Archive

Archives pour la catégorie ‘Île-de-France’
Aucun commentaire 02/03/2016

Art+Feminism : nouvelle édition les 5 et 6 mars

Informations pratiques pour l'edit-a-thon des 5 et 6 mars aux Archives nationales. Suivre le lien pour s'inscrire.

Informations pratiques pour l’edit-a-thon des 5 et 6 mars

Rééquilibrer les inégalités de genre sur Wikipédia

Sur la plateforme Wikipédia, moins de 15 % des contributeurs et contributrices  s’identifient comme femmes. Afin de rééquilibrer les inégalités de genre qui creusent la plateforme des savoirs la plus visible et référencée sur internet, l’edit-a-thon Art+Feminism aura lieu pour la deuxième année consécutive à Paris. En simultané avec plus de trente localités différentes dans le monde, vous êtes invité-e-s aux Archives nationales de Paris, à rejoindre une communauté plurielle et ouverte qui se solidarisera par les arts, pour rétablir ensemble cet équilibre.

Si l’espace réel et l’espace web sont intrinsèquement liés, agir ensemble sur l’un pourra faire levier sur l’autre. Seul-e-s ou en équipe, il vous est proposé de créer, d’améliorer ou de traduire des articles en lien avec les féminismes et les arts sur Wikipédia. Par le formulaire d’inscription, vous pouvez proposer un sujet à l’avance sur des femmes dans tous les domaines des arts et de la culture (femmes artistes, créatrices, auteur-e-s, commissaires d’exposition, etc.), sur des mouvements, des concepts (Mouvement de Libération des Femmes, théorie queer, cyberféminisme, etc.).

Il peut s’agir de créer un article, d’en améliorer un, ou d’en traduire un. Des sujets vous seront aussi proposés sur place, préparés à l’avance par les complices du marathon. Afin de partager ensemble les problématiques  sous-jacentes à l’événement, vous pouvez aussi proposer de discuter d’un sujet : un capteur sonore vous permettra d’enregistrer vous-même les discussions dans un espace dédié et ainsi les partager sur le web. Deux discussions animées avec des personnes invitées spécifiquement vous seront proposées les samedi et dimanche à 16 h. Elles se concentreront sur les inégalités de genre dans la production de connaissances et son partage, dans l’art et sur le web.

Un marathon préparé par des ateliers thématiques

Programmé sur toute l’année, l’atelier Le présent de nos savoirs s’est concentré sur la plateforme Wikipédia et les féminismes, constituant une équipe d’accueil et de formation présente aux Archives nationales pour le marathon.  Des étudiant-e-s du Master 1 des Métiers des Arts et de la Culture de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, accompagnés par Sylvia Frederiksson chargée de cours et designer, auront reçu une formation similaire qui s’étend sur trois séances, dont une présentée par l’artiste Laetitia Badaut-Haussmann.

Les deux premiers ateliers, respectivement animés par l’artiste Katinka Bock et la chorégraphe Emmanuelle Huynh ont permis de créer, en collaboration avec le wikipédien Kvardek du, les notices de l’artiste Miriam Cahn et de la chorégraphe Jennifer Lacey. Le troisième a eu lieu le lundi 22 février, sera animé par Marie Voignier et Kvardek du, et a porté sur les monteuses dans le cinéma, Claire Atherton et les films de Chantal Akerman.

Des partenaires impliqués pour une campagne internationale

Art+Feminism est une campagne internationale pour améliorer la présence des femmes et des arts sur Wikipédia. Le projet a été initié en février 2014 au Eyebeam Art and  Technology Center de New York par Siân Evans (Société des bibliothèques d’art nord-américaines), Jacqueline Mabey (commissaire d’exposition, failed projects), Michael Mandiberg (artiste), Laurel Ptak (artiste et commissaire d’exposition), ainsi que Dorothy Howard (Metropolitan New York Library Council) et Richard Knipel de Wikimédia New York.

En 2014, plus de 30 événements satellites ont été organisés simultanément en Australie, au Canada, en Italie, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et aux États-Unis, et dans des structures d’accueil diverses (musées, bibliothèques, appartement privé, etc.).  Le marathon a rassemblé environ 600 participant-e-s, permettant la création de plus de 100 nouveaux articles concernant les femmes et les arts. En 2015, de nouveaux pays comme la Belgique, la France et la Nouvelle-Zélande ont rejoint le projet. Les organisateurs d’Art+Feminism ont été inclus dans la liste des 100 Leading Global Thinkers du magazine Foreign Policy pour la mise en œuvre du marathon en 2014.

À Paris et à l’initiative des curatrices Mikaela Assolent et Flora Katz, Lafayette Anticipation s’est engagé dans le mouvement en ouvrant son Hub à près d’une centaine de contributrices et contributeurs. Cette première édition parisienne a été réalisée en collaboration avec l’artiste américaine Addie Wagenknecht, une quinzaine de formatrices et formateurs et Wikimédia France.

