Archive

Archives pour la catégorie ‘Groupe local’
2 commentaires 11/10/2016

Se former à Wikidata

WP-WD

Infobox Wikipédia mise en forme à gauche et données brutes Wikidata à droite (copies d’écran de Wikipédia en CC-BY-SA et de Wikidata CC-0 GPLv2+, montage CC-BY par VIGNERON).

Wikidata est une base de connaissances. C’est un projet frère de Wikipédia, développé par Wikimedia Deutschland et hébergé par la Wikimedia Foundation. Wikidata stocke des informations structurées, sourcées et réutilisables par l’ensemble des projets Wikimedia. Lorsqu’une information évolue, elle peut être reportée automatiquement sur l’ensemble des projets Wikimedia. Par exemple, lors de la mise à jour annuelle de la population d’une commune, l’information peut être mise à jour dans Wikidata et reportée automatiquement sur l’ensemble des Wikipédias utilisant cette information.
Autre exemple de l’avantage de ce dépôt centralisé : Wikidata stocke les liens interwikis des projets Wikimedia. Auparavant, lorsque l’on changeait le nom d’une page Wikipédia, il était nécessaire de reporter ce changement manuellement sur toutes les autres versions linguistiques de Wikipédia et tous les projets Wikimedia. Aujourd’hui, le changement se fait à un seul endroit, avec une interface adaptée.
La traduction des articles est également simplifiée : un lien dans une langue est facilement identifiable dans une autre langue. Quand vous traduisez un article avec l’outil de traduction, vous gagnez en fluidité. Quand vous modifiez un article pour y insérer un lien vers un autre article, vous avez aujourd’hui une courte description illustrée issue de Wikidata vous permettant de faire le meilleur choix.
Wikidata est un projet encore jeune : il fêtera ses 4 ans en octobre prochain. Toutefois, si l’on regarde le nombre croissant d’ateliers Wikidata organisés chaque année dans la francophonie, l’intérêt pour ce projet se développe régulièrement. Le besoin de formation est donc réel, comme l’a montré l’atelier de formation à Wikidata lors de la Wikiconvention francophone et la série d’ateliers Wikidata organisés depuis l’automne dernier à Paris et cet été à Rennes. Tout d’abord, ces ateliers sont un succès certain — une trentaine de participant-e-s lors de la Wikiconvention (dont de nombreux nouveaux contributeurs – nouvelles contributrices), une quarantaine lors de l’atelier organisé à l’université Paris-Sud, une douzaine au total lors des ateliers rennais — et durable — les trois quarts des participant-e-s aux ateliers rennais ont pris part à au moins deux ateliers. Ensuite, ils permettent aux contributeurs – contributrices, expérimenté-e-s ou non sur d’autres projets Wikimedia, d’appréhender Wikidata et d’être autonomes dans son utilisation. Enfin, ils sont un vecteur d’émulation, comme en témoignent les outils de contribution et de visualisation créés lors de ces ateliers.
201608 WikiConvention Paris

Contributeurs pendant l’atelier Wikidata de la Wikiconvention (Ziko van Dijk, CC BY-SA 4.0).

Si vous n’avez pas eu l’occasion de participer à un de ces ateliers, il est encore temps d’apprendre ! Par exemple, vous pouvez :
Wikidata étant un projet transverse à tous les projets Wikimedia, vous pouvez également trouver de l’aide sur chaque projet, par exemple sur le projet Wikidata sur Wikipédia ou dans la page d’aide sur Wikisource.

 

 Auteurs : Envel Le Hir, Trizek, Nicolas Vigneron

 

par Envel Le Hir
Categories: Wikidata, Groupe local
Aucun commentaire 13/08/2016

Premier Edit-a-thon Toulouse – Montpellier inauguré à Mazamet

Le 30 juillet, les groupes locaux de Toulouse et Montpellier se sont réunis pour une première rencontre après la fusion des régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon.

Cette première rencontre a eu lieu sous la forme d’un edit-a-thon dans la ville de Mazamet. Les groupes locaux toulousains et montpelliérains se sont donnés rendez-vous le samedi matin à l’office de tourisme pour une excursion photo dans les rues et musées de la ville.

Située aux confins des départements du Tarn et de l’Aude et aux pieds de la montagne Noire et du rocher d’Hautpoul, Mazamet est à équidistance des villes de Béziers et Toulouse. Ville d’environ 10.000 habitants, cette ville a vécu pendant 150 ans de l’industrie du délainage.

