Archive

Archives pour la catégorie ‘Projets Wikimedia’
Aucun commentaire 01/09/2015

WikiCheese : un succès aussi à l’étranger !

WikiCheese met le cap sur l’international ! Deux ambiances, deux univers, et c’est vers le Mexique et la Russie que l’on embarque.

Durant l’été s’est tenue la fameuse Wikimania, la conférence annuelle du mouvement Wikimedia à Mexico. Elle a réuni 700 wikimédiens venant du monde entier. Quel meilleur prétexte pour organiser un atelier WikiCheese exceptionnel consacré aux fromages mexicains ?
Alors que l’équipement photo a été rapporté de France, le fromage lui était bien mexicain ; il provenait du magasin Lactography tenu par Carlos Yescas et sa sœur Georgina Yescas.

Atelier WikiCheese à la Wikimania Mexico 2015 By Benoit Rochon [CC BY-SA 3.0]

L’atelier a été un grand succès réunissant entre 100 et 200 personnes, et même Jimmy Wales est passé sur le stand de WikiFranca (groupement francophone du mouvement) où se tenait la dégustation. Ce fut également l’occasion de présenter notre méthode pour photographier de petits produits et de partager sur les fromages du monde entier. Les prochains mois nous diront si d’autres pays se mettent à photographier des fromages, on l’espère en tout cas !

Jimmy Wales et un organisateur de la Wikimania Mexico By Habib M’henni [CC BY 3.0]

Le projet WikiCheese commence déjà à prendre une dimension internationale puisqu’il a pu servir à des articles Wikipedia dans 44 langues. Les media ne sont pas en reste non plus, plus de 19 pays ont relayé le projet. D’autres organisations du mouvement ont d’ailleurs lancé leurs propres versions de ce concept…

Certains supporters étaient là dès le début comme Svetlana Terenina, l’une de nos 114 “kissbankers” ayant soutenu le projet Wikicheese. Une fois encore, merci ! Nous avons souhaité lui donner la parole afin de comprendre ce qui l’a encourager à soutenir ce projet très français.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Svetlana, j’habite à Moscou, je travaille comme consultant en informatique. J’aime bien voyager en France avec ma famille.
L’histoire de la France et ses curiosités sont très intéressantes à explorer, ainsi que ses habitants et leurs habitudes alimentaires, celles-ci m’intéressent beaucoup. La cuisine française est assez différente de la cuisine russe. Ça me plaît beaucoup de la déguster. Ce qui m’impressionne le plus c’est le chariot de fromages !

Pourquoi avez-vous participé à Wikicheese ? Est-ce pour soutenir Wikipédia et/ou par curiosité pour le fromage ?

J’ai décidé de participer à ce projet parce que je voulais être en mesure de trouver rapidement les informations détaillées au sujet du fromage qui m’intéresse.

Si l’association réalisait un autre crowdfunding, seriez-vous de la partie ?

Peut-être, cela dépend du thème du nouveau projet.

Vous avez participé à l’amélioration de la plus grande encyclopédie au monde, c’est une satisfaction ?

Oui, la participation au projet global me rend heureuse.

Avez-vous une anecdote particulière à nous raconter au sujet d’un fromage ?

C’est une anecdote russe, j’espère qu’elle sera claire pour le public français aussi:
Un dialogue dans une petite épicerie au coin perdu en Russie:
- Bonjour, madame, avez-vous du fromage roquefort?
– Qu’est-ce que c’est?
– C’est le fromage bleu.
– Il n’y en a pas. Mais il y a des saucisses roquefort, du pain roquefort et des harengs roquefort…

par Sophie Roset
Categories: Projets Wikimedia
Aucun commentaire 20/08/2015

Wikipédia investit le Conservatoire botanique national de Brest

Le groupe local de Brest a mené cet été une action avec un partenaire d’un nouveau genre : le Conservatoire botanique national de Brest. Retrouvez dans le communiqué de presse qui a été diffusé pour l’occasion l’histoire de ce partenariat en pleine floraison.

