Aucun commentaire 28/01/2015

Lancement des ateliers WikiCheese

Interview pour la télévision allemande ZDF

Le premier projet de crowdfunding de l’association Wikimédia France a été un franc succès. Du 24 novembre 2014 au 1er janvier 2015, la campagne a permis de collecter 7345 € sur la plateforme Kisskissbankbank. 114 personnes ont soutenu financièrement le projet et de nombreuses autres ont relayé les messages de la campagne sur les réseaux sociaux. La couverture presse a également été importante. Pas moins de 53 articles ont été consacrés à WikiCheese dans 17 pays.

Le projet va se décliner en 18 ateliers photo-dégustation dans les locaux de l’association à Paris. Le premier atelier qui s’est tenu vendredi 23 janvier a réuni une vingtaine de personnes. À l’occasion du lancement du projet, les médias sont venus nombreux. Des donateurs étaient également présents ainsi que les wikimédiens.

Entre deux interviews, nous avons photographié la fourme d’Ambert, l’époisse, le laguiole, le banon, le livarot, le massipou, l’emmental, le pouligny-saint-pierre, un fromage de chèvre cendré, et un le fromage anglais, le stilton. Les images sont en cours de traitement et viendront rapidement enrichir Wikimedia Commons.

Suivez l’avancement du projet sur Wikipédia:WikiCheese et retrouvez les photos de la soirée sur Commons ici !

Aucun commentaire 20/01/2015

Mise en place d’une WikiPermanence à l’Université Pierre-et-Marie-Curie à Paris

Une WikiPermanence est une rencontre physique entre des wikipédiens chevronnés et de nouveaux ou futurs wikipédiens qui souhaitent acquérir des connaissances et des conseils sur le fonctionnement de Wikipédia. Il ne s’agit pas d’une simple rencontre entre wikipédiens : la WikiPermanence est là pour répondre aux questions, permettre des démonstrations, offrir une aide aux premiers pas et, si cela se fait régulièrement, permettre un suivi. Une quinzaine de Wikipermanences ont déjà lieu régulièrement dans toute la France, que ce soit dans des tiers-lieux, chez des partenaires, ou encore au sein de médiathèques.

Wikipermanence à Rennes en 2012. Auteur : Trizek, licence : CC-By-SA

WikiPermanence à Rennes en 2012. Trizek, CC-By-SA.

Afin de faciliter l’appropriation de Wikipédia comme ressource documentaire, Wikimédia France et la Bibliothèque Universitaire Pierre-et-Marie-Curie s’associent pour mettre en place une WikiPermanence à la Bibliothèque de Chimie Enseignement, chaque premier mardi du mois à la pause méridienne.

Chaque session sera organisée autour d’un thème intéressant les étudiants. La première WikiPermanence se tiendra ainsi le mardi 3 février de 12h à 13h30, et s’intéressera notamment à la question « Être étudiant en sciences et contributeur Wikipédia ? ». D’autres thèmes sont pressentis pour les sessions suivantes, comme la fiabilité des articles, ce que signifie la publication sous licence libre…

N’hésitez pas à venir avec votre ordinateur portable, votre clé USB, vos questions ou même simplement par curiosité, c’est libre et gratuit !

par Litlok
Categories: Île-de-France, Projets Wikimedia
un commentaire 16/01/2015

Le 1er Festival du Domaine Public soutenu par Wikimédia France

C’est quoi le Festival du Domaine Public ?

“Les œuvres du domaine public, lorsqu’elles sont numérisées, sont accessibles à tous ; elles peuvent être diffusées, échangées, modifiées librement. C’est un vaste patrimoine commun que chacun peut redécouvrir, s’approprier et réinventer comme bon lui semble.
Le domaine public réalise ainsi sa promesse : donner aux œuvres une « seconde vie », en permettant à tout un chacun d’y accéder sans demander d’autorisation ni de payer de droits.
Ce festival, [lancé par Alexis Kauffmann et Véronique Boukali, tous deux membres de Wikimédia France], se donne pour but de sensibiliser le plus grand nombre à l’importance et à la richesse du domaine public, par un ensemble de manifestations à la croisée de la culture, des nouvelles technologies et de la création.”

