’une de nos rencontres hebdomadaires !

par Auregann
Categories: Rennes, Wikimedia Commons, Wikipédia
Aucun commentaire 05/11/2013

Ateliers aux Archives de Rennes

Dans le cadre du festival Villes en biens communs et du Mois de la contribution, les wikipédiens rennais ont organisé deux ateliers de découverte et de contribution en collaboration avec les Archives municipales de Rennes. Ces ateliers ont permis la formation de plusieurs contributeurs et la mise en ligne de documents sous licence libre. Un compte rendu écrit à plusieurs mains par le groupe rennais de contributeurs aux projets Wikimédia, la NCO.

Deux ateliers aux Archives

Arquebusiers s’entraînant au tir au papegaut sur la tour du Chêne (XVIe siècle), Rennes.

Arquebusiers s’entraînant au tir au papegaut sur la tour du Chêne (XVIe siècle), Rennes.

De précédentes rencontres et ateliers, ainsi que quelques échanges sur Twitter nous avaient permis de prendre contact avec Maïwenn Bourdic (d’aïeux & d’ailleurs), responsable de la salle de lecture des Archives municipales de Rennes et contributrice à Wikipédia. Intéressée par la mise en valeur des fonds des Archives, et avec le soutien de sa direction, Maïwenn a décidé d’organiser deux ateliers contributifs sur Wikipédia. L’objectif était de faire découvrir les projets Wikimédia aux visiteurs des archives et d’initier les participants à la contribution sur la thématique de l’histoire et du patrimoine rennais. Ces deux ateliers ont eu lieu les mercredis 9 et 16 octobre 2013, de 16h à 20h, dans la salle de lecture des Archives.

Chaque atelier a commencé par une présentation de l’institution et une visite des magasins de conservation des documents. Les ateliers se sont poursuivis avec une explication du fonctionnement et des règles de Wikipédia aux participants et une présentation des différentes fonctionnalités du site. Grâce à la documentation éditée par Wikimédia France, les participants ont commencé à effectuer leurs premières modifications sur plusieurs articles : Jeu de paume de RennesThéâtre du Vieux-Saint-ÉtienneBasilique Notre-Dame-de-Bonne-NouvelleArchives municipales de Rennes.

Un des grands intérêts de cet atelier a été de permettre aux participants d’accéder à la bibliothèque historique des Archives pour documenter leurs recherches : aidés de Maïwenn, ils ont pu trouver des informations dans les ouvrages disponibles et les citer comme sources sur Wikipédia.

Des illustrations fournies par les Archives

Carte postale de la gare de Rennes, Archives de Rennes, domaine public.

Carte postale de la gare de Rennes, Archives de Rennes, domaine public.

Dans le cadre des ateliers, il avait été convenu avec la direction des Archives de verser des documents numérisés du domaine public pour illustrer les articles de Wikipédia. Maïwenn a donc importé 82 fichiers en pleine résolution sur Wikimedia Commons, pour la plupart à la demande des participants. Ces derniers ont été heureux de voir les articles sur lesquels ils travaillaient illustrés par des documents numérisés de haute qualité. Par ailleurs, la licence habituellement appliquée aux collections numérisées des Archives interdisant une réutilisation commerciale, le versement de ces images et plans constitue une première et très encourageante ouverture des contenus de la part des Archives de Rennes !

Une opération à renouveler

Les deux ateliers ont été un succès. Les quatre contributeurs formés et les wikipédiens présents ont enrichi le contenu d’articles naissants et spécifiques au patrimoine rennais. L’apport de sources et d’illustrations a permis d’améliorer le niveau d’avancement de ces articles. Les nouveaux contributeurs ont montré beaucoup d’intérêt pour Wikipédia et ont exprimé l’intention de continuer à participer.

Les documents importés sur Commons et utilisés sur Wikipédia vont gagner en visibilité et par conséquent augmenter celle des Archives de Rennes. Souhaitons que cette expérimentation soit un premier pas vers une ouverture plus large de ces contenus patrimoniaux.

Nous espérons que ces ateliers auront une suite pour devenir un rendez-vous régulier, en complément des permanences proposées chaque mois à la cantine numérique rennaise.

Aucun commentaire 24/10/2013

Des musées suédois partagent librement des images de leurs collections

(Ce billet est écrit par Karin Nilsson et Fredrik Andersson de l’Armurerie Royale, du Château Skokloster et du musée Hallwyl en Suède, pour annoncer la publication des images de leurs collections et la mise à disposition de beaucoup d’entre elles sur Wikimedia Commons. Il a été publié sur le le blog de la Wikimedia Foundation sous licence CC-By-SA, et traduit par Jean-Frédéric, Guillaume, R. et Nicolas)

Porträtt, Rudolf II som Vertumnus. Guiseppe Arcimboldo – Skoklosters slott – 87582)

Aujourd’hui, ce 23 octobre, l’Armurerie Royale, le Château Skokloster et le musée Hallwyl s’associent à Wikimedia Suède pour annoncer la publication de plus de 12 000 images.