Communiqué de presse diffusé le 14 août 2015

Week-end du 1er août au centre de documentation du Conservatoire Botanique National de Brest et le 2 août dans les serres tropicales (Filyg - CC BY-SA 4.0)

Week-end du 1er août au centre de documentation du Conservatoire Botanique National de Brest et le 2 août dans les serres tropicales (Filyg – CC BY-SA 4.0)

Durant tout l’été un groupe de contributeurs brestois à Wikipédia a pris ses quartiers au Conservatoire botanique avec comme point d’orgue un week-end contributif durant les samedi 1er et dimanche 2 août réunissant des contributeurs bretons venant de Brest, Rennes, Josselin et Concarneau.

Plus de dix personnes ont participé à ce week-end contributif (edit-a-thon en langage wikipédia : mot valise compose des mots edit et marathon), dont l’objectif était de créer ou d’améliorer une dizaine d’articles Wikipédia sur des espèces menacées et de prendre en photo plus d’une trentaine d’espèces sauvegardées dans les quatre serres tropicales du Conservatoire botanique national de Brest.

Le choix des espèces s’est fait en fonction de leur rareté et de leur degré de menace d’extinction.

Programme du week-end
Le samedi 1er août les contributeurs (El Funcionario, Philweb, Claude PERON, Triton, Tsaag Valren, VIGNERON, Filyg) ont posé leur ordinateur portable au centre de documentation du conservatoire.  Afin de faciliter leur recherche documentaire, Claire Laroche, responsable du centre de documentation a mis à disposition du groupe ses compétences et les nombreux ouvrages consultables dans cette bibliothèque scientifique.

La journée a réellement porté ses fruits, 10 articles ont été créés et sont en cours d’amélioration (dans les jours qui vont suivre) :

Une attention toute particulière pour l’article de la Micromeria glomerata qui a été créé dans la journée par Tsaag Valren, contributrice de Josselin, qui souhaite solliciter le vote de la communauté wikipédienne pour lui attribuer le label « Bon article ».

Le dimanche 2 août, Bzh-99 et Briand ont rejoint l’équipe pour la prise de vue photos dans les serres. Cette journée de prise de vue, vient en complément de tout le travail déjà effectué par les contributeurs brestois depuis le début du mois de juillet, qui ont bénéficié d’un accès illimité aux serres par le CBNB pour suivre la floraison des espèces. Une sélection des meilleures photos sera faite par le groupe et importée sur Wikimedia Commons. En attendant, vous pouvez toujours accéder aux photos représentant le groupe des contributeurs dans la catégorie Journées contributives au Conservatoire botanique.

Asparagus Fallax, par Jeffdelonge (CC BY-SA 3.0)

Asparagus Fallax, par Jeffdelonge (CC BY-SA 3.0)

De nouvelles collaborations en perspective
Notre action a eu un écho attentif dans l’oreille de Benjamin Bernard de la Maison du Libre, créateur de l’Open Path View (équivalent de Google Street View mais en libre). Benjamin équipé de son sac à dos va dans les lieux patrimoniaux, culturels et événementiels locaux pour réaliser des panoramas à l’image de ce qu’il a fait aux Vieilles Charrues. Suite au partenariat signé avec le CBNB il va réaliser pour leur futur site web, une visite virtuelle des serres tropicales. Des points d’intérêts seront ajoutés dans cette visite afin d’accéder aux articles Wikipédia des espèces.

Une restitution du travail pendant Brest en biens communs
Une restitution  publique, ouverte à tous, sera proposée lors de la quinzaine Brest en biens communs (du 3 au 18 octobre) par les wikipédiens [Wikimédia France est partenaire du Temps de Communs]. A cette occasion, les partenaires feront le bilan de l’action et formaliseront les futures collaborations à travers une convention entre l’association Wikimédia France et le Conservatoire botanique national de Brest.