Pour retrouver tous les événements du Festival, et notamment ceux dans lesquels l’association s’implique, rendez-vous sur : http://festivaldomainepublic.org/ et sur Twitter : @dpfestival

 

 Source: http://festivaldomainepublic.org/a-propos.html

Un soutien de communication  en s’associant avec une école de design à Paris

Wikimédia France soutient ce premier “FDP” de plusieurs manières… et notamment à travers un partenariat avec l’Ecole supérieure des arts et techniques (ESAT) et ses étudiants pour la création d’une charte graphique. Jean-Philippe, chargé de communication chez Wikimédia France, a donc animé les étudiants autour d’un défi : la création d’une identité visuelle cohérente et attractive pour le grand public. Nicolas De Palmaert, Graphiste et professeur à l’école a accompagné pendant plusieurs semaines une dizaine d’étudiants dans le processus créatif. Véronique et Alexis ont également participé aux séances de briefing des étudiants, pour leur transmettre leur vision de ce festival. Il a accepté de répondre à nos questions.

Benchmark à l'Atelier Hourdé - Jean-Philippe WMFr

Benchmark à l’ESAT – Jean-Philippe WMFr – CC-BY-SA

Interview de Nicolas De Palmaert :

  • Bonjour Nicolas, pouvez-vous vous présenter rapidement ?

Bonjour, j’ai 37 ans. Je suis graphiste depuis 13 ans. Diplômé des Arts-Déco de Paris je travaille actuellement comme indépendant dans un atelier de création graphique et de scénographie dans le 93. Je suis aussi prof de graphisme depuis une dizaine d’année. (EPSAA, atelier Hourdé etc…)

  • Pourquoi votre participation à la création de l’identité visuelle du Festival du domaine public vous tenait tant à coeur ?

C’est d’abord un projet ambitieux. Ca me plait. C’est aussi une réflexion contemporaine sur le design et les droits d’auteur au cœur de l’actualité. Pour les élèves c’est une opportunité de rencontrer les acteurs du monde numérique. C’est leur avenir.

  • Vous êtes un passionné d’histoire de l’art et de design. Manager des étudiants sur un tel projet, en collaboration avec Wikimédia France, fut une bonne expérience pour vous ?

Bien sûr, ce fut une très bonne expérience, un échange fructueux pour être plus précis. L’équipe de Wikimédia France a été très investie auprès des élèves tout au long du processus de création, ce qui a été très apprécié. Et les élèves ont apporté tout leur talent et ont été très pro.

  • Vous êtes l’invité de Wikimédia France pour présenter deux personnalités entrants dans le Domaine Public le 30 janvier 2015 à la Gaîté Lyrique, un petit mot ?

Edward Johnston et Glovanni Mataloni sont les vraies vedettes ! Je ne suis que « l’aboyeur ».

  • Le mot de la fin ?

Il y a encore de nombreuses personnalités a faire découvrir. Le graphisme étant un métier jeune, on a de belles années devant nous !

Des propositions professionnelles et intéressantes de la part des étudiants :

Durant plusieurs semaines, les étudiants ont travaillé sur différentes pistes créatives, avec différentes méthodes et moyens techniques et artistiques. Le jury, constitué de Véronique Boukali, Alexis Kauffman et Jean-Philippe Kmiec, ont évalué et écouté les étudiants présenter leurs projets.

Les propositions graphiques des étudiants

Les propositions graphiques des étudiants – Jean-Philippe WMFr – CC-BY-SA

D'autres propositions des étudiants...

D’autres propositions des étudiants… – Jean-Philippe WMFr – CC-BY-SA

 

 

 

 

 

 

 

Interview des gagnantes, Manon Darcel et Lucie Broulou :

  • Bonjour, pouvez-vous vous présenter ?
 Manon Darcel et Lucie BroulouLucie Broulou, 24 ans, étudiante à l’ESAT en deuxième année de communication visuelle et Manon Darcel, 22 ans, étudiante à l’ESAT en deuxième année de communication visuelle.