Collecter, conserver, communiquer, faire comprendre et mettre en valeur leurs fonds, favoriser l’apprentissage de la citoyenneté en direction des jeunes publics, telles sont les missions fondamentales des Archives nationales, partenaires de l’édition 2016. Dans le sillage de leur partenariat avec Wikimédia France, prolongé en novembre dernier, les Archives nationales se sont associées à ce projet en accueillant l’edit-a-thon en plein cœur de Paris, et en mobilisant leur personnel d’accueil, leurs archivistes et leur département d’action culturelle éducative.

Un des logos de la campagne Art+Feminism - Iloatha13 - CC-BY-SA 4.0

Un des logos de la campagne Art+Feminism – Iloatha13 – CC-BY-SA 4.0

 

A Paris… et ailleurs dans la Francophonie !

Ces journée contributives ouvrent le calendrier du Mois de la contribution francophone, qui a débuté le 1er mars. Si Art+Feminism est une initiative au départ issue du monde anglophone, elle fait des émules également chez les francophones. En témoignent cette année l’organisation d’un atelier en Suisse romande, qui se tiendra demain, vendredi 4 mars à la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie du Musée d’art et d’histoire de Genève ; un atelier à la Bibliothèque diocésaine de Tunis le 5 mars ;  et pas moins de 3 ateliers à Montréal, au Québec !

Aucun commentaire 20/01/2015

Mise en place d’une WikiPermanence à l’Université Pierre-et-Marie-Curie à Paris

Une WikiPermanence est une rencontre physique entre des wikipédiens chevronnés et de nouveaux ou futurs wikipédiens qui souhaitent acquérir des connaissances et des conseils sur le fonctionnement de Wikipédia. Il ne s’agit pas d’une simple rencontre entre wikipédiens : la WikiPermanence est là pour répondre aux questions, permettre des démonstrations, offrir une aide aux premiers pas et, si cela se fait régulièrement, permettre un suivi. Une quinzaine de Wikipermanences ont déjà lieu régulièrement dans toute la France, que ce soit dans des tiers-lieux, chez des partenaires, ou encore au sein de médiathèques.

Wikipermanence à Rennes en 2012. Auteur : Trizek, licence : CC-By-SA

WikiPermanence à Rennes en 2012. Trizek, CC-By-SA.

Afin de faciliter l’appropriation de Wikipédia comme ressource documentaire, Wikimédia France et la Bibliothèque Universitaire Pierre-et-Marie-Curie s’associent pour mettre en place une WikiPermanence à la Bibliothèque de Chimie Enseignement, chaque premier mardi du mois à la pause méridienne.

Chaque session sera organisée autour d’un thème intéressant les étudiants. La première WikiPermanence se tiendra ainsi le mardi 3 février de 12h à 13h30, et s’intéressera notamment à la question « Être étudiant en sciences et contributeur Wikipédia ? ». D’autres thèmes sont pressentis pour les sessions suivantes, comme la fiabilité des articles, ce que signifie la publication sous licence libre…

N’hésitez pas à venir avec votre ordinateur portable, votre clé USB, vos questions ou même simplement par curiosité, c’est libre et gratuit !

par Litlok
Categories: Projets Wikimedia, Île-de-France
un commentaire 16/01/2015

Le 1er Festival du Domaine Public soutenu par Wikimédia France

C’est quoi le Festival du Domaine Public ?

“Les œuvres du domaine public, lorsqu’elles sont numérisées, sont accessibles à tous ; elles peuvent être diffusées, échangées, modifiées librement. C’est un vaste patrimoine commun que chacun peut redécouvrir, s’approprier et réinventer comme bon lui semble.
Le domaine public réalise ainsi sa promesse : donner aux œuvres une « seconde vie », en permettant à tout un chacun d’y accéder sans demander d’autorisation ni de payer de droits.
Ce festival, [lancé par Alexis Kauffmann et Véronique Boukali, tous deux membres de Wikimédia France], se donne pour but de sensibiliser le plus grand nombre à l’importance et à la richesse du domaine public, par un ensemble de manifestations à la croisée de la culture, des nouvelles technologies et de la création.”

Pour retrouver tous les événements du Festival, et notamment ceux dans lesquels l’association s’implique, rendez-vous sur : http://festivaldomainepublic.org/ et sur Twitter : @dpfestival

 

 Source: http://festivaldomainepublic.org/a-propos.html

Un soutien de communication  en s’associant avec une école de design à Paris

Wikimédia France soutient ce premier “FDP” de plusieurs manières… et notamment à travers un partenariat avec l’Ecole supérieure des arts et techniques (ESAT) et ses étudiants pour la création d’une charte graphique. Jean-Philippe, chargé de communication chez Wikimédia France, a donc animé les étudiants autour d’un défi : la création d’une identité visuelle cohérente et attractive pour le grand public. Nicolas De Palmaert, Graphiste et professeur à l’école a accompagné pendant plusieurs semaines une dizaine d’étudiants dans le processus créatif. Véronique et Alexis ont également participé aux séances de briefing des étudiants, pour leur transmettre leur vision de ce festival. Il a accepté de répondre à nos questions.