Les partenaires

  • La Ville de Brest et l’association Wikimédia France

Le service Internet et expression multimédia de la ville de Brest porte le projet « Brest ville Wikipédia » depuis 2011, ce projet vise à accompagner les acteurs locaux à la contribution sur Wikipédia. Cet accompagnement passe par des temps de sensibilisation sur les règles de l’encyclopédie, par des temps de collectes (thématique, personnalité locale, événement) et des regroupements de contributeurs. Ce projet crée des passerelles avec les institutions culturelles et les sensibilise à l’intérêt de la libération de leurs ressources afin de les porter à la connaissance du plus grand nombre, faire rayonner et permettre à tous de s’en saisir en les rendant accessibles et librement réutilisables.

L’association Wikimédia France fait la promotion de la connaissance libre et soutient les initiatives des contributeurs autour des projets Wikipédia et autres projets frères (Wikimedia Commons, Wikisource, …). Elle accompagne les actions des contributeurs et adhérents qui ont pour objectif de sensibiliser les habitants et les institutions culturelles à la contribution sur Wikipédia et au partage de la connaissance tout en mettant en relation des contributeurs parfois isolés pour contribuer sur un projet commun.

Le Conservatoire botanique national de Brest est un véritable centre de ressources sur la flore sauvage et les milieux naturels de Bretagne, de l’ouest de la France et plus largement des îles du monde entier. Il abrite notamment à Brest, dans ses serres tropicales, l’une des plus importante collection au monde d’espèces menacées de disparition. A l’occasion de son 40ème anniversaire, il souhaite encore plus sensibiliser et informer les publics à l’importance de leur préservation. Ce projet collaboratif, initié et coordonné par le service Internet et expression multimédia de la ville de Brest, est ainsi une très belle opportunité pour valoriser les trésors botaniques tropicaux du Conservatoire en les rendant accessibles à tous grâce à ces experts des wikis. Il pourrait également servir d’exemple pour susciter de nouveaux évènements de ce type, et pourquoi pas dès l’année prochaine, une attention particulière aux plantes locales.

Pour en savoir plus :
Gaëlle Fily, animatrice du projet tient une permanence tous les jeudis à partir de 14h à la cantine numérique situé à la faculté Victor Segalen, l’occasion d’en savoir plus sur les wikis : Wikipédia, la médiathèque d’images, sons et vidéos Wikimedia Commons. L’animatrice propose aussi de faire découvrir et de contribuer à Wiki-Brest, les carnets collaboratifs du Pays de Brest, premier wiki de territoire créé en France qui compte aujourd’hui plus de 4 000 articles.

par Anne-Laure Prévost
Categories: Projets Wikimedia
un commentaire 31/07/2015

Droit de réponse : TV5 Monde

À la suite d’un article de TV5 Monde publié le 28 juillet 2015 par Pascal Hérard et contenant un certain nombre d’approximations et d’erreurs manifestes, notamment relatives au rôle de Wikimédia France, l’association a décidé de réagir à l’aide d’un article de blog.

Suite à la publication de l’article, la direction de Wikimédia France a contacté la rédaction de TV5 Monde afin que soient rectifiées les contre-vérités qui y sont présentes.

Dans une première version de l’article publiée le 28 juillet 2015 à 16 h 37 (archivée ici),  le paragraphe « Pour la France, les Sysop dépendent d’une association loi 1901, Wikimedia France, émanation de la Fondation américaine Wikimedia  (Wikimedia étant aussi et surtout le nom du logiciel open-source de Wikipédia, ndlr). » contient pas moins de trois erreurs :