  •   Connaissiez-vous le domaine public avant votre participation au concours ?
 Nous connaissions le domaine public avant la participation au concours, mais nous ne mesurions pas du tout l’importance de cette source d’informations! En effet, c’est un accès à la culture sans limites qui se renouvelle chaque année et nous n’en avions pas conscience.

  • Qu’avez-vous voulu exprimer dans vos créations ?
Notre concept est basé sur l’ouverture, l’accès à la culture que propose le domaine public. Nous avons pour cela utilisé le « C » barré du copyright. Au lieu de fermer le « C » par cette barre, nous avons préféré l’ouvrir vers des ondes qui se propagent sur l’artiste et son oeuvre, ainsi que vers l’avenir. C’est une façon de célébrer l’entrée des artistes dans le domaine public, plutôt que l’anniversaire de leur disparition.

  •  Qu’avez-vous retenu de cette expérience ?
Nous avons beaucoup appris de cette expérience: cela nous a permis de faire partie d’un projet professionnel dans le cadre de notre école. Nous avons dû faire face aux difficultés imposées par certaines contraintes, le tout en équipe. Il y avait un vrai enjeu: des clients à ne pas décevoir. On n’était plus dans le cadre de nos études. De plus, ce projet nous concerne particulièrement car il s’agit d’un accès nouveau à la culture et à l’Art. Cela demandait un travail d’organisation, de coopération, de création qui s’avère très complet et important pour notre formation.
  •  Le mot de la fin ?
Merci à tous ceux qui nous ont permis de participer à ce projet, et qui nous ont fait confiance!
Affiche officielle du Festival Du Domaine Public

Affiche officielle du Festival Du Domaine Public – Manon Darcel & Lucie Broulou – CC-BY-SA

Les organisateurs du Festival, Wikimédia France ainsi que tous les partenaires remercient chaleureusement les étudiants ainsi que la direction de l’école Atelier Hourdé pour leur participation.

par Jean-Philippe Kmiec
Categories: Actualité Wikimédia France, Île-de-France, Projets Wikimedia
Aucun commentaire 12/01/2015

Wikimédia France crée son conseil scientifique

Rémi Mathis a été président de l’association de 2011 à 2014. Il a choisi de se retirer lors de la dernière assemblée générale mais a été chargé par le nouveau président Christophe Henner de  fonder un Conseil scientifique de Wikimédia France, qui se réunira pour la première fois cette  semaine. Il nous en dit plus sur cette initiative.

Wikimédia France : Tu as quitté la présidence de Wikimédia France à l’automne dernier après plus de 3 ans comme président et 5 au conseil d’administration, mais tu n’es pas resté inactif puisque ton rôle a été de créer un « Conseil scientifique » ?

Photo: Hubert Nicanor - CC-By-SA

Photo: Hubert Nicanor – CC-By-SA

Rémi Mathis : Effectivement : cela faisait plusieurs années que nous y réfléchissions au sein du conseil d’administration. Il nous semblait important d’ouvrir Wikimédia France à des réflexions venues de personnes qui ne sont pas directement impliquées dans les actions menées de manière quotidienne. Le recul qu’a permis la grande réorganisation interne de l’association en 2013-2014 nous a donné cette liberté ; Wikimédia France a beaucoup mûri et c’était donc le bon moment pour se lancer.

Qui sont les membres de ce conseil scientifique ?

Nous avons voulu un comité assez restreint afin qu’il s’agisse d’un véritable lieu de réflexion, avec des rencontres régulières, et non d’un simple “comité théodule” ou d’un lieu de prestige. Les  membres ont été choisis pour leurs compétences diverses qui constituent des apports différents mais fondamentaux pour Wikimédia France.