Tout au long de la matinée, des conseils pratiques sur la photographie ont été dispensés aux wikimédiens et membres de l’association Montpel’libre venus participer. Puis, après un pique-nique au bord de la rivière, c’est au sein de la médiathèque de Mazamet que les bénévoles ont contribué à des articles liés à la commune (Mazamet, Industrie de Mazamet, Foire de Montagnac et Pézénas). Nous avons aussi profité de  “L’été des régions Wikipédia” pour ajouter des photos prises le matin dans la catégorie Mazamet dans Commons.

Une photo de groupe a conclu cette belle première journée de contribution entre wikimédiens Toulousains et Montpelliérains.

 

 

Aucun commentaire 08/08/2016

Brest 2016, des wiki et la mer

Du 13 au 19 juillet a eu lieu Brest 2016, la septième édition des fêtes maritimes de Brest où était présents plus d’un millier de bateaux traditionnels venant de toute la France et du monde entier. Un riche patrimoine qui constitue une parfaite occasion de collecter des contenus inédits pour les projets Wiki, principalement des photos mais aussi des témoignages, reportages, etc.

Les participants viennent de différents horizons, des wikimédien-ne-s évidemment mais aussi des contributeurs et contributrices à Wiki-Brest ou à la webtélé brestoise Quartiers Libres. Cette diversité de profils permet à chacun-e de se concentrer sur ce qu’il/elle sait faire de mieux dans un but commun. La plupart des participant-e-s étant déjà venu-e-s lors de la dernière édition, il y a 4 ans, le procédé de fonctionnement commence à être bien huilé. Le matin, tout le monde se rassemble pour faire le point sur le programme de la journée et chacun-e vaque ensuite à ses occupations. Pendant que les photographes partent arpenter les quais et sortir en mer, les contributeurs et contributrices créent et améliorent des articles ou bien enrichissent les informations des images prises la veille.

Un stand a été mis à notre disposition. Il était situé au cœur de la fête et a servi à la fois de lieu d’exposition (l’occasion de faire un retour sur les 10 ans de Wiki-Brest), d’espace web-reportage (pour Quartiers Libres) et d’espace de contributions.

L’objectif était de prendre en priorité des photos de qualité des navires (petits ou grands) n’ayant pas d’illustration dans Commons. Les photographies sont encore pour partie en cours de traitement mais le résultat est déjà impressionnant : près d’un millier de fichiers ont été importés sur Wikimédia Commons par 16 personnes ! Elles sont toutes visibles dans cette catégorie sur Commons et voici quelques exemples ci-dessous :

L’Hermione, réplique de la frégate de La Fayette (Ph. Saget [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons)

Le Kruzenshtern, un des 5 derniers quatre-mâts barque du monde en état de naviguer (Ph. Saget [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons).

Le monocoque de compétition K. VIII (Pymouss [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons).

Pen Duick I de Tabarly sous voile dans l’avant-port (Ph. Saget [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons).

Une belle récolte, vivement Brest 2020 !
par Nicolas Vigneron
Categories: Wikimedia Commons, Projets Wikimedia, Groupe local
un commentaire 02/05/2016

L’extraordinaire odyssée du Wiktionnaire

Lyokoï, wiktionnariste et référent du groupe local de Lyon – aussi connu sous le nom de “cabale de la quenelle” – retrace pour notre blog le chemin parcouru jusqu’à la création de la première Wikipermanence au monde autour du Wiktionnaire. Un récit vivant et plein d’humour, à la découverte d’un projet moins bien connu que sa grande sœur Wikipédia.

Logo du Wiktionnaire - Smurrayinchester - CC-BY-SA 3.0

Le Wiktionnaire fait partie des projets Wikimédia, impulsés par la Wikimedia Foundation. Son objectif est de « définir tous les mots de toutes les langues dans toutes les langues ». Il existe en 172 langues, est fondé sur un système de wiki et son contenu, librement réutilisable, est publié sous licence CC-BY-SA. Image : logo du Wiktionnaire – Smurrayinchester – CC-BY-SA 3.0

Genèse d’une idée

« Tiens ? T’es sur le Wiktionnaire toi aussi ? » Tout a commencé ainsi. Depuis, quelque chose d’inédit s’est mis en place en France : la seule et unique Wikipermanence (réunion informelle et régulière autour d’un projet lié à l’univers Wikimedia) du monde uniquement dédiée au projet du Wiktionnaire.