  • Les sysop de Wikipédia, également appelés administrateurs, sont des bénévoles de langue française totalement indépendants de l’association Wikimédia France, avec laquelle ils n’entretiennent strictement aucun rapport de subordination. De manière plus générale, l’association Wikimédia France n’a d’ailleurs aucun pouvoir éditorial sur l’encyclopédie ; ses missions sont d’en assurer la promotion, de nouer des partenariats avec des institutions culturelles (musées, bibliothèques, etc.) pour les encourager à verser des contenus sur Wikipédia, ainsi que de soutenir les contributeurs bénévoles qui le désirent. Les rédacteurs de l’encyclopédie, administrateurs compris, sont indépendants, ne sont que pour partie français et n’adhèrent pas nécessairement à l’association Wikimédia France.
  • Wikimédia France est une association loi 1901 indépendante juridiquement de la Wikimedia Foundation (de droit américain) ; elle n’en est pas une émanation. Une partie de son budget provient toutefois des dons faits par les internautes à la Wikimedia Foundation lors de la campagne annuelle d’appel aux dons, visible via une bannière en haut des articles Wikipédia.
  • De façon plus anecdotique, le logiciel utilisé par les projets Wikimédia – dont Wikipédia – est nommé « MediaWiki » et  non « Wikimédia ».

La première lourde erreur relevée ci-dessus est répétée dans le paragraphe suivant : « Wikimedia France est dotée d’un CA (Conseil d’administration) de 12 membres et gère le Wikipédia francophone (…) »

Cela accrédite l’idée auprès des lecteurs que la version francophone de l’encyclopédie est gérée par des bénévoles, dont des administrateurs, qui « dépendent » en réalité de l’association Wikimédia France (faux), laquelle est-elle même une « émanation » de la Wikimedia Foundation (faux), laquelle serait elle-même financée par des multinationales (imprécis ; cf. infra).

La présentation des financements de la Wikimedia Foundation est à ce titre également biaisée. S’il est, d’un point de vue journalistique, tout à fait normal de citer les quelques multinationales qui ont effectué des dons importants, il est tout à fait anormal de ne pas alors mentionner qu’en 2013, plus de 98 % des dons, en nombre est d’un montant inférieur ou égal à 200 dollars (https://meta.wikimedia.org/wiki/Fundraising/2013-14_Report). En valeur, le rapport est semblable, puisque (toujours en 2013), 83 % des sommes perçues proviennent de dons inférieurs ou égaux à 200 dollars (source identique).

Suite à de nombreux commentaires émanant d’une part de contributeurs de Wikipédia (soit dit en passant généralement appelés Wikipédiens et non Wikipédistes…), dont certains sont administrateurs (Sysop) et, d’autre part d’adhérents à l’association Wikimédia France, TV5 Monde a mis à jour son article le 30 juillet à 8 h 17 (archivé ici) en précisant  : « après des contestations sur la responsabilté éditoriale de Wikimedia France vis-à-vis de wikipédia.fr :  L’association Wikimedia France loue les serveurs du nom de domaine wikipedia.fr chez l’hébergeur Gandi. Wikimedia France est donc éditrice des contenus wikipédia.fr (https://www.whois.net/ requête sur “wikipedia.fr”) »

Il se trouve que si le nom de domaine wikipedia.fr (portail vers les projets Wikimédia francophones) appartient bien à l’association Wikimédia France, les articles de l’encyclopédie, eux, sont hébergés sur le nom de domaine fr.wikipedia.org, ce qui est vérifiable via une simple recherche sur le web. Nom de domaine qui appartient à la Wikimedia Foundation, hébergeur du contenu.

À la suite de divers échanges avec la direction de la rédaction, le rédacteur en chef s’est présenté cette après-midi, jeudi 30 juillet, dans les locaux de l’association Wikimédia France pour rencontrer la directrice exécutive Nathalie Martin. L’interview qui en a résulté a été publiée en bas de l’article initialement publié.

 

par Jean-Philippe Kmiec
Categories: Projets Wikimedia
un commentaire 15/07/2015

Wikipédia, la science et les lorrains

Au printemps, en Lorraine, Wikimédia France a mis son grain de sel dans l’événement culturel et scientifique Science&You. Soutenu par l’université de Lorraine et une vingtaine de partenaires, Science&You est un événement d’envergure internationale qui s’adresse à toute personne intéressée par la médiation des sciences. A l’occasion d’un colloque, d’un forum et d’événements variés, chercheurs, doctorants, médiateurs, journalistes ou curieux ont pu échanger et débattre sur de nombreuses thématiques. Wikipédia et ses projets frères ayant peu à peu fait leurs preuves dans le monde des sciences, l’association Wikimédia France est intervenue de différentes manières tout au long de l’événement Science&You.