Les voici, par ordre alphabétique :

  • Dominique Cardon, sociologue au laboratoire d’Orange Labs et professeur associé à l’université de Marne-la-Vallée
  • Camille François, Fellow au Harvard Law School’s Berkman Center for Internet and Society
  • Laurent Le Bon, conservateur général du patrimoine, président du musée national Picasso-Paris
  • Frédéric Martel, journaliste, écrivain, producteur à France Culture
  • moi-même, Rémi Mathis, ancien président de Wikimédia France, historien, conservateur des bibliothèques
  • Louise Merzeau, maître de conférence en sciences de l’information à l’université Paris Ouest
  • Henri Verdier, directeur d’Etalab, Chief Data Officer de la France
  • Cédric Villani, mathématicien, lauréat de la médaille Fields

 

Bien sûr, la plupart des membres suivent les projets depuis longtemps et leur sont très favorables, mais la plupart ne s’étaient jamais impliqués dans le mouvement Wikimédia auparavant.
Nous avions même convié à ce conseil des personnes célèbres pour leur opposition à Wikipédia – comme Pierre Assouline, qui a hélas décliné – car un regard critique est toujours très enrichissant. Nous ne désirons pas recréer de l’entre-soi mais progresser ensemble.

Comment ce conseil prend-il place dans la gouvernance de Wikimédia France ?

Son rôle n’est pas du tout de prendre des décisions, il n’est pas un nouveau conseil d’administration [1]. Il sera plutôt là pour donner son avis sur les actions menées, à partir des documents produits par l’association et en collaboration avec le CA et les salariés, pour proposer un regard extérieur qui enrichisse la réflexion et évite de penser en vase clos qui peut être asséchant. Les experts qui le composent seront par ailleurs chargés de repérer et de proposer des opportunités pour l’association, car ils sont les plus à même de voir se dessiner des tendances à étudier et à suivre.

Quelles sont les prochaines étapes ?

La première réunion du conseil se tiendra le jeudi 15 janvier dans les locaux de Wikimédia France, en présence de la directrice exécutive et de membres du CA. Ce sera l’occasion de mettre au point un programme de travail : les réflexions pourront alors se fonder sur le projet stratégique de l’association et sur les éléments précis que nous rédigeons chaque trimestre pour rendre compte de l’emploi du budget.

Wikimédia France remercie chaleureusement les nouveaux membres du conseil scientifique pour leur implication à venir dans les projets de l’association.

[1] Wikimedia France  est administrée par un conseil de 12 membres maximum, élus pour deux ans par les adhérents de l’association réunis lors de l’assemblée générale annuelle. Renouvelé lors de l’Assemblée générale du 11 octobre 2014, le conseil d’administration est actuellement composé de douze membres. Plus d’informations : http://www.wikimedia.fr/conseil-dadministration 
 
 
 
par Anne-Laure Prévost
Categories: Projets Wikimedia
Aucun commentaire 19/12/2014

La liberté de panorama à l’ordre du jour pour la loi numérique de 2015

Dans les cartons depuis février 2013, le grand « projet de loi numérique » avance pas à pas. Wikimédia France se réjouit de voir la liberté de panorama figurer parmi les mesures proposées.

La liberté de panorama est une exception au droit d’auteur qui permet à une œuvre (bâtiment d’architecte, sculpture…) présente de manière permanente dans l’espace public de pouvoir être photographiée et utilisée sans avoir à demander l’autorisation du créateur (architecte, sculpteur), et ce pour tout usage. Il est légal de publier sur Internet un bâtiment contemporain qui se trouve en Angleterre, aux États-Unis ou en Chine… mais pas en France, un des rares pays européens qui a refusé d’intégrer cette exception dans sa législation, bien qu’elle ait été proposée aux États dans la directive européenne de 2001.

Nous en avons parlé sur ce blog à plusieurs reprises, notamment en début d’année pour revenir sur l’édition 2013 du concours Wiki Loves Monuments avec l’affaire de l’ossuaire de Douaumont. Rémi Mathis, ancien président de Wikimédia France, avait également défendu cette idée dans un éditorial du Monde.fr en 2011 et un amendement avait été débattu par les députés. Sans succès jusqu’ici…

Wikimédia France salue donc l’initiative prise par Axelle Lemaire et sera attentive à l’écriture du texte de la loi, afin que l’exception de panorama soit pleinement utilisable.

par Christophe Henner
Categories: Projets Wikimedia