Mais revenons au commencement : Lyon, une ville où il fait bon vivre, et surtout bon manger, accueille un groupe local de Wikimédiens important. Une vingtaine de personnes se réunissent ainsi régulièrement pour discuter, boire un coup, mais surtout ripailler. Fait inhabituel pour ce groupe, il dispose d’une forte représentation de wiktionnaristes – c’est-à-dire, contributeurs au Wiktionnaire – alors qu’ils sont peu nombreux dans le reste du pays. Cette prise de conscience de leur existence mutuelle les a amenés à un coup de génie à la fin de l’année scolaire 2014-2015 : tenir une permanence pour parler de ce projet.

Première étape : le lieu et les personnes

Il existe à Lyon un lieu génial pour les philologues, répondant au doux nom de KoToPo, qui en espéranto signifie : « etc ». C’est un bar, tenu par l’association Mille et une langues, qui, envers et contre tout, s’est donné pour objectif d’apprendre au plus grand nombre de personnes possible une des 45 langues enseignées en son sein. Dictionnaire – Langue ? Le lien est évident. Il n’a pas fallu longtemps pour que Noé, un membre appartienne aux deux entités et lance l’idée que la minorité agissante du Wiktionnaire pouvait bien former les apprentis du KoToPo à utiliser ce dictionnaire en tant qu’outil d’apprentissage d’une langue.

Ainsi fut-il : tous les premiers jeudis du mois, de 17h à 20h (officiellement, mais ça a tendance à déborder…), un groupe de 3-4 personnes se réunissent pour présenter le projet aux curieux et pour discuter entre eux. Les curieux sont peu nombreux, mais certains sont devenu des contributeurs occasionnels, et c’est ce que l’on pouvait espérer de mieux.

Cet espace de discussion de vive voix bouleversa le petit monde du Wiktionnaire (enfin petit… si on regarde les chiffre, c’est plutôt le contraire : presque 3 millions de mots venant de presque 4000 langues y sont décrits). En effet, depuis que ces wiktionnaristes disposent d’un temps dédié au débat autour du Wiktionnaire, ils ont formalisé de nombreuses avancées.

Deuxième étape : porter la bonne parole et impliquer la communauté

Cette permanence est par ailleurs directement issue d’une série de conférences que j’ai pu donner, depuis septembre 2014, en sillonnant la France pour présenter le Wiktionnaire à des publics très variés : lexicographes, linguistes, locuteurs de langues régionales, enseignants, libristes, etc. Les compte-rendus de ces interventions, établis de manière quasi-systématique, donnent souvent lieu à des retours de la part de la communauté en vue d’améliorer la visibilité du projet.

Cette même communauté fait preuve d’une grande curiosité quant à son propre fonctionnement ainsi que de l’avancement de son projet. Certains questionnements ont pu se mettre en place grâce au rassemblement quasi mensuels des Lyonnais. En effet, il n’est pas rare qu’un minimum de wiktionnaristes soient présents et engagent une discussion sur leur sujet préféré (après les bugnes, cela va sans dire !) : le Wiktionnaire.

Troisième étape : des projets pilotes pour inspirer la réflexion

C’est ainsi que s’est d’abord construit le projet WikiFromages (en écho au WikiCheese sur Wikipédia) qui amena notre communauté de Wiktionnaristes lyonnais à s’interroger sur de multiples facettes cachées du projet :

  • réflexion sur les annexes et les thésaurus ; proposition de les intégrer par défaut dans la recherche de base ;
  • mise en place d’une réflexion et d’un début de protocole sur l’intégration du gaulois, qui pourra servir à terme à d’autres langues mortes partiellement écrites ;
  • établissement du premier bilan annuel du Wiktionnaire ;
  • proposition et mise en place de l’actualité mensuelle du projet ;
  • retravail des pages d’aides et de convention ;
  • changement de mise en forme des signes de prononciation pour rendre compte de la diversité…

Au-delà des questionnements propres au fonctionnement du Wiktionnaire et à ses potentialités en tant qu’outil, l’analyse du projet a changé et une vraie réflexion s’est mise en place. Que peut-on faire avec le Wiktionnaire ? Quelles sont ses limites ? Comment l’améliorer ? Qui en a besoin sans le savoir ? Comment faire connaître le projet ?

