Aucun commentaire 31/07/2015

Droit de réponse : TV5 Monde

À la suite d’un article de TV5 Monde publié le 28 juillet 2015 par Pascal Hérard et contenant un certain nombre d’approximations et d’erreurs manifestes, notamment relatives au rôle de Wikimédia France, l’association a décidé de réagir à l’aide d’un article de blog.

Suite à la publication de l’article, la direction de Wikimédia France a contacté la rédaction de TV5 Monde afin que soient rectifiées les contre-vérités qui y sont présentes.

Dans une première version de l’article publiée le 28 juillet 2015 à 16 h 37 (archivée ici),  le paragraphe « Pour la France, les Sysop dépendent d’une association loi 1901, Wikimedia France, émanation de la Fondation américaine Wikimedia  (Wikimedia étant aussi et surtout le nom du logiciel open-source de Wikipédia, ndlr). » contient pas moins de trois erreurs :

  • Les sysop de Wikipédia, également appelés administrateurs, sont des bénévoles de langue française totalement indépendants de l’association Wikimédia France, avec laquelle ils n’entretiennent strictement aucun rapport de subordination. De manière plus générale, l’association Wikimédia France n’a d’ailleurs aucun pouvoir éditorial sur l’encyclopédie ; ses missions sont d’en assurer la promotion, de nouer des partenariats avec des institutions culturelles (musées, bibliothèques, etc.) pour les encourager à verser des contenus sur Wikipédia, ainsi que de soutenir les contributeurs bénévoles qui le désirent. Les rédacteurs de l’encyclopédie, administrateurs compris, sont indépendants, ne sont que pour partie français et n’adhèrent pas nécessairement à l’association Wikimédia France.
  • Wikimédia France est une association loi 1901 indépendante juridiquement de la Wikimedia Foundation (de droit américain) ; elle n’en est pas une émanation. Une partie de son budget provient toutefois des dons faits par les internautes à la Wikimedia Foundation lors de la campagne annuelle d’appel aux dons, visible via une bannière en haut des articles Wikipédia.
  • De façon plus anecdotique, le logiciel utilisé par les projets Wikimédia – dont Wikipédia – est nommé « MediaWiki » et  non « Wikimédia ».

La première lourde erreur relevée ci-dessus est répétée dans le paragraphe suivant : « Wikimedia France est dotée d’un CA (Conseil d’administration) de 12 membres et gère le Wikipédia francophone (…) »

Cela accrédite l’idée auprès des lecteurs que la version francophone de l’encyclopédie est gérée par des bénévoles, dont des administrateurs, qui « dépendent » en réalité de l’association Wikimédia France (faux), laquelle est-elle même une « émanation » de la Wikimedia Foundation (faux), laquelle serait elle-même financée par des multinationales (imprécis ; cf. infra).

La présentation des financements de la Wikimedia Foundation est à ce titre également biaisée. S’il est, d’un point de vue journalistique, tout à fait normal de citer les quelques multinationales qui ont effectué des dons importants, il est tout à fait anormal de ne pas alors mentionner qu’en 2013, plus de 98 % des dons, en nombre est d’un montant inférieur ou égal à 200 dollars (https://meta.wikimedia.org/wiki/Fundraising/2013-14_Report). En valeur, le rapport est semblable, puisque (toujours en 2013), 83 % des sommes perçues proviennent de dons inférieurs ou égaux à 200 dollars (source identique).

Suite à de nombreux commentaires émanant d’une part de contributeurs de Wikipédia (soit dit en passant généralement appelés Wikipédiens et non Wikipédistes…), dont certains sont administrateurs (Sysop) et, d’autre part d’adhérents à l’association Wikimédia France, TV5 Monde a mis à jour son article le 30 juillet à 8 h 17 (archivé ici) en précisant  : « après des contestations sur la responsabilté éditoriale de Wikimedia France vis-à-vis de wikipédia.fr :  L’association Wikimedia France loue les serveurs du nom de domaine wikipedia.fr chez l’hébergeur Gandi. Wikimedia France est donc éditrice des contenus wikipédia.fr (https://www.whois.net/ requête sur “wikipedia.fr”) »

Il se trouve que si le nom de domaine wikipedia.fr (portail vers les projets Wikimédia francophones) appartient bien à l’association Wikimédia France, les articles de l’encyclopédie, eux, sont hébergés sur le nom de domaine fr.wikipedia.org, ce qui est vérifiable via une simple recherche sur le web. Nom de domaine qui appartient à la Wikimedia Foundation, hébergeur du contenu.