En début d’année, ces trois musées suédois (qui ensemble constituent une agence gouvernementale, dépendant du Ministère de la Culture) ont franchi un pas décisif vers une plus grande ouverture en publiant les collections de photographies haute-définition sur le site du musée. En octobre, nous avons commencé à verser des images sur Wikimedia Commons. Durant cette première étape, environ 19 000 fichiers ont été versés. Ce nombre devrait augmenter au fur et à mesure de l’avancée de la numérisation.

Les images ont été produites durant une longue durée, et ont pour but de documenter les collections, de permettre d’organiser des expositions, de publier des ouvrages ou de faire de la communication. Les originaux sont très divers, du négatif sur verre (avec l’image négative jointe) aux images numériques créées pour l’occasion.

Cette contribution nous est bénéfique de diverses façons :

  • Nous offrons une plus large audience à nos images, au niveau national comme international, en les publiant sur une plate-forme utilisée par plusieurs millions de personnes chaque jour.
  • Les informations sur les collections et les images des musées sont enrichies par la possibilité de créer des liens entre les images, individus et événements historiques, tant sur Wikimedia Commons que Wikipédia.
  • Tout le monde peut modifier l’information et contribuer à mieux contextualiser les images

Klänning, afton
(Hallwyl Museum / Jens Mohr / CC-By-SA)

Jamais autant d’images n’avaient été libérées par un musée suédois sur Wikimedia Commons, et il s’agit d’une des plus importantes libérations à l’échelle mondiale. Mais la contextualisation des images est plus importante que ce nombre. Toutes les métadonnées proviennent d’un important export des bases de données du musée. Elles sont donc particulièrement riches, comprenant des informations sur les anciens collectionneurs, les artistes, les événements historiques qui sont liés aux pièces, les expositions et publications, etc., et tout est relié aux articles de Wikipédia sur ces sujets.

Ces images appartiennent au domaine public (en raison de leur âge) ou sont placées sous licence libre

  • les images prises par les photographes des musées à partir des années 1990 sont placées sous licence CC-By-SA 3.0
  • elles sont placées sous CC0 quand le musée détient le droit d’auteur mais ne désire pas faire jouer ses droits (par exemple, les photos des négatifs sur verre numérisés)
  • elles appartiennent au domaine public quand le droit d’auteur a expiré, ou qu’il s’agit d’une reproduction mécanique d’une œuvre du domaine public

Ce projet a été rendu possible grâce au soutien financier de Vinnova, qui soutient l’Open Data, et à la forte implication d’André Costa de Wikimedia Suède.

Karin Nilsson, directrice du département des ressources numériques, et Fredrik Andersson, coordinateur numérique − Armurerie Royale, Château Skokloster et musée Hallwy.

Aucun commentaire 01/10/2013

Des drones à Versailles pour des photos aériennes libres !

C’est une expérience originale qui a été menée cet été au Château de Versailles par un groupe de photographes membres de Wikimédia France. Le château de Versailles est en partenariat avec Wikimédia France depuis début 2011, ce qui a donné lieu à plusieurs initiatives, dont des séances ayant permis de réaliser de belles photos du château et du parc, à présent disponibles sous licence libre.

Vue aérienne du château de Versailles
(ToucanWings, CC-BY-SA)

Parallèlement à cela, Wikimédia France est entrée en contact, grâce à un de ses membres, avec des passionnés de construction de drones, l’association Toucan Wings. Avec eux, des photographes de Wikimédia France ont expérimenté la prise de photos aériennes, notamment de monuments historiques. Une première sortie avait eu lieu à Chevreuse en septembre 2012, donnant quelques photos aériennes inédites sur Wikimedia Commons du château de la Madeleine.

Vue aérienne du château de la Madeleine à Chevreuse
(ToucanWings, CC-BY-SA)

Cet été, des contacts ont donc été pris avec le château de Versailles afin de pouvoir tester la prise de photos aériennes par un drone au-dessus du parc.

L’équipe du service audiovisuel du château avait, de son côté, besoin de photos et de vidéos aériennes pour développer leurs applications interactives. La réponse du château fut donc non seulement positive, mais enthousiaste ! Elle a permis à Toucan Wings accompagné de wikimédiens de faire trois séances de prise de vue au-dessus du domaine de Versailles, à la fois le matin et le soir. Au total plus de 150 photographies ont été versées sur Wikimedia Commons et sont à présent librement réutilisables.

Vol au-dessus du Grand Canal au coucher du soleil
(Lionel Allorge, CC-BY-SA)

Côté technique, les photos ont été faites en mode automatique. L’appareil photo est réglé pour prendre des prises de vues à intervalle régulier, de 2 à 4 secondes. Au sol, une console vidéo permet de vérifier le cadrage et de modifier la position du drone selon les besoins. Les batteries permettent un temps de vol de quelques minutes : il faut donc prévoir plusieurs batteries chargées à l’avance pour pouvoir faire une séance de prise de vue. Le drone est équipé d’un système de contrôle de l’horizontalité de manière à faire des photos et des vidéos stables.

Vol devant le château de Versailles au coucher du soleil
(Lionel Allorge, CC-BY-SA)

On ne peut que se réjouir de faire se rencontrer des passionnés de construction de drones, des photographes et une institution culturelle prestigieuse : au résultat, c’est la culture libre qui s’enrichit et documente le patrimoine pour la connaissance et le plaisir de tous !