Quatrième étape : partager avec d’autres le chemin parcouru

On peut considérer, grâce au chemin parcouru, que le Wiktionnaire français fait parti des petits projets les plus actifs de la Wikimedia Foundation, et qu’il a beaucoup à apprendre aux autres. Lorsque nous avons pris conscience de cela, nous sommes allés voir comment cela se déroulait ailleurs. Les anglophones vivant dans des lieux très éclatés ont actuellement énormément de mal à se rassembler, les autres petits wikis sont malheureusement souvent trop peu peuplés pour disposer d’une base de contributeurs minimale. Dans cette optique, nous proposons de partager notre cheminement lors de la Wikimania 2016, qui aura lieu en juin en Italie, où notre proposition de conférence a été acceptée (en plus d’une câlinothérapie entre petits projets).

Si l’encyclopédie Wikipédia est de mieux en mieux comprise par les professionnels du savoir, les autres projets sont encore complètement dans son ombre et leur milieu est souvent à des kilomètres d’une réflexion poussée (environ un centaine d’étude pour le Wiktionnaire contre plus de 5000 pour Wikipédia, toutes langues confondues pour les deux projets). A titre d’exemple, les éditions Larousse et Robert ont découvert l’ampleur du projet Wiktionnaire lors de ma conférence aux Journées Des Dictionnaires en février 2015…

Mais l’avenir est de toute façon radieux : parce que les projets sont libres et que les idées sont folles, parce que les besoins de sauvegarde linguistique sont phénoménaux et les données gigantesques (comptez plusieurs milliers d’entrées par langues, pour plus de 7500 langues), parce que tout le reste n’est finalement pas assez pour ceux qui veulent partager leur savoir et parce qu’il faudra toujours des petits projets pour qu’ils deviennent grands…

« Quoi ? Encore un wiktionnariste ? » est désormais une réflexion commune dans la cabale de la quenelle à Lyon.

Lyokoï

par Anne-Laure Prévost
Categories: Projets Wikimedia, Wiktionary, Histoires wikimédiennes, Lyon
Aucun commentaire 04/04/2016

Rencontre autour de l’autisme et de la contribution à Wikipédia

Samedi 2 avril à Rennes, Tsaag Valren et Harmonia Amanda, deux wikimédiennes porteuses du syndrome d’Asperger ont raconté lors d’une table ronde leur expérience de contribution sur les projets Wikimedia.

Animée par Auregann, la rencontre partait des questions suivantes : pourquoi la participation à l’encyclopédie collaborative Wikipédia est bénéfique pour les personnes porteuses du syndrome d’Asperger ? Quelles sont les difficultés qu’elles rencontrent ?

Affiche pour la table ronde, CC-BY-SA Auregann

Affiche pour la table ronde, CC-BY-SA Auregann

 

Le syndrome d’Asperger fait partie des troubles du spectre autistique qui se caractérisent par des troubles de la communication, des interactions sociales, et des centres d’intérêts spécifiques développés. Malgré les difficultés rencontrées lors des interactions sociales, les deux contributrices ont expliqué en quoi leurs spécificités sont utiles et leurs compétences sont valorisées dans l’activité de contribution.

Sur la Wikipédia en français, seuls une dizaine de contributeurs déclarent leur appartenance aux « Aspies » alors qu’ils sont certainement plus nombreux en réalité.

La rencontre a été enregistrée au format audio, vous pouvez l’écouter sur Commons. Le support de présentation ayant servi pour l’introduction sur l’autisme est également disponible sous licence libre.

Voici quelques ressources pour mieux comprendre Asperger et l’autisme :

 

Tsaag Valren, Auregann et Harmonia Amanda. Photo CC-BY-SA Seb35

Tsaag Valren, Auregann et Harmonia Amanda. Photo CC-BY-SA Seb35

Au delà de la table ronde, cette rencontre organisée par les wikimédiens rennais avec le soutien de Wikimédia France a été un moment très convivial d’échange et de partage d’expériences.

Le sujet des personnes autistes sur Wikipédia suscitant beaucoup d’intérêt au sein de la communauté, d’autres rencontres seront certainement organisées par la suite.

Merci encore à Tsaag Valren et Harmonia Amanda d’avoir partagé leur expérience ! Merci à la Maison des Associations de Rennes, à l’association Mathi, et à Wikimédia France pour leur soutien.

par Auregann
Categories: Wikipédia, Focus sur, Rennes