Benchmark à l'Atelier Hourdé - Jean-Philippe WMFr

Benchmark à l’ESAT – Jean-Philippe WMFr – CC-BY-SA

Interview de Nicolas De Palmaert :

  • Bonjour Nicolas, pouvez-vous vous présenter rapidement ?

Bonjour, j’ai 37 ans. Je suis graphiste depuis 13 ans. Diplômé des Arts-Déco de Paris je travaille actuellement comme indépendant dans un atelier de création graphique et de scénographie dans le 93. Je suis aussi prof de graphisme depuis une dizaine d’année. (EPSAA, atelier Hourdé etc…)

  • Pourquoi votre participation à la création de l’identité visuelle du Festival du domaine public vous tenait tant à coeur ?

C’est d’abord un projet ambitieux. Ca me plait. C’est aussi une réflexion contemporaine sur le design et les droits d’auteur au cœur de l’actualité. Pour les élèves c’est une opportunité de rencontrer les acteurs du monde numérique. C’est leur avenir.

  • Vous êtes un passionné d’histoire de l’art et de design. Manager des étudiants sur un tel projet, en collaboration avec Wikimédia France, fut une bonne expérience pour vous ?

Bien sûr, ce fut une très bonne expérience, un échange fructueux pour être plus précis. L’équipe de Wikimédia France a été très investie auprès des élèves tout au long du processus de création, ce qui a été très apprécié. Et les élèves ont apporté tout leur talent et ont été très pro.

  • Vous êtes l’invité de Wikimédia France pour présenter deux personnalités entrants dans le Domaine Public le 30 janvier 2015 à la Gaîté Lyrique, un petit mot ?

Edward Johnston et Glovanni Mataloni sont les vraies vedettes ! Je ne suis que « l’aboyeur ».

  • Le mot de la fin ?

Il y a encore de nombreuses personnalités a faire découvrir. Le graphisme étant un métier jeune, on a de belles années devant nous !

Des propositions professionnelles et intéressantes de la part des étudiants :

Durant plusieurs semaines, les étudiants ont travaillé sur différentes pistes créatives, avec différentes méthodes et moyens techniques et artistiques. Le jury, constitué de Véronique Boukali, Alexis Kauffman et Jean-Philippe Kmiec, ont évalué et écouté les étudiants présenter leurs projets.

Les propositions graphiques des étudiants

Les propositions graphiques des étudiants – Jean-Philippe WMFr – CC-BY-SA

D'autres propositions des étudiants...

D’autres propositions des étudiants… – Jean-Philippe WMFr – CC-BY-SA

 

 

 

 

 

 

 

Interview des gagnantes, Manon Darcel et Lucie Broulou :

  • Bonjour, pouvez-vous vous présenter ?
 Manon Darcel et Lucie BroulouLucie Broulou, 24 ans, étudiante à l’ESAT en deuxième année de communication visuelle et Manon Darcel, 22 ans, étudiante à l’ESAT en deuxième année de communication visuelle.

  •   Connaissiez-vous le domaine public avant votre participation au concours ?
 Nous connaissions le domaine public avant la participation au concours, mais nous ne mesurions pas du tout l’importance de cette source d’informations! En effet, c’est un accès à la culture sans limites qui se renouvelle chaque année et nous n’en avions pas conscience.

  • Qu’avez-vous voulu exprimer dans vos créations ?
Notre concept est basé sur l’ouverture, l’accès à la culture que propose le domaine public. Nous avons pour cela utilisé le « C » barré du copyright. Au lieu de fermer le « C » par cette barre, nous avons préféré l’ouvrir vers des ondes qui se propagent sur l’artiste et son oeuvre, ainsi que vers l’avenir. C’est une façon de célébrer l’entrée des artistes dans le domaine public, plutôt que l’anniversaire de leur disparition.

  •  Qu’avez-vous retenu de cette expérience ?
Nous avons beaucoup appris de cette expérience: cela nous a permis de faire partie d’un projet professionnel dans le cadre de notre école. Nous avons dû faire face aux difficultés imposées par certaines contraintes, le tout en équipe. Il y avait un vrai enjeu: des clients à ne pas décevoir. On n’était plus dans le cadre de nos études. De plus, ce projet nous concerne particulièrement car il s’agit d’un accès nouveau à la culture et à l’Art. Cela demandait un travail d’organisation, de coopération, de création qui s’avère très complet et important pour notre formation.
  •  Le mot de la fin ?
Merci à tous ceux qui nous ont permis de participer à ce projet, et qui nous ont fait confiance!
Affiche officielle du Festival Du Domaine Public

Affiche officielle du Festival Du Domaine Public – Manon Darcel & Lucie Broulou – CC-BY-SA

Les organisateurs du Festival, Wikimédia France ainsi que tous les partenaires remercient chaleureusement les étudiants ainsi que la direction de l’école Atelier Hourdé pour leur participation.

par Jean-Philippe Kmiec
Categories: Projets Wikimedia, Actualité Wikimédia France, Île-de-France