À la suite de divers échanges avec la direction de la rédaction, le rédacteur en chef s’est présenté cette après-midi, jeudi 30 juillet, dans les locaux de l’association Wikimédia France pour rencontrer la directrice exécutive Nathalie Martin. L’interview qui en a résulté a été publiée en bas de l’article initialement publié.

 

par Jean-Philippe Kmiec
Categories: Projets Wikimedia
un commentaire 15/07/2015

Wikipédia, la science et les lorrains

Au printemps, en Lorraine, Wikimédia France a mis son grain de sel dans l’événement culturel et scientifique Science&You. Soutenu par l’université de Lorraine et une vingtaine de partenaires, Science&You est un événement d’envergure internationale qui s’adresse à toute personne intéressée par la médiation des sciences. A l’occasion d’un colloque, d’un forum et d’événements variés, chercheurs, doctorants, médiateurs, journalistes ou curieux ont pu échanger et débattre sur de nombreuses thématiques. Wikipédia et ses projets frères ayant peu à peu fait leurs preuves dans le monde des sciences, l’association Wikimédia France est intervenue de différentes manières tout au long de l’événement Science&You.

Science&You (logo)

En mai, une conférence intitulée La Galaxie Wikipédia s’est tenue, chose peu commune, dans… le planétarium d’Epinal ! Jacqueline Louviot, contributrice et chercheuse en sciences de l’information et de la communication, y a donné toutes les clés pour mieux comprendre l’encyclopédie et y contribuer. S’en sont suivis trois ateliers de sensibilisation tenus, plus classiquement, dans des médiathèques et des bibliothèques de la région. Pour l’anecdote, dans le petit village d’Attignéville qui compte quelques deux cents habitants, ils étaient douze participants !

 La galaxie Wikipédia - Epinal

En juin, deux ateliers contributifs à Wikipédia ainsi qu’un stand Wikimédia France se sont tenus les 3 et 6 juin, à l’initiative de Jean-Olivier Gransard-Desmond, archéologue indépendant et président d’ArkéoTopia. Cette jeune association a pour vocation de « porter un autre regard sur l’archéologie d’aujourd’hui pour mieux aider les organismes existants à préparer celle de demain ». Ainsi, à l’occasion de ces deux ateliers contributifs ouvert à tous (les débutants étaient les bienvenus), la douzaine de participants a d’abord appris à créer un compte utilisateur sur Wikipédia, puis a été initiée aux règles de publication sur le projet d’encyclopédie. Grâce aux compétences des participants (principalement des étudiants en médecine, en anthropologie, etc.), et malgré quelques problèmes techniques, les différents échanges ont été riches et ont permis notamment d’aborder la question de l’évaluation de la qualité des contenus et de la fiabilité des sources… Ils ont aujourd’hui nous l’espérons, toutes les clés en main pour devenir des contributeurs aguerris !

un commentaire 01/07/2015

La liberté de panorama au service des biens communs

Les débats autour de la réforme du droit d’auteur et du rapport Reda sont très éclairants. Ils permettent à chacun d’exprimer ses positions, et de montrer ses compétences, et parfois ses lacunes… comme par exemple Jean-Marie Cavada !
Dans un billet publié sur son blog, il montre qu’il passe complètement à coté du mouvement collaboratif et des biens communs. Pour lui, Facebook et Wikipédia, c’est la même chose, à savoir “des monopoles américains” dont le but est de gagner de l’argent en ne payant pas les créateurs.

Wikimédia n’est pas Facebook

La fondation Wikimédia gère des sites de contenus, administrés directement par les utilisateurs, pour la libre diffusion de la connaissance, sans le moindre but lucratif. La fondation n’est absolument pas propriétaire des contenus. A l’inverse, Facebook est une plateforme à but lucratif, dont le but n’est pas d’améliorer le bien commun mais d’exploiter commercialement une position d’intermédiation entre des personnes ainsi que les contenus qu’ils postent. La comparaison serait pertinente si Facebook était dirigée, non par Mark Zuckerberg, mais par la communauté des utilisateurs, que Facebook ne réclame aucun droit sur ces contenus et n’en tire aucun bénéfice. On en est loin !
Or, c’est là que se fait la différence, car Wikimédia se situe dans la lignée du mouvement des biens communs, avec des motivations toutes autres que les grandes plate-formes propriétaires. L’idée n’est pas de gagner de l’argent, mais de permettre à tous d’avoir le meilleur accès possible à la connaissance.
M. Cavada, député européen, en février 2014. Photo : Leila Paul, CC-By-SA

