Archive

Archives pour la catégorie ‘Histoires wikimédiennes’
Aucun commentaire 08/10/2014

Des wikimédiens dans le monde de la géographie (saison 2)

Groupe de Wikimédiens devant le stand (Pymouss, CC-By-SA 3.0)

Groupe de Wikimédiens devant le stand (Pymouss, CC-By-SA 3.0)

Pour la deuxième année consécutive, une équipe de wikimédiens a participé au Festival international de géographie de Saint-Dié-des-Vosges, la plus grande rencontre nationale autour de cette discipline. Il avait lieu cette année du 3 au 5 octobre 2014.

Depuis 25 ans, le festival fait se rencontrer des universitaires, des enseignants, des étudiants et autres praticiens de la géographie avec le grand public. Pendant trois jours, la cité vosgienne devient un lieu d’échanges et de convivialité au gré des conférences, des démonstrations et des rencontres informelles.

Après une première expérience en 2013, un groupe de contributeurs s’est retrouvé pour profiter de cet événement avec trois objectifs :

  • promouvoir les projets Wikimédia auprès du grand public et des spécialistes,
  • profiter de la présence de nombreuses personnalités pour illustrer leurs articles,
  • sensibiliser les géographes aux améliorations qu’ils peuvent apporter aux projets.

Les actions suivantes ont été réalisées :

  • Une conférence-débat intitulée « Habiter Wikipédia : la géographie dans l’encyclopédie collaborative » a réuni une soixantaine de personnes, et suscité des échanges fructueux.
  • Un stand a accueilli tout au long du festival les personnes souhaitant mieux connaître les projets Wikimédia. Plus de 110 personnes − enseignants, universitaires et utilisateurs intéressés par Wikipédia − sont venues à la rencontre des contributeurs présents.
  • De nombreuses personnalités, du monde de la géographie et de la littérature, ont été photographiées. Pour la plupart, leurs articles sur Wikipedia n’étaient pas illustrés. Une cinquantaine d’entre elles sont passées devant les objectifs des wiki-photographes ; les images sont bien évidemment partagées sur Commons.

Le thème de l’édition 2015 a été révélé lors de la cérémonie de clôture : « Les Territoires de l’imaginaire, utopies, représentations et perspectives ». Un sujet en or pour des Wikipédiens ! Pas de doute que Wikimédia France apportera à nouveau son soutien à leur présence pour une troisième année.

par Pymouss
Categories: Histoires wikimédiennes
Aucun commentaire 22/09/2014

Matignon invite Wikipédia

La façade Sud depuis le parc. Cl. P.-Y. Beaudouin - CC-By-SA 4.0

La façade Sud depuis le parc. Cl. P.-Y. Beaudouin – CC-By-SA 4.0

Depuis quatre ans, à travers le monde, des passionnés photographient les monuments historiques dans le cadre du concours Wiki loves Monuments – permettant ainsi de partager plus d’un million d’images depuis sa création et de documenter le patrimoine architectural mondial.

Si, en France, certains monuments sont facilement accessibles, d’autres le sont beaucoup moins. Par exemple, ceux occupés par les plus hautes instances de l’État. Les Journées européennes du Patrimoine, organisées par le ministère de la Culture et de la Communication, sont l’occasion d’accéder à ces lieux habituellement fermés au grand public. C’est le cas notamment de l’hôtel Matignon, résidence officielle du chef du Gouvernement, Monsieur Manuel Valls.

Tableau de Fragonard, dans le bureau du Premier Ministre. Cl. P.-Y. Beaudouin - CC-By-SA 4.0

Tableau de Fragonard, dans le bureau du Premier Ministre. Cl. P.-Y. Beaudouin – CC-By-SA 4.0

Afin de faciliter ce travail de documentation, le cabinet du Premier Ministre a, cette année, exceptionnellement invité un groupe de photographes wikipédiens pour une visite privée, avant son ouverture au public. Le monument leur a été ouvert et une visite guidée a permis de mettre en avant les joyaux que recèle ce splendide hôtel particulier du XVIIIe siècle à l’histoire complexe.

La salle du conseil, où fut notamment signée la création de la Sécurité sociale

La salle du conseil, où fut notamment signée la création de la Sécurité sociale. Cl. P.-Y. Beaudouin – CC-By-SA 4.0

Les premiers documents produits suite à cette visite sont d’ores et déjà disponibles sur Wikimedia Commons à l’adresse suivante : Bonne visite !

2 commentaires 30/05/2012

Monmouth, première ville Wikipédia

Les projets wikimédia font partie intégrante de notre vie quotidienne. Consulter un article, découvrir une image, vérifier une information sont devenus des gestes courants, presque banals. Pour autant, l’intégration de ces projets dans le quotidien vient peut-être de franchir un nouveau cap. On assiste ainsi depuis quelques mois à la naissance d’une entité nouvelle : la Wikipedia Town ou Ville Wikipédia.

Monmouth est une petite ville galloise, réputée pour abriter plusieurs hauts lieux touristiques datant de l’époque médiévale, dont le château de Monmouth ou le pont Monnow. C’est aussi, depuis peu, une ville expérimentale.