Science&You (logo)

En mai, une conférence intitulée La Galaxie Wikipédia s’est tenue, chose peu commune, dans… le planétarium d’Epinal ! Jacqueline Louviot, contributrice et chercheuse en sciences de l’information et de la communication, y a donné toutes les clés pour mieux comprendre l’encyclopédie et y contribuer. S’en sont suivis trois ateliers de sensibilisation tenus, plus classiquement, dans des médiathèques et des bibliothèques de la région. Pour l’anecdote, dans le petit village d’Attignéville qui compte quelques deux cents habitants, ils étaient douze participants !

 La galaxie Wikipédia - Epinal

En juin, deux ateliers contributifs à Wikipédia ainsi qu’un stand Wikimédia France se sont tenus les 3 et 6 juin, à l’initiative de Jean-Olivier Gransard-Desmond, archéologue indépendant et président d’ArkéoTopia. Cette jeune association a pour vocation de « porter un autre regard sur l’archéologie d’aujourd’hui pour mieux aider les organismes existants à préparer celle de demain ». Ainsi, à l’occasion de ces deux ateliers contributifs ouvert à tous (les débutants étaient les bienvenus), la douzaine de participants a d’abord appris à créer un compte utilisateur sur Wikipédia, puis a été initiée aux règles de publication sur le projet d’encyclopédie. Grâce aux compétences des participants (principalement des étudiants en médecine, en anthropologie, etc.), et malgré quelques problèmes techniques, les différents échanges ont été riches et ont permis notamment d’aborder la question de l’évaluation de la qualité des contenus et de la fiabilité des sources… Ils ont aujourd’hui nous l’espérons, toutes les clés en main pour devenir des contributeurs aguerris !

2 commentaires 01/07/2015

La liberté de panorama au service des biens communs

Les débats autour de la réforme du droit d’auteur et du rapport Reda sont très éclairants. Ils permettent à chacun d’exprimer ses positions, et de montrer ses compétences, et parfois ses lacunes… comme par exemple Jean-Marie Cavada !
Dans un billet publié sur son blog, il montre qu’il passe complètement à coté du mouvement collaboratif et des biens communs. Pour lui, Facebook et Wikipédia, c’est la même chose, à savoir “des monopoles américains” dont le but est de gagner de l’argent en ne payant pas les créateurs.

Wikimédia n’est pas Facebook

La fondation Wikimédia gère des sites de contenus, administrés directement par les utilisateurs, pour la libre diffusion de la connaissance, sans le moindre but lucratif. La fondation n’est absolument pas propriétaire des contenus. A l’inverse, Facebook est une plateforme à but lucratif, dont le but n’est pas d’améliorer le bien commun mais d’exploiter commercialement une position d’intermédiation entre des personnes ainsi que les contenus qu’ils postent. La comparaison serait pertinente si Facebook était dirigée, non par Mark Zuckerberg, mais par la communauté des utilisateurs, que Facebook ne réclame aucun droit sur ces contenus et n’en tire aucun bénéfice. On en est loin !
Or, c’est là que se fait la différence, car Wikimédia se situe dans la lignée du mouvement des biens communs, avec des motivations toutes autres que les grandes plate-formes propriétaires. L’idée n’est pas de gagner de l’argent, mais de permettre à tous d’avoir le meilleur accès possible à la connaissance.
M. Cavada, député européen, en février 2014. Photo : Leila Paul, CC-By-SA