M. Cavada, député européen, en février 2014. Photo : Leila Paul, CC-By-SA

L’opposition des industries culturelles

Il est évident que ce mouvement se heurte aux titulaires des droits de propriété intellectuelle, car le droit d’auteur est une barrière à la libre diffusion de la connaissance. L’obstacle est double. Il faut solliciter une autorisation de l’ayant droit, ce qui demande des démarches, et bloque toute fluidité. Alors que la technologie permet aujourd’hui une diffusion massive du savoir et la culture, il faudrait ne pas s’en servir… L’autre aspect, et c’est celui-là qui est bloquant chez Jean-Marie Cavada, est la barrière financière. Les industries culturelles et sociétés de gestion de droit, qui se sont développées à l’ombre des artistes, veulent diffuser les œuvres, mais moyennant espèces sonnantes et trébuchantes. Cette revendication est légitime et Wikimédia n’a jamais contesté l’existence du droit d’auteur. Il demande juste des aménagements, sur des contenus à la marge, qui ne sont pas les plus lucratifs pour l’industrie culturelle, mais dont la rétention bloque sérieusement la diffusion et la réutilisation de la connaissance.

L’exemple de la liberté de panorama

Cette opposition entre le monde des biens communs et celui de la propriété intellectuelle s’est cristallisée, dans le cadre du rapport Reda, sur la question de la liberté de panorama, cette exception au droit d’auteur permettant de représenter une œuvre (architecture en particulier) si elle a été conçue pour demeurer en permanence dans l’espace public à la vue de tous. Les débats se sont focalisés sur la possibilité d’une réutilisation commerciale. Les députés de la commission des affaires juridiques ont adopté un amendement de Jean-Marie Cavada qui écarte cette possibilité de réutilisation commerciale. Cela viderait la liberté de panorama de son intérêt, car la notion de réutilisation commerciale est extrêmement floue. Si vous utilisez une image sur votre site personnel, sur lequel figure une bannière ou un bouton permettant de recueillir des dons, vous êtes déjà hors des clous… Autant dire que les possibilités de réutilisation seront plus que limitées du fait de l’insécurité juridique. Les sociétés privées de gestion du droit d’auteur ont beau dire qu’elles n’entendent pas attaquer les wikipédiens en justice, nous n’avons que leur promesse, qui n’engage, on le sait, que ceux qui l’entende. Devant un tribunal, cet engagement ne pèsera rien face à la loi.
Par contre, nous comprenons très bien l’intérêt des ayants-droit à ne pas attaquer Wikimédia. Sans possibilité de réutilisation commerciale, nous sommes un formidable pressbook gratuit, charge à Wikipédia de modifier les règles qui ont fait d’elle le premier site culturel mondial, en acceptant du contenu non libre, selon les desiderata de ces entreprises privées
Bâtiment conçu par Le Corbusier (1887-1965) à Stuttgart en 1927. Cette photo devra-t-elle être bientôt supprimée de Wikipédia ?

Bâtiment conçu par Le Corbusier (1887-1965) à Stuttgart en 1927. Cette photo devra-t-elle être bientôt supprimée de Wikipédia ? Photo Andreas Praefcke – CC-By

Le choix de la rente contre l’innovation

Les enjeux sont assez clairs. La liberté de panorama peut faire perdre quelques revenus à certains auteurs ou ayants-droit, ce qui est assez facile à calculer.
Mais elle peut aussi générer de l’activité économique, en levant des obstacles, notamment à la transformation des œuvres et à leur réutilisation “imprévue”. L’impact est alors plus difficile à évaluer car toutes les possibilités et donc les gains, ne sont pas connus au moment où la décision d’ouvrir les vannes est prise. Les gains ne sont pas seulement économiques, ils sont aussi sociétaux. La libre diffusion de la connaissance n’est pas qu’une question d’argent. La possibilité de réutilisation commerciale et l’innovation économique qui peut en découler ne sont pour nous qu’un moyen d’arriver à notre véritable but : l’amélioration du bien-être de tous, par une meilleure diffusion du savoir.
par Conseil d'Administration
Categories: Projets Wikimedia
Aucun commentaire 23/06/2015

Pas de grève pour les hackers de Wikimedia !

Le vendredi 23 mai, jour de grève pour les transports en commun lyonnais… mais il en fallait plus pour décourager nos codeurs venus du monde entier pour travailler sur le développement d’outils autour des projets Wikimedia ! C’est ainsi que l’association Wikimédia France a organisé le hackathon annuel de Wikimedia à Écully, une petite ville juste à coté de Lyon.