Désireuse de mettre en valeur un fond patrimonial pluriséculaire, la municipalité a contracté un partenariat ambitieux avec Wikimédia UK. Ce partenariat découle d’un pari un peu fou. Un résident de Monmouth, John Cummings, assiste en 2010 à une conférence sur les projets Wikimédia et les perspectives qu’offrent les QR Codes : lus par un téléphone portable, ces petits assemblages de carrés noirs et blancs permettent d’accéder immédiatement à une page web. Cummings interpelle les représentants de Wikimédia UK : « Pourriez-vous appliquer ces codes à l’échelle d’une ville ? » — « Non, mais VOUS pouvez le faire ». Ainsi est né Monmouthpedia

World’s First Wikimedia Town

World’s First Wikipedia Town (John Cummings, CC-BY-SA)

Monmouthpedia fait appel au savoir-faire et aux efforts conjoints de centaines de contributeurs bénévoles. En quelques mois 550 nouveaux articles sont créés dans 29 langues, 145 articles préexistants sont améliorés, 1000 nouvelles images sont téléversées. Un concours a été organisé pour l’occasion, le Charles Rolls Challenge, qui a récompensé quinze contributeurs et huit images de qualité.

De son côté, Monmouth se métamorphose en Wikipedia Town. Des centaines de codes QR ont été apposés sur autant de lieux et d’objets notables. Il peut s’agir de bâtiments historiques, mais aussi de routes, de lieux-dits, et même de livres — les bibliothécaires de Monmouth Library ont ainsi accolé des codes sur la page de garde de nombreux livres. Il suffit de scanner ces codes avec un téléphone portable pour accéder aux articles correspondants.

World’s First Wikimedia Town

Codes QR dans les livres de la Monmouth Library (Victuallers, CC-BY-SA)

Les codes ne font pas qu’apporter un supplément d’information. Ils redéfinissent la notion même de parcours touristique. La découverte ne naît pas seulement de la proximité géographique, mais aussi de la proximité thématique. L’initiateur du projet insiste dans une vidéo de présentation sur l’apport contextuel des codes QR et leur capacité à nous faire comprendre et apprécier les « choses qui nous entourent ».

La consultation des liens internes facilite la planification du trajet. La Monmouth Heritage Trail propose aussi une carte et une liste donnant une vision d’ensemble des principaux lieux touristiques. L’ensemble de ce dispositif amène à appréhender tout autrement l’espace social. Le fondateur de Wikipédia, Jimmy Wales, souligne ainsi :

Je suis vraiment fasciné par le projet Monmouthpedia. Transplanter une ville entière sur Wikipédia est quelque chose de radicalement novateur […]. Je m’attends à ce que d’autres villes réalisent des projets similaires.

Ce projet n’est pas que l’apanage de la Wikipédia anglophone. Plusieurs versions linguistiques se sont associées au projet, au premier rang desquelles les Wikipédia en espéranto, en hongrois et, logiquement, en gaélique. On trouve aussi depuis peu toute une série d’articles sur le Monmouthshire dans la Wikipédia francophone. La plupart ne sont encore que des ébauches.

N’hésitez pas à les améliorer !

Aucun commentaire 10/04/2012

La Fondation Konrad Adenauer partage des images d’archive sur Wikimedia Commons

Afin de faire mieux connaître la richesse des projets Wikimédia, nous nous proposons de publier régulièrement des billets décrivant certains projets, certains partenariats ou simplement de « belles histoires » (success stories) reliés aux projets Wikimédia.
Prenant un peu de distance par rapport à l’actualité, cette série de billets se veut avant tout explicative et exemplaire de ce que l’on peut trouver sur les projets Wikimédia.
Si vous avez vous-même repéré ou mis en œuvre des actions de ce type, n’hésitez pas à nous en faire part !

°°°°°°

La Fondation Konrad Adenauer (Konrad-Adenauer-Stiftung), fondation politique allemande, a partagé plus de cent images extraites de ses fonds sur Wikimedia Commons. Les fichiers y sont publiés sous les termes de la licence libre Creative Commons Paternité Partage à l’Identique, permettant une réutilisation par tous de ces œuvres.

Konrad Adenauer et Ludwig Erhard

Konrad Adenauer et Ludwig Erhard lors de la convention de la CDU en mars 1965.
(CDU, CC-BY-SA)

Le fonds partagé comprend essentiellement des photographies d’archive. Celles-ci montrent principalement le chancelier d’Allemagne Konrad Adenauer, accompagné d’autres personnalités politiques des années 1960, telles le vice-président du Bundestag Kai-Uwe von Hassel, le vice-chancelier Ludwig Erhard, le ministre-président Franz Meyers ou le ministre fédéral Rainer Barzel. Le fonds partagé inclut également des affiches des campagnes de la CDU de 1949 à 1965.

Cette initiative de la Fondation Konrad Adenauer n’est pas sans rappeler celle des Archives fédérales allemandes (Bundesarchiv), qui en 2008 avaient ouvert leurs fonds sur Wikimedia Commons. En effet, de tout ce corpus de plus de 80 000 fichiers, l’une des photographies les plus populaires était déjà le portrait de Konrad Adenauer, ainsi que ceux d’autres personnalités allemandes : politiques comme Willy Brandt ou Walter Scheel, scientifiques tels Otto Hahn ou Werner Heisenberg, littéraires comme Oswald Spengler ou Heinrich Böll. Mais ce sont également des images des archives allemandes qui illustrent les biographies de personnalités politiques et historiques françaises, comme Georges Pompidou, Charles de Gaulle, Robert Schuman, ou même René Lacoste.

Toutes les images partagées par la Fondation sont disponibles sur Wikimedia Commons.