M. Cavada, député européen, en février 2014. Photo : Leila Paul, CC-By-SA

L’opposition des industries culturelles

Il est évident que ce mouvement se heurte aux titulaires des droits de propriété intellectuelle, car le droit d’auteur est une barrière à la libre diffusion de la connaissance. L’obstacle est double. Il faut solliciter une autorisation de l’ayant droit, ce qui demande des démarches, et bloque toute fluidité. Alors que la technologie permet aujourd’hui une diffusion massive du savoir et la culture, il faudrait ne pas s’en servir… L’autre aspect, et c’est celui-là qui est bloquant chez Jean-Marie Cavada, est la barrière financière. Les industries culturelles et sociétés de gestion de droit, qui se sont développées à l’ombre des artistes, veulent diffuser les œuvres, mais moyennant espèces sonnantes et trébuchantes. Cette revendication est légitime et Wikimédia n’a jamais contesté l’existence du droit d’auteur. Il demande juste des aménagements, sur des contenus à la marge, qui ne sont pas les plus lucratifs pour l’industrie culturelle, mais dont la rétention bloque sérieusement la diffusion et la réutilisation de la connaissance.

L’exemple de la liberté de panorama

Cette opposition entre le monde des biens communs et celui de la propriété intellectuelle s’est cristallisée, dans le cadre du rapport Reda, sur la question de la liberté de panorama, cette exception au droit d’auteur permettant de représenter une œuvre (architecture en particulier) si elle a été conçue pour demeurer en permanence dans l’espace public à la vue de tous. Les débats se sont focalisés sur la possibilité d’une réutilisation commerciale. Les députés de la commission des affaires juridiques ont adopté un amendement de Jean-Marie Cavada qui écarte cette possibilité de réutilisation commerciale. Cela viderait la liberté de panorama de son intérêt, car la notion de réutilisation commerciale est extrêmement floue. Si vous utilisez une image sur votre site personnel, sur lequel figure une bannière ou un bouton permettant de recueillir des dons, vous êtes déjà hors des clous… Autant dire que les possibilités de réutilisation seront plus que limitées du fait de l’insécurité juridique. Les sociétés privées de gestion du droit d’auteur ont beau dire qu’elles n’entendent pas attaquer les wikipédiens en justice, nous n’avons que leur promesse, qui n’engage, on le sait, que ceux qui l’entende. Devant un tribunal, cet engagement ne pèsera rien face à la loi.
Par contre, nous comprenons très bien l’intérêt des ayants-droit à ne pas attaquer Wikimédia. Sans possibilité de réutilisation commerciale, nous sommes un formidable pressbook gratuit, charge à Wikipédia de modifier les règles qui ont fait d’elle le premier site culturel mondial, en acceptant du contenu non libre, selon les desiderata de ces entreprises privées
Bâtiment conçu par Le Corbusier (1887-1965) à Stuttgart en 1927. Cette photo devra-t-elle être bientôt supprimée de Wikipédia ?

Bâtiment conçu par Le Corbusier (1887-1965) à Stuttgart en 1927. Cette photo devra-t-elle être bientôt supprimée de Wikipédia ? Photo Andreas Praefcke – CC-By

Le choix de la rente contre l’innovation

Les enjeux sont assez clairs. La liberté de panorama peut faire perdre quelques revenus à certains auteurs ou ayants-droit, ce qui est assez facile à calculer.
Mais elle peut aussi générer de l’activité économique, en levant des obstacles, notamment à la transformation des œuvres et à leur réutilisation “imprévue”. L’impact est alors plus difficile à évaluer car toutes les possibilités et donc les gains, ne sont pas connus au moment où la décision d’ouvrir les vannes est prise. Les gains ne sont pas seulement économiques, ils sont aussi sociétaux. La libre diffusion de la connaissance n’est pas qu’une question d’argent. La possibilité de réutilisation commerciale et l’innovation économique qui peut en découler ne sont pour nous qu’un moyen d’arriver à notre véritable but : l’amélioration du bien-être de tous, par une meilleure diffusion du savoir.
par Conseil d'Administration
Categories: Projets Wikimedia