Hackathon Wikimedia 2015 – France / Lyon par Wikimedia_France

Wikimedia_Hackathon_2015_-_2360_-_Group_photo

La traditionnelle photo de groupe – PierreSelim, CC BY

Mais pourquoi un hackathon… et pourquoi à Lyon ? 

Le Hackathon Wikimedia est le rendez-vous annuel des développeurs et codeurs du mouvement Wikimedia. C’est dans ces moments là que sont développés certains outils que vous utilisez désormais tous les jours lors de votre utilisation de Wikipédia et des autres projets. C’est pourquoi l’association a choisi d’organiser cet événement à Lyon, et plus précisément à Valpré, un centre de congrès et séminaires de la région lyonnaise. Les participants pouvaient ainsi profiter de tout le confort nécessaire, les logements et les salles de travail étant au même endroit. Une garderie, un restaurant, un grand terrain ainsi que 5 salles de travail étaient entièrement à disposition des codeurs nuit et jour.

L’édition 2015 du Hackathon Wikimedia fut une vraie réussite, avec la présence de plus de 200 participants venant de 20 pays différents ! De plus, cette année, l’organisation a été pensée pour accueillir de nouveaux contributeurs, et c’est ainsi que 66 nouveaux participants ont pris place le 23 mai à 9h dans l’amphithéâtre bondé du centre de congrès et séminaires Valpré où s’est déroulée la conférence d’ouverture du hackathon.

Conférence d'ouverture du Hackathon

Salle comble pour la cérémonie d’ouverture – Jean-Philippe Kmiec, CC BY-SA

Comment ça marche ?

Durant trois jours, les codeurs ont travaillé sur des modules et des outils en relation avec Wikipédia, Wikimédia Commons, WikidataMediaWiki et bien d’autres…  Au total, ce sont 62 rencontres et ateliers. Les participants avaient le choix de travailler dans une des 5 salles à disposition, ils pouvaient ainsi travailler de jour comme de nuit pour optimiser au mieux leurs développements. En parallèle des ateliers et des sessions, des conférences publiques étaient organisées. Celles-ci permettaient d’échanger avec le public et de présenter le mouvement Wikimedia, l’association ou encore les différents projets. Ce fut un coup de projecteur et un temps d’échange fort pour le groupe local lyonnais qui a partagé avec le public les initiatives organisées régulièrement dans la région.

33 projets présentés

Ce ne furent pas moins de 33 projets qui ont été présentés le lundi 25 mai à 16h, lors de la cérémonie de clôture. On retrouve des projets très graphiques comme Wikipédia sur iWatch ou encore une version ultra minimaliste de l’encyclopédie libre : La découvrir ! Mais aussi des projets plus technologiques avec la recherche de données en écrivant une phrase en langage naturel : testez-le (en anglais).

Un événement médiatisé 

Le Hackathon Wikimedia a été couvert par une quinzaine de médias régionaux et nationaux, ce fut l’occasion de communiquer autour de l’association et des projets de Wikimedia.

Retrouvez ci-dessous une infographie des statistiques de l’événement ! 

Infographie Hackathon Lyon 2015

Jean-Philippe Kmiec – CC-By-SA

par Jean-Philippe Kmiec
Categories: Projets Wikimedia
Aucun commentaire 18/06/2015

Offrir des sources de qualité aux contributeurs

En 2013, un petit groupe de wikipédiens a lancé le projet The Wikipedia Library sur la wikipédia anglophone. L’objectif de ce projet est d’offrir les meilleures conditions de travail aux wikipédiens, en leur facilitant l’accès aux sources. Plusieurs solutions ont été mises en place pour cela, au premier rang desquelles la mise à disposition d’accès à des bases de données en ligne habituellement payantes.

Logo The Wikipedia Library

Logo de la bibliothèque Wikipédia

Pour cela, ces wikimédiens se sont rapprochés de plateformes numériques pour obtenir des accès qui, cumulées, représentent aujourd’hui plusieurs milliers de ressources. Alors que ce projet est désormais bien établi dans le paysage wikimédien anglophone ; il a été décidé de l’étendre avec l’ouverture de branches localisées, et parmi les premières de cette série, la bibliothèque Wikipédia qui ouvre aujourd’hui officiellement sur la wikipédia francophone.

Le lancement de cette branche francophone est l’occasion d’annoncer trois partenariats avec des éditeurs francophones de premier plan :

Tout wikimédien inscrit depuis 6 mois ou plus, et ayant effectué au moins 500 contributions sur les projets peut faire une demande d’accès sur la page dédiée à la ressource. Le nombre de comptes offert pour chaque ressource est limité, dépêchez-vous !

par Sylvain Machefert
Categories: